Cees van Doorn de VDU Uitzendbureau

« Les Européens de l'Ouest qui pensent pouvoir continuer à compter sur les travailleurs d'Europe de l'Est vont être déçus »



Chaque année, Cees van Doorn, fondateur du VDU Uitzendbureau, envoie plus de 1 200 personnes (dont environ 400 Moldaves) dans des entreprises de culture et de conditionnement néerlandaises. Il a accompagné Pieter Boekhout et le représentant de la CBI Piet Schotel lors de leur tournée des entreprises fruitières moldaves début septembre.

Cees partage ici son point de vue sur les forces, les faiblesses, les opportunités et les défis du secteur fruitier du pays. Il regarde non seulement à travers les yeux d'un directeur d'agence de recrutement, mais aussi en tant qu'ancien producteur de fruits. 

Des Polonais auparavant, des Moldaves aujourd'hui
« Nous avons des racines dans le secteur des fruits. À partir de là, en 2000, nous avons créé une agence de placement spécialisée dans la chaîne des fruits et légumes. Nos centaines de travailleurs occasionnels et nous-même connaissons le secteur comme personne. Nous avons commencé avec des travailleurs polonais de Silésie. Ils pouvaient bénéficier de passeports allemands à partir des années 1990. »

« Cette région était auparavant un territoire allemand. Les passeports sont chers, et il faut souvent attendre six mois pour les obtenir. C'est un signe clair que ces Polonais qui sont venus en Europe occidentale étaient motivés et avaient une seule idée en tête : ils voulaient travailler pour envoyer de l'argent chez eux. Les travailleurs migrants sont donc généralement des employés très appréciés des entreprises de fruits et légumes. »

Il y a cinq ans, Van Doorn s'est rendu pour la première fois en Moldavie afin de voir ce qu'il pouvait proposer aux habitants de ce pays européen défavorisé en matière d'emploi aux Pays-Bas. Comme les Polonais il y a 25 ans, les Moldaves peuvent demander un passeport européen via leur grand voisin, la Roumanie. Cela leur ouvre les portes des contrats de travail de l'UE.

« Il y a peu de différence entre les Moldaves qui viennent travailler aux Pays-Bas aujourd'hui et les Polonais. Ils sont très motivés et s'occidentalisent rapidement. Ce qui est frappant, c'est que les Moldaves ont beaucoup d'affinités avec le secteur agricole. Ce n'est pas inhabituel quand on sait qu'un quart du PIB du pays est généré par le secteur primaire et que presque chaque Moldave a un potager. Les gens y cultivent encore une grande partie de leur nourriture. Ce savoir-faire bien ancré est très bénéfique pour les entreprises néerlandaises de fruits et légumes. Les Moldaves sont non seulement motivés, mais ils ont aussi des connaissances spécifiques », explique Cees.

Une agréable surprise
Depuis lors, il s'est rendu plusieurs fois en Moldavie, la sixième région agricole de l'ex-URSS. « C'est étonnant de voir comment le secteur fruitier moldave a réussi à passer d'un modèle de production avec d'anciennes variétés et des méthodes de culture traditionnelles à une industrie moderne avec des entreprises de pointe. Celles-ci sont dirigées par des gestionnaires motivés qui possèdent également un grand savoir-faire. Et tout cela, en à peine 15 ans. Elles ont de grands vergers à couvert avec des arbres en rangées, parfois sur plus d'un kilomètre de long. »

« Il devient alors évident que la Moldavie pourrait devenir un exportateur majeur. Ce qui est remarquable, c'est que le mode de culture et de taille du pays (arbres longs et élancés, parfois jusqu'à trois mètres de haut) est extrêmement adapté à la cueillette par des robots. Leurs vergers sont littéralement des murs de fruits. La qualité et l'uniformité de la récolte placent déjà ce pays dans le peloton de tête des producteurs de fruits européens. Ils maîtrisent très bien la situation mais manquent d'esprit commercial. C'est souvent le cas chez les producteurs, y compris aux Pays-Bas », poursuit Cees.


