Le changement climatique : une des plus grandes menaces pour les oignons

Une étude d'Uireka propose des pistes pour réduire les risques de culture

« L'impact est gigantesque », commence Gijsbrecht Gunter, président d'Uireka. Il évoque ainsi les pathologies transmises par le sol, comme le Fusarium, qui menacent la culture de l'oignon dans de nombreuses régions. « Au niveau macroéconomique, aux Pays-Bas, cela peut entraîner une diminution du nombre d'oignons, mais dans certaines régions, le taux d'échec pourrait être bien plus élevé. Pour les producteurs individuels, cela pourrait se traduire par des cultures arrachées. » Outre l'augmentation des coûts de culture et l'évolution des conditions météorologiques, Gijsbrecht cite ces maladies comme raison de l'augmentation des risques pour les producteurs.

Mais pour l'instant, la superficie d'oignons néerlandais continue de croître de manière structurelle, même si elle a diminué de 10 % au cours de la dernière saison de croissance. Mais elle atteint ses limites. « Sur les sols argileux, les mieux adaptés à la culture de l'oignon, les possibilités d'expansion sont épuisées. Là aussi, les problèmes se multiplient », explique Gijsbrecht. La culture se déplace donc vers les sols sablonneux, généralement un peu moins adaptés.

« Grâce aux nouvelles variétés et aux techniques agricoles améliorées, ces sols offrent encore des possibilités. Ces superficies devraient continuer à s'étendre. De plus, les exportations augmentent, surtout dans la première moitié de la saison, ce qui cadre bien avec la culture de l'oignon en vue d'un stockage court. » Néanmoins, le président d'Uireka voit dans la culture de l'oignon des difficultés qui entraînent un plafonnement de la croissance des volumes aux Pays-Bas, sous la forme d'une courbe en S.

Davantage de réexportations
Gijsbrecht constate que les oignons néerlandais sont de plus en plus détournés vers l'étranger, alors qu'ils proviennent davantage du nord de la France ou de l'Allemagne. « Ces oignons d'excellente qualité sont réexportés via la plateforme logistique néerlandaise », explique-t-il, notant que la part des oignons d'outre-mer échangés aux Pays-Bas est en hausse. La demande d'oignons en Afrique occidentale ne cesse également de croître. « Le potentiel de croissance est important. Mais il y a toujours des hauts et des bas. Compte tenu des prix et de la disponibilité actuels, une autre croissance de 10 % des superficies l'année prochaine ne serait pas surprenante. »

Une recherche structurelle nécessaire
Même si Gijsbrecht considère que la culture et le commerce de l'oignon néerlandais ont de bonnes chances de se développer, il souligne que les risques croissants liés à la culture nécessitent une recherche structurelle à long terme. Tous les partenaires de la chaîne doivent se voir proposer des pistes pour réduire ces risques. « Uireka (un véritable projet de connaissance auquel participe l'ensemble de la chaîne de l'oignon) effectue cette recherche de manière indépendante depuis six ans ». 

L'organisation travaille d'arrache-pied pour prolonger le projet de trois années supplémentaires. Gunter souligne l'importance de poursuivre cette étude sur l'oignon à l'échelle de la chaîne. Actuellement, elle se concentre sur des éléments tels que les effets du changement climatique sur la culture de l'oignon. Chris de Visser, qui travaille à l'université et à la recherche de Wageningen, aux Pays-Bas, et qui est le chef de projet d'Uireka, considère qu'il s'agit là d'un des plus grands risques.

« Cela est dû à des facteurs tels que l'excès, mais aussi, et surtout, le manque d'eau », explique-t-il. C'est pourquoi Uireka cherche à adapter les systèmes d'approvisionnement en eau aux conditions climatiques changeantes en utilisant, par exemple, l'irrigation au goutte-à-goutte dans la culture des oignons. « Dans une grande partie du pays, cela pourrait être l'avenir. Nous pouvons économiser de l'eau en arrosant très efficacement là où c'est nécessaire plutôt que d'irriguer régulièrement. »

Les outils du cultivateur
Le changement climatique entraîne également une augmentation du Fusarium, un champignon présent dans le sol. « Nous pouvons le détecter de manière moléculaire dans le sol et les cultures. Nous pouvons donc maintenant étudier si d'autres cultures multiplient ou retardent le champignon, si les engrais organiques jouent un rôle, et quelle doit être la durée de la rotation des cultures d'oignons. La réponse à ces questions peut nous aider à réduire les risques, donnant ainsi aux producteurs des outils pour bien maîtriser cette maladie si elle frappe », explique Chris.

Il remarque que la protection des cultures est un autre défi crucial pour les producteurs. « Il y a de moins en moins d'agents autorisés. Nous avons cartographié ceux qui seront autorisés à expirer au cours des prochaines années et ce que cela signifie pour la culture de l'oignon. Il en ressort que la gestion des insectes va être le plus grand défi. » C'est pourquoi Uireka recherche actuellement des produits phytosanitaires verts et à faible risque. Elle surveille également les interventions précoces et très spécifiques. « Les insectes sont moins problématiques pour les oignons qui poussent correctement. Nous cherchons donc à faire en sorte que les oignons poussent le mieux possible », explique Chris.

En bref, l'étude a permis de recueillir de nombreuses données. Mais savoir comment utiliser ces informations s'avère parfois encore difficile, souligne Gijsbrecht. C'est ce qui a donné naissance à l'Académie Uireka. « Nous voulons diffuser ces connaissances acquises par notre recherche tout au long de la chaîne via les conseillers et les chefs de culture. » Selon lui, cette étude est également importante pour l'ensemble de la chaîne. « Par groupe, les investissements ne sont pas si importants que ça. Cependant, grâce aux partenariats public-privé, on peut attraper un énorme poisson avec un petit », conclut Gijsbrecht.


Pour plus d'informations :
Gijsbrecht Gunter
Uireka
gagunter@gmail.com
www.uireka.nl

 

Chris de Visser
WUR
chris.devisser@wur.nl 
www.wur.nl 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)