Jannie Marais, Custom Plum Company :

Les prunes interspécifiques offrent une porte de sortie à l'industrie sud-africaine

Les prunes interspécifiques (pluots et plumcots) offrent aux producteurs de prunes un moyen de sortir de l'impasse dans laquelle se trouve actuellement l'industrie sud-africaine de la prune, estime Jannie Marais de la Custom Plum Company (à droite) qui, depuis 2010, évalue des centaines de variétés de prunes sélectionnées par Zaiger's Genetics.

« Actuellement, l'Afrique du Sud envoie la majorité de ses prunes vers l'UE et le Royaume-Uni. Je dirais qu'environ 80 % des producteurs de prunes ne gagnent pas un centime en ce moment. Les prix ne sont pas nécessairement très bas, mais les frais d'expédition ont augmenté de façon spectaculaire, alors que les volumes de prunes sont passés presque du jour au lendemain de 8 millions à 15 millions de cartons. »

Mais il y a une forte attraction du marché pour les prunes interspécifiques et cela rapporte une prime pouvant aller jusqu'à R15 (0,8 euro) sur un carton. « Le fait est que ce sont les meilleurs clients qui les achètent. Ce sont les clients qui paient généralement plus pour le produit, tandis que les anciennes variétés de prunes partent vers des clients qui paient moins. »

Les prunes interspécifiques sont adaptées au protocole steri
De plus, les prunes interspécifiques ne subissent pas de brunissement interne dû aux dommages causés par le froid comme les variétés de prunes conventionnelles. Cela a longtemps limité les exportations de prunes sud-africaines vers leurs destinations traditionnelles.


Prune interspécifique Ebony Rose, récoltée juste après le Nouvel An

« La saison dernière, Icon Fruit a envoyé des prunes interspécifiques aux États-Unis, qui ont un protocole de stérilisation de 30 jours à -0,5 °C. L'envoi s'est avéré très fructueux. Comme les prunes interspécifiques ont été développées aux États-Unis, le produit y est bien connu. Cela nous donne l'occasion non seulement de développer un nouveau marché, mais aussi de prendre des volumes à l'Europe et de soulager la pression. »

« Lorsque la Chine s'ouvrira aux prunes sud-africaines, nous serons alors bien avancés. En effet, ils achètent ces prunes aux États-Unis, donc ils les connaissent déjà. »

Il maintient que l'industrie sud-africaine de la prune doit remplacer les prunes de l'ancienne génération par des cultivars supérieurs offrant une meilleure qualité gustative et plus de cachet sur le marché.

À droite : Festival Red

Les exportations de prunes IS dépassent le million de cartons
Cape Five Exports a obtenu la deuxième licence d'exportation de prunes IS. Icon Fruit a exporté plus d'un million de cartons de prunes IS l'année dernière.

« Voici un produit qui donne de l'espoir à l'industrie de la prune », avance Jannie. « Nous aimerions qu'il soit planté beaucoup plus fréquemment. Certains des cultivars ont des restrictions de commercialisation, mais d'autres non. Cela offre une opportunité à tous les agriculteurs de le planter. »

Trois cultivars à chair rouge ouvrent la saison
La saison interspécifique commence avec la Ruby Dawn à chair rouge, début décembre. Un bon nombre de Ruby Dawn ont été plantées. La demande est motivée par le fait que les autres prunes sont plus petites et moins sucrées à cette époque.


Ruby Dawn : « Définitivement l'une de nos championnes » (photos fournies par la Custom Plum Company)

« On veut lancer la saison avec un produit qui peut rivaliser avec le dernier fruit à noyau de l'hémisphère nord. À cet égard, la Ruby Dawn a été très réussie, c'est définitivement l'une de nos championnes. Nous avons planté beaucoup plus de Ruby Dawn au cours de l'hiver dernier. »

La deuxième prune à chair rouge, la Festival Red, est récoltée avant Noël. La Custom Plum Company la propose désormais comme cultivar ouvert. Juste après le Nouvel An, elle est suivie par la troisième prune IS à chair rouge, Ebony Rose, qui a une couleur rouge particulièrement intense, note Jannie. Elle aussi est un cultivar ouvert.

