Les agriculteurs sud-africains obligés de jongler avec la chaleur et les coupures de courant

Le service météorologique sud-africain prévoit une vague de chaleur sur le Gauteng, l'est de la province du Nord-Ouest, l'est du Highveld de Mpumalanga ainsi que sur le bushveld du sud-ouest du Limpopo, qui durera jusqu'à la fin de la semaine sans qu'aucune pluie ne soit prévue.

Elle arrive à un moment critique pour de nombreuses cultures fruitières : la récolte des fruits à noyau, des myrtilles et des cerises précoces a commencé, et la chaleur accélère le mûrissement des myrtilles et des fraises.

Pendant ce temps, les producteurs d'agrumes irriguent à fond, a déclaré Justin Chadwick, de l'association des producteurs d'agrumes, au Daily Maverick en début de semaine. Dans la région de Groblersdal/Marble Hall, les vergers d'agrumes ont récemment terminé leur floraison et sont en train de donner des fruits.

Les producteurs d'agrumes ne s'alarment pas encore de l'importance de la chute des fruits ; après la période d'abscission du mois prochain, les producteurs auront une idée plus précise de la récolte à venir, note Maritza Roux, responsable des opérations techniques chez Freshworld. Le délestage et les températures élevées pourraient avoir un impact important sur la chute des fruits.

Les récoltes de raisin de table de Groblersdal/Marble Hall ne sont pas loin, les vignes s'épanouissant sous le soleil chaud et se développant rapidement, selon un viticulteur. Environ 500 hectares de raisins ont été retirés dans cette zone de pluies d'été et, en attendant, replantés avec des cultures commerciales comme les citrouilles, les pastèques et les tomates, toutes des cultures qui nécessitent une irrigation quotidienne.

Combattre une canicule et des coupures de courant quotidiennes n'est « pas drôle », déclare George Maxted de Harvestfresh, un producteur de légumes. Il note qu'une trop grande quantité de produits arrivant simultanément pourrait créer un déficit d'approvisionnement plus tard.

« La chaleur accélère le mûrissement des fruits avant que le processus d'élargissement des cellules ne soit terminé », explique Koos van der Merwe qui cultive des pêches et des nectarines très précoces dans le Limpopo Waterberge, parmi les premiers du pays. « Cela entraîne également une pression sur les fruits qui tombent plus vite et ne correspondent pas aux spécifications d'exportation ».

Mais le nœud du problème actuellement, ajoute-t-il, est le délestage : Le programme sud-africain de réduction de la charge sur le réseau électrique par des coupures de courant planifiées.

L'irrigation paralysée par les coupures de courant
Tous les agriculteurs contactés par FreshPlaza sont d'accord : subir une vague de chaleur en même temps qu'un délestage est « une double peine », déclare PP Roets de Roslé Farming à Groblersdal.

Les températures ont atteint 40°C dans cette région, ce qui est bien supérieur aux températures normales du printemps, et restent supérieures à 30°C jusque dans la soirée, selon les agriculteurs. Par conséquent, ils aimeraient maintenant irriguer plus que d'habitude, et certains agriculteurs maintiennent également un régularisateur de capacité exactement pour ces situations - mais en raison des coupures de courant, ils ne peuvent pas utiliser ce régularisateur.

« Nous gardons ce régularisateur pour nous permettre de traverser des périodes comme celle-ci, mais Eskom doit alors jouer le jeu », explique-t-il. Eskom est le fournisseur d'électricité public de l'Afrique du Sud.

Les agriculteurs perdent un certain nombre d'heures de travail chaque jour en raison des coupures de courant et ne peuvent pas mener à bien leurs cycles d'irrigation, ce qui les oblige à irriguer à toute heure lorsqu'ils ont de l'électricité, y compris la nuit, ce qui entraîne d'autres complications en matière de sécurité.

Le maintien de la chaîne du froid est devenu extrêmement coûteux, les générateurs diesel étant une condition sine qua non de la production fruitière en Afrique du Sud de nos jours.

Les entrepôts de conditionnement fonctionnent selon un programme d'arrêt-départ, ce qui fait perdre du temps de conditionnement (même si le personnel effectue d'autres tâches comme la cueillette), ce qui nécessite des heures supplémentaires et des dépenses ajoutées aux entreprises agricoles soumises à une forte pression financière.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)