Les interceptions d'agrumes ont de nouveau augmenté de 23 % en septembre

Selon les informations recueillies par LA UNIÓ Llauradora, les interceptions d'agrumes provenant de pays tiers et présentant des parasites ont augmenté de 23 % en septembre par rapport à l'année dernière.

« Les pays du Mercosur (Brésil, Argentine et Uruguay) représentent 60 % du nombre total d'interceptions au cours des neuf premiers mois de l'année. Le Brésil passe de 10 accumulés en 2021 à cette époque à 63 cette année (+530 %), l'Argentine de 5 à 8 (+200 %) et l'Uruguay 4 pour aucun de l'année dernière. Nous pourrions également ajouter un autre État associé au Mercosur, la Colombie, avec 3 interceptions cette année contre 1 l'année dernière. » 

« L'Afrique du Sud a un nombre inférieur d'interceptions, mais il faut tenir compte du fait qu'elle a commencé en septembre la majeure partie de ses exportations et qu'elle a suspendu les exportations d'oranges de ses zones parasites, mais pas des autres. Malgré la suspension de ces envois, elle a tout de même accumulé 16 interceptions depuis le début de l'année, dont quatre en septembre. Parmi ces interceptions, 13 correspondent à Phyllosticta citricarpa, un champignon qui provoque la redoutable maladie des taches noires. » 

En raison de toutes ces circonstances et du danger qu'elles représentent, LA UNIÓ demande « la suspension automatique des importations en provenance des pays tiers qui ne peuvent garantir la sécurité phytosanitaire de leurs envois. De même, l'organisation demande la mise en place d'un système de froid unifié pour toutes les importations et tous les pays et que les autorités de l'UE disposent d'un seul critère standardisé pour tous. » 

« D'autre part, LA UNIÓ estime que la ratification ou la signature d'accords par l'UE, par exemple avec le Mercosur ou l'Afrique du Sud, est une grave erreur, car il n'existe pas d'études d'impact approfondies et rigoureuses sur les effets qu'ils provoquent dans notre secteur agricole ou sur les conséquences de l'entrée éventuelle d'un parasite, ce que nous payons déjà avec Xylella ou le cotonet d'Afrique du Sud. » 

Carles Peris, secrétaire général de LA UNIÓ, souligne que « Tous les accords sans réciprocité en matière de normes de production ou d'utilisation de matières actives, sans garanties phytosanitaires complètes en matière d'organismes nuisibles, sans respect des engagements de réduction prévus par la stratégie européenne « De la ferme à la table » et sans réglementation en matière de périodes d'importation afin qu'elles ne chevauchent pas les productions européennes qui ne sont pas déficitaires, constituent un retour aux mêmes erreurs qui ont toujours un impact négatif énorme sur le secteur européen. » 

Peris souligne également que « l'introduction d'un nouveau parasite ou d'une nouvelle maladie augmenterait encore les coûts de traitement et dévaloriserait également le rôle des agrumes en tant que fournisseur de fruits pour le marché du frais. »

Pour plus d'informations : 
LA UNIÓ
Tél. : +34 963 530 036
launio@launio.org 
https://launio.org 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)