Différentes interprétations du nouveau protocole retiennent les oranges sud-africaines dans un port portugais

Dans le port portugais de Sines, des conteneurs contenant des oranges sud-africaines sont en attente depuis plus de deux semaines. Et avec l'arrivée d'un deuxième navire la semaine dernière, leur nombre va augmenter.

Ironiquement, une grande partie de ces fruits est destinée à l'Espagne, où la demande d'oranges a été forte. En effet, l'Afrique du Sud a envoyé entre 7 et 8 % de moins d'oranges et de Valencias vers l'Europe.

De nombreux exportateurs sud-africains ont déjà fini d'envoyer des oranges en Europe. L'échéance des droits est fixée à vendredi, mais les conteneurs doivent être inspectés et dédouanés avant cette date.

« Vous êtes assis avec les mains liées, alors que les compagnies maritimes demandent à ce que nous démarrions », indique une exportatrice.

« La demande d'oranges est plus élevée parce qu'on en a envoyé moins. Vers la fin de la saison, notre téléphone n'arrêtait pas de sonner pour des oranges », dit-elle. « Avec le nouveau protocole, on a envoyé beaucoup moins d'oranges en Europe que d'habitude. Les prix sont par conséquent bons à ce stade et les ventes se déroulent bien, mais lorsque les coûts s'annuleront au bout du compte, nous devrons voir ce que nous en tirerons. »

« Ce n'est théoriquement pas notre problème mais les clients s'en plaignent beaucoup », affirme un autre exportateur.

Le traitement par le froid commence le jour de la mise en sac
Selon Deon Joubert, l'envoyé de la CGA auprès de l'UE, la situation est née d'une différence d'interprétation du nouveau protocole froid. « L'organisation nationale portugaise de protection des végétaux l'a interprété différemment : la date de chargement de la cargaison a été considérée comme le début du régime à froid, même si la date d'inspection pouvait être une semaine plus tôt. »

Il souligne également que la température de la pulpe n'est pas une condition préalable à l'accès au marché européen, mais plutôt la température de consigne d'un conteneur.

« Le jour de chargement du conteneur devrait être utilisé comme une indication du moment où le traitement par le froid commence. Malheureusement, il n'est pas indiqué sur le certificat phytosanitaire. Seul l'addendum du PPECB [Perishable Product Export Control Board] contient cette information. Le ministère de l'agriculture, du développement rural et de la réforme agraire (DALRRD) envisage d'ajouter cette information au certificat phytosanitaire », explique Werner van Rooyen, directeur de l'exploitation du Fresh Produce Exporters Forum.

« La température de l'air de livraison et le point de consigne de chaque conteneur doivent être utilisés pour mesurer la température de chaque conteneur. Il est important de noter que le PPECB approuve et signe le point de consigne de la température de chaque envoi avant l'expédition, afin de garantir la conformité. Le certificat phytosanitaire, approuvé et signé par le DALRRD, sert de preuve officielle que l'envoi est conforme à la réglementation européenne. »

L'Afrique du Sud fait les frais des disparités d'interprétation
Werner ajoute qu'ils n'ont pas rencontré le même problème dans les autres grands ports d'importation de l'UE.

« Compte tenu de la disparité d'interprétation de la réglementation européenne par les différents États membres de l'UE, les exportateurs sud-africains doivent assumer les coûts financiers qui en découlent », note-t-il.

« Avec un peu de chance, la situation peut maintenant être réglée », déclare Deon. « Relativement peu de conteneurs sont concernés. Ils sont en cours de dédouanement, mais cela a pris beaucoup de temps et cela n'a pas été un processus utile. Cela aura des conséquences financières pour le secteur. Il ne s'agit pas d'une crise grave, mais d'une gêne, survenant à la fin d'une année qui n'a pas été très bonne. »


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)