Négociant en pommes et en cerises Farmprod

Farmprod prévoit de vendre des pommes sur le marché européen et au Moyen-Orient



Ces dernières années, la pénurie de main-d'œuvre est devenue un énorme défi pour les entreprises de fruits et légumes d'Europe occidentale. Étonnamment, ce problème est tout aussi important pour les producteurs des pays d'Europe de l'Est comme la Moldavie. « La main-d'œuvre n'est plus aussi bon marché, et sa qualité laisse souvent à désirer. À l'avenir, nous devrons faire appel à des travailleurs migrants », commence Ion Tulei, directeur commercial de Farmprod, une entreprise de pommes et de cerises basée dans le sud-est de la Moldavie.


Ion Tulei, directeur commercial de Farmprod

« Les travailleurs horticoles moldaves préfèrent aller en Europe occidentale. Les salaires y sont plus élevés, mais c'est aussi une question de mentalité. Si je promets à mes récoltants le même salaire qu'aux Pays-Bas, à condition qu'ils travaillent autant, ils refuseront. Là-bas, tout est fait vite et bien. Ici, on constate de grandes différences dans la qualité du travail effectué. Bien sûr, certains cueilleurs travaillent dur, mais il y a aussi ceux qui ne se donnent toujours qu'à 40 %. Nous ne payons pas à l'heure mais à la caisse récoltée si la qualité est satisfaisante. » Ces dernières années, les cultivateurs moldaves ont commencé à employer des personnes originaires d'Inde et d'Ouzbékistan.

Culture super intensive
Pour améliorer l'efficacité des vergers, y compris la récolte, Farmprod (une entreprise fondée par trois familles en 2009 qui ont planté dix hectares de pommes) remplace progressivement les parcelles vétustes par une culture super intensive de rhizomes performants et de variétés répondant aux besoins du marché. « Nous avons naturellement fait quelques erreurs au début. Nous avons fait beaucoup de changements, notamment de porte-greffes pour les prunes et les cerises. Actuellement, nous disposons de 130 hectares. Cela suffit pour l'instant », déclare Ion.

« Nous nous concentrons maintenant sur la diversification des variétés et sur de meilleures méthodes de culture afin d'augmenter la productivité et la qualité. C'est déjà un succès sur certaines parcelles. Par exemple, nous récoltons en moyenne 60 tonnes de Galas par hectare. » Sur les nouvelles parcelles d'abricots avec une distance de plantation de 4x1,5, de bons rhizomes et un soutien des arbres, Farmprod rapportera 40-45 tonnes par hectare, contre 20 tonnes, où les plantes sont encore installées selon un schéma 6x3.


Nouvelles plantations

Dans la culture de la cerise, les filets anti-pluie sont indispensables pour maintenir la qualité la plus élevée possible. « Nous recevons peu de grêle dans notre région, la pluie est l'ennemi des cerises. Nous disposons déjà de filets couvrant trois hectares, mais ils sont très chers. Nous ne pouvons donc couvrir que progressivement tous les vergers de cerises. Un autre avantage est que les cerises couvertes de filets peuvent être récoltées un peu plus tard étant donné que la température sous les filets est plus basse. Cela permet d'élargir la fenêtre de commercialisation », explique Ion.

Des prunes en Allemagne
En ce qui concerne les exportations, Farmprod envoie la totalité de sa récolte de prunes vers l'UE. « Il y a quatre ans, personne en Europe ne connaissait les prunes moldaves, à présent la demande augmente chaque année. Nous avons l'avantage de pénétrer un marché inoccupé avec nos prunes. Mais je vois un bel avenir en Europe occidentale pour les autres fruits à noyau moldaves. Nos abricots sont doux et d'excellente qualité. »


Des prunes pour l'Allemagne

Concurrence turque autour des cerises
Il n'y avait pas de place sur le marché européen pour les cerises cette année, explique Tulei. « Il sera déjà saturé de cerises turques. Nous avons commercialisé nos fruits en Russie, où les gens sont prêts à payer plus cher pour des cerises moldaves que turques. Ils apprécient la plus grande qualité et le meilleur goût. En Europe, ils ne connaissent pas encore nos cerises, alors ils ont tendance à payer le même prix que les cerises turques. Nous avons encore du travail de promotion à faire là-bas ». 


Pommes Gala

Les exportations par fret aérien vers des marchés plus éloignés ne sont pas une option. « Ce n'est pas possible depuis Chisinau pour le moment. Nous devrions nous détourner vers Istanbul ou Budapest. Les cerises feraient alors un long et coûteux voyage par la route. Cela représente une perte de temps précieuse. De plus, les acheteurs ne veulent généralement que deux ou trois tonnes. D'un point de vue logistique, c'est difficile et peu rentable, car les camions ne sont remplis qu'au dixième. »


Cellules de stockage

Des pommes au Moyen-Orient
L'année dernière, Farmprod a vendu 60 % de ses pommes sur le marché russe. La plupart de celles restantes sont allées au Moyen-Orient, quelques-unes étant destinées au marché local. « Nous cultivons de nombreuses variétés, notamment des Jeromine, des Fuji et des Gala. Nous pouvons donc approvisionner le Moyen-Orient, l'Europe et tout autre marché. Cette année, nous allons nous concentrer sur le marché arabe », explique Ion, « mais nous ne pouvons plus utiliser le port d'Odessa, qui n'est qu'à 50 km de notre station de conditionnement. »

« Nous devons maintenant nous rendre à Constanza, en Roumanie. C'est assez loin (500 km), et il faut une semaine pour que les pommes arrivent sur les bateaux. Les retards liés aux douanes sont nombreux à la frontière et au port. Cela ne pose pas de problème de qualité, les pommes peuvent le supporter. Mais cela coûte beaucoup plus cher que d'exporter via Odessa. Nous parlons de 2 500 dollars de plus par expédition, soit 12 centimes de plus par kilo », conclut Ion.

Chaque année, Farmprod récolte 3 000 tonnes de pommes, cerises, prunes et autres fruits à noyau. L'entreprise dispose d'une capacité de stockage frigorifique de 4 500 tonnes ainsi que d'une ligne de tri et d'emballage. Ses fruits sont certifiés GlobalGAP. Les fruits sont exportés vers la Russie, l'UE et depuis 2018 également vers le Moyen-Orient et le Bangladesh. Outre la culture des fruits, l'entreprise cultive également des arbres fruitiers pour elle-même et pour des collègues producteurs.

Cliquez ici pour faire une visite virtuelle de l'entreprise de culture Farmprod.

Pour plus d'informations :
Ion Tulei (Directeur commercial)
Farmprod
str. Alexandru cel Bun 62
Olanesti (Stefan Voda)
Tél. : +373 78194401
iontulei@farmprod.md


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)