Cees inspecte des prunes moldaves

Selon lui, le sol et le climat de la Moldavie sont excellents pour la culture des pommes, du raisin et des fruits à noyau. « Ils ne cultivent pratiquement pas de poires ; le climat néerlandais est meilleur pour cela. Je pense que le climat continental tempéré rend également la protection des cultures beaucoup plus facile que dans le nord-ouest de l'Europe. Je n'ai pas vu beaucoup de chancre des arbres fruitiers, par exemple. »

L'atout : la saveur
« Et puis il y a la saveur des produits. Les fruits et le vin moldaves sont délicieux, ne l'oublions pas. Les producteurs sont convaincus de cultiver les fruits les plus savoureux d'Europe. Et ils ont sans doute raison. Ils peuvent rivaliser au plus haut niveau avec d'autres pays, cela ne fait aucun doute. C'est pourquoi il est si regrettable que la Moldavie ait une image si négative. Nous sommes nombreux à imaginer un ancien État soviétique morne, pauvre et sans couleur, où le temps s'est arrêté. Ainsi, dans notre esprit, les produits qu'ils commercialisent sont également sans goût et sans couleur. Rien n'est plus éloigné de la vérité. La Moldavie devra cependant faire un effort pour se défaire de cette image. Je ne pense pas qu'elle l'ait encore bien compris », explique Cees.

Efficacité, infrastructures et renouvellement des variétés : un besoin urgent
Le renouvellement des variétés est un point sur lequel certaines entreprises doivent encore travailler. « Car la saveur seule ne suffit pas. Vous avez également besoin de variétés qui répondent aux différentes demandes du marché. La plupart des producteurs en sont bien conscients et font déjà de gros efforts pour renouveler les variétés. Les consommateurs d'Europe occidentale ne sont pas friands des fruits qui ont été bien accueillis en Russie. Dans cette optique, la saveur n'est pas le seul facteur déterminant, la couleur l'est aussi, surtout pour les pommes. »

Toutefois, le manque d'infrastructures constitue un obstacle majeur. Certaines installations de conditionnement et certains entrepôts frigorifiques sont situés loin des vergers. Une bonne infrastructure routière est donc indispensable. « C'est l'énorme problème de la Moldavie : elle ne dispose pas d'un réseau routier très étendu. La plupart des routes sont dans un état douteux. Il faut parfois une heure de trop pour parcourir 10 km à vol d'oiseau », explique Cees.

La culture et l'efficacité de l'emballage sont d'autres aspects qui ont encore beaucoup de chemin à faire, ajoute-t-il. « Le rythme de travail est beaucoup plus lent qu'aux Pays-Bas. Je pense que la gestion du personnel pourrait être meilleure. On a parfois l'impression que les managers ont peur de s'adresser à leur personnel par crainte de le perdre. Avec la hausse des salaires, travailler plus efficacement deviendra certainement une priorité. »


Le plastique blanc permet une meilleure réflexion dans le verger et une meilleure coloration des fruits.

Des salaires à la hausse
Cees est sûr que les salaires vont fortement augmenter. Il a remarqué une augmentation rapide de la pénurie de main-d'œuvre en Moldavie au cours des cinq dernières années, notamment dans l'agriculture et l'horticulture. « Là-bas, le chômage a pratiquement disparu en quelques années. Actuellement, un bon conducteur de tracteur peut déjà gagner environ 1 000 euros. Avec la demande croissante de travailleurs domestiques, ces salaires vont eux aussi grimper. En Pologne, ce processus d'égalisation des salaires aux normes d'Europe occidentale a pris 20 ans. En Moldavie, je vois cela se concrétiser en quelques années », admet-il.

Et puis, comme ils n'ont pas de frais de voyage ou de logement supplémentaires dans leur propre pays, les Moldaves seront naturellement de moins en moins enclins à aller travailler en Europe occidentale. « Je soupçonne donc que l'Europe occidentale ne pourra compter sur les travailleurs moldaves que pendant une courte période, alors qu'elle pourrait utiliser avec reconnaissance les travailleurs polonais pendant plusieurs décennies. »

« Tous ceux qui pensent pouvoir compter sur les travailleurs d'autres pays d'Europe de l'Est pendant encore quelques décennies seront déçus, eux aussi, je le crains. La robotisation ne sera donc bientôt plus un luxe mais une nécessité absolue dans toute l'Europe. En tant qu'agence de recrutement, nous devrons nous aussi adapter notre stratégie. Même les entreprises de culture et de conditionnement moldaves envisagent déjà avec prudence d'employer des travailleurs migrants originaires, par exemple, du Kazakhstan, d'Azerbaïdjan ou d'Albanie », conclut Cees.

Pour plus d'informations :
C.J. (Cees) van Doorn
VDU Uitzendbureau
Achterweg 38
4181AE Waardenburg
Tél. : +31 6 53 38 35 21
vandoorn@ceesvandoorn.nl
www.vdu.nl


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)