José Tomás, de Frutomás Export S.L. :

« Les prix des kakis de deuxième catégorie devraient être identiques à ceux de la première catégorie des années précédentes »

Au cours d'une année où des milliers d'hectares de kaki ont été touchés par les intempéries, depuis les gelées de printemps jusqu'aux épisodes continus de grêle en été qu'a connus la région de Valence, l'offre a été considérablement réduite.

« A ce jour, il n'y a pas d'excédent de kakis de première catégorie où que ce soit ; il y a une pénurie de produit qui va être prédominante tout au long de la saison. Les prix baissent peu à peu avec l'augmentation de l'offre mais ils resteront assez stables tout au long de la saison pour atteindre 1,80 et 1,50 euros le kilo. » 

« Dans la catégorie standard, qui est celle que nous avons le plus à Frutomás Export S.L., nous sommes toujours à des volumes assez élevés et il nous manque plus de produits que nous ne pouvons en vendre », explique José Tomás. « Il y a plus de demande que d'offre car les prix sont tellement élevés qu'il arrive un moment où les gens ne peuvent plus se permettre les prix de la première catégorie et ils se dirigent vers les catégories inférieures. Les prix de la deuxième catégorie sont actuellement les prix de la première catégorie des années précédentes. » 

Et le fait est qu'avec « seulement 35-40 % de la production, il y aura un pic de production qui, cette saison, ne durera que quelques semaines », remarque José, « et j'estime qu'à la mi-novembre, ce sera terminé. » Néanmoins, cette année est aussi l'occasion d'apprendre aux consommateurs que les normes de qualité ne doivent pas se baser uniquement sur l'aspect esthétique du fruit et sur ce à quoi le marché nous a habitués.

« Pourquoi une banane des îles Canaries est-elle meilleure si elle a des taches ou une poire Conférence n'est pas bonne si elle n'a pas de roussissement, mais le kaki n'est pas bon s'il a une marque sur la peau », demande José Tomás. « Les fruits ne doivent pas toujours être parfaits à 100 %. Cette année, le produit disponible a ses roussissements, des petites meurtrissures, mais ce qu'il faut évaluer, c'est la qualité du produit et cette saison, les fruits ont une qualité gustative bien meilleure que les années précédentes. D'une part, les arbres ont moins de fruits, ils ont donc concentré plus de ressources sur cette production et c'est très bon, et d'autre part, cette année, le kaki est sûrement récolté plus consciencieusement et en veillant à ce que les indices de maturité soient corrects pour que lorsqu'il arrive au consommateur, ce soit un fruit 100 % optimal et que les achats se renouvellent. » 

« Malheureusement, c'est une réalité. Chaque saison des vendeurs mettent consciemment sur le marché des fruits de basse qualité, surtout au début de la saison, quand les prix sont plus élevés. Même s'ils perdent de l'argent à cause des plaintes, cela leur rapporte plus d'argent. Sauf que quand un consommateur ne trouve pas la qualité, il n'achètera plus. C'est pourquoi, cette année, avec le manque de produits et les coûts de production que nous avons, j'espère que cela n'arrivera pas. En fait, je pense que même ce qui était destiné à l'industrie sera vendu frais. » 

Cette saison, au moins, l'incidence de la cochenille a été plus faible que lors des saisons précédentes et n'a pas contribué à une plus grande perte de produits, rappelle José. « Le ravageur qui suscite le plus d'inquiétude cette année dans la région de Valence, principalement à Castellón et à Valence, est le tétranyque. La seule chose qu'il fait est de donner de l'ombre et, par conséquent, les clémentines ont une certaine verdure dans la partie supérieure, mais pour revenir à la question de l'esthétique, ce fruit, avec la même qualité que le reste et avec les mêmes coûts de production, est simplement jeté. » 

Un engagement envers la pomme de terre valencienne
José Tomás a fondé Frutomás Export S.L. en 2000, mais les origines de sa relation avec l'agriculture remontent à sa famille, qui s'occupait de deux produits traditionnels de la campagne valencienne, aujourd'hui relégués au second plan : la pomme de terre et l'oignon, produits avec lesquels José travaille encore aujourd'hui.

« Actuellement, entre 14 000 et 15 000 tonnes de pomme de terre traditionnelle, comme la Vivaldi ou la Monalisa, sont encore produites dans la région de Valence. La saison de l'année dernière a été un désastre à cause des pluies et il est toujours difficile de repartir après une année de découragement, mais nous sommes toujours engagés dans ce produit. » 

« Dans le secteur de la pomme de terre de Valence, il ne restera qu'environ 8 ou 10 entreprises, car peu à peu, il y a de moins en moins d'agriculteurs impliqués dans la culture. Mais l'association des exportateurs de pommes de terre de Valence a un siècle d'histoire et nous ne voulons pas laisser tout ce travail se perdre. » 

Pour plus d'informations : 
Frutomás Export S.L.
C/ Santander, 6 / Apdo 183
46190 Riba-Roja de Turia, Valence 
Tél. : +34 962 77 92 62 / 667 65 63 68
jose@frutomas-export.com 
www.frutomas-export.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)