« Nous démarrons la saison avec trois cultivars à peau et à chair rouges : nous avons fait tester les niveaux d'antioxydants des prunes à chair rouge à l'université de Stellenbosch et les résultats montrent que ses niveaux sont même supérieurs à ceux des myrtilles. »

Honeypunch est actuellement la dernière prune I/S à chair rouge. « Elle tombe dans une période relativement creuse, début janvier et mi-février, quand l'essentiel des prunes d'Afrique du Sud est commercialisé. C'est la seule interspécifique de cette période, et elle peut être exportée vers les États-Unis. »

Les lauréates à chair jaune
Les autres cultivars interspécifiques que les producteurs sud-africains ont appris à connaître sont Midnight Gold, Fall Fiesta et Autumn Treat (ce dernier ne convenant qu'aux régions disposant d'unités de réfrigération importantes).

A droite : Sunset Delight, parmi trois nouvelles prunes IS

La couleur de la peau de ces prunes va du noir intense au rouge translucide en passant par le violet.

« Les trois nouveaux cultivars qui sortent maintenant de la période d'évaluation qui a duré (au moins) des décennies, sont tous des prunes bicolores, avec un fond rouge et jaune doré et une chair jaune croustillante et sucrée : les Sonoma, Festiva et Sunset Delight », dit-il.

Des Prunes-cerises très recherchées
« Ce qui nous excite le plus, ce sont les prunes-cerises, qui sont à la fois des cerises et des prunes », explique Jannie. Icon Fruit détient la licence d'exportation de ces fruits.

« Tous nos principaux clients demandent des prunes-cerises. Les rendements peuvent être deux à trois fois supérieurs à ceux des prunes conventionnelles. »



La génétique a le dernier mot sur la compatibilité en matière de pollinisation

Jannie explique qu'à l'aide d'une technologie qui n'est disponible que depuis quelques années, l'évaluateur indépendant de cultivars Provar teste les allèles S des cultivars de prunes pour trouver la réponse à ce qui était jusqu'à récemment un jeu de devinettes : le degré de compatibilité entre les cultivars.

Ils recommandent toujours le robuste cultivar Harry Pickstone comme pollinisateur en raison de ses fleurs favorables aux abeilles qui conservent le pollen pendant longtemps.



« Nous conseillons de planter trois pollinisateurs différents, surtout de nos jours avec les variations climatiques : si vous avez une différence de météo une saison et que les cultivars d'un bloc ne fleurissent pas simultanément, la nouaison sera faible. La variété Harry Pickstone, bien qu'ancienne, reste un pollinisateur fantastique. Elle couvre toutes les fleurs précoces. Nous conseillons un deuxième et un troisième pollinisateur pour couvrir les fleurs moyennes et tardives, de sorte qu'en cas de décalage des périodes de floraison, vous couvriez toute la période de floraison. »

L'essentiel, soutient-il, est que vous voulez que votre cultivar principal sur cet hectare soit rentable. Vous voulez les tonnages les plus élevés possibles avec les plus gros calibres et les meilleurs niveaux de sucre, même si cela signifie que des fruits redondants sont également élevés dans le verger.

« Nous avons commencé à envisager deux cultivars plantés moitié-moitié, bien que cela complique considérablement la gestion des programmes de pulvérisation ainsi que la programmation de l'irrigation lorsqu'on a des fruits avec des périodes de récolte différentes dans le même bloc. »


Autumn Treat

Pour plus d'informations :
Jannie Marais
Custom Plum Company
Tél. : +27 21 860 1800
jannie@cpcsouthafrica.co.za
https://www.cpcsouthafrica.co.za/


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)