Des coûts énergétiques jusqu'à 6 fois plus élevés

« Les ventes modérées et les coûts élevés pourraient finir par tuer le bio »

Les ventes risquent de devenir problématiques pour la prochaine saison des pommes et poires biologiques. « Nous vendons nos fruits principalement par le biais de la Belgische Fruitveiling et nous constatons déjà une baisse de près de 60 % des ventes de pommes, par exemple, par rapport aux années précédentes », explique Gerard Kenens, qui dirige l'entreprise de culture biologique Verken Bio Deli-Vers avec son oncle Yvan Verhemeldonck et son épouse.

« Avec les poires biologiques, ce n'est pas si mal pour l'instant. Les ventes de cette saison sont inférieures à celles de l'année dernière. C'était une année exceptionnelle car il y avait très peu de poires à l'étranger. Par conséquent, beaucoup de poires sont parties en France et en Italie en début de saison. Mais par rapport aux années précédentes, le quota est équivalent. »


Natyra

La baisse de la demande semble être une réalité, que le producteur passionné voit lentement s'aggraver. « On voit que l'offre devient trop importante en bio, ce qui est aussi encouragé par l'Europe, mais la demande ne peut pas du tout suivre pour le moment. Moins de gens se tournent aujourd'hui vers le bio, particulièrement depuis la guerre en Ukraine et l'inflation. Mais, la concurrence est de plus en plus forte, car davantage de produits viennent de Pologne et d'Italie. Il y a beaucoup de subventions à l'étranger, donc la conversion s'est faite trop rapidement dans de nombreux pays, mais le marché se resserre. Cela pourrait devenir désastreux pour le bio ». Il en résulte, malgré une bonne récolte pour la saison prochaine, des inquiétudes considérables.

Car c'est bien d'une bonne récolte dont il s'agit, assure Gérard. « Nous travaillons encore sur les dernières pommes Jonagored, mais après cela, tout sera rentré. L'ensoleillement important a permis d'obtenir une bonne qualité et un indice Brix élevé et les pommes qui n'ont pas poussé sous des filets anti-grêle ont été endommagées par les brûlures du soleil à hauteur de 10 à 15 %. Mais cela reste acceptable. Nous passons peu à peu aux filets anti-grêle et nous constatons beaucoup moins de brûlures dues au soleil sous ces filets. Les Natyras en particulier ont l'air très belles ; la taille est bonne et nous avons pu récolter entre 30 et 40 tonnes cette année, ce qui est excellent pour cette variété. »

Photo : fruits brûlés par le soleil 

La passion du bio
VerKen Bio Deli-Vers cultive ses pommes et ses poires biologiques sur près de 21 hectares. « Environ 9 hectares de pommes, dont 3 sont consacrés à la Natyra et nous cultivons également la Santana, Jonagold et Jonagored. » L'entreprise dispose aussi de 12 hectares de poires, avec les variétés Qtee et Conférence. « Mais il y a une différence dans les parties où l'eau était ou n'était pas disponible. Pour la Qtee et la Natyra, nous avons de l'eau disponible partout, mais pour la Conférence, à certains endroits, nous n'en avons pas, et vous pouvez voir que les fruits ici sont assez petits. »

Comme indiqué ci-dessus, Gérard (25 ans) dirige l'exploitation avec son oncle Yvan et sa femme à Loksbergen, en Belgique. « Mon grand-père, le père d'Yvan, travaillait dans les fruits et légumes. Puis en 1990, Yvan a décidé de reprendre l'exploitation, qui à l'époque était encore en culture conventionnelle. Le passage à la culture entièrement biologique a été effectué en 2010. »

C'est une passion, qui s'est transmise très tôt chez Gérard. « J'ai décidé d'obtenir mon baccalauréat en agro et biotechnologie, après quoi j'ai commencé à travailler sur l'exploitation pendant 3 ans et je finirai par prendre la succession complète. » Pour Gérard, les inquiétudes du secteur biologique ne lui ont donc pas fait envisager un éventuel passage au conventionnel. « Je m'arrêterais plutôt que de changer, car le conventionnel ne me conviendrait pas. Le bio, comme pour beaucoup de producteurs bio, est vraiment une passion pour moi. En outre, c'est aussi une façon complètement différente de travailler et de penser. Cela n'a jamais été une motivation financière de passer au bio. »

Des coûts énergétiques environ 6 fois plus élevés
Aussi le jeune producteur envisage-t-il néanmoins la saison à venir avec bonne humeur. « Nous fournissons des fruits toute l'année. Par exemple, nous stockons 600 tonnes nous-mêmes et les 10 % restants sont stockés à la BFV. Ensuite, pour les pommes, nous vendons la Jonagold en première partie de saison, puis vers la seconde moitié, nous commercialisons la Natyra. C'est une variété qui se conserve très bien, et d'ailleurs, les ventes de la Jonagold baissent trop vite lorsque la Natyra arrive sur le marché, car les gens semblent de toute façon opter plus rapidement pour elle. Personnellement, je le comprends aussi, car le goût de la Natyra est incomparable. C'est ainsi que nous la distribuons pendant la saison ».

La commercialisation directe d'une grande partie, en raison des coûts de stockage élevés, n'est de toute façon pas possible dans les fruits biologiques, selon Gerard. « En culture conventionnelle, on peut vendre au compte-gouttes et ensuite voir ce qui se passe. Mais nous, nous travaillons à la demande du client. La BFV reçoit une commande, après quoi nous livrons. D'ailleurs, ce stockage n'est certainement pas une partie de plaisir en ce moment. Nous n'avons pas de panneaux solaires, ce qui, selon toute vraisemblance, va multiplier par 6 nos coûts énergétiques cette année (de 4 000 à 25 000). De plus, les prix sont un peu plus bas, ce qui ne compense en rien les frais encourus. Mais nous garderons le moral. C'est un défi, mais nous avons de très beaux fruits cette saison, qui parleront d'eux-mêmes. »

La biodiversité et les bons sols sont importants pour la qualité
Outre la culture, la biodiversité est également très importante pour l'entreprise de culture de Loksberg. « Nous avons donc choisi il y a 3 ans de semer des fleurs dans la bande d'herbe (chemin en rang) entre les arbres. Ainsi, chaque année, nous semons 1 rangée sur un total de 3. L'année suivante, la rangée suivante suit et l'année d'après la dernière, de sorte que toutes les rangées sont semées au bout de 3 ans. De cette façon, nous créons une plus grande diversité de fleurs. Nous avons une faucheuse spéciale, qui ne coupe pas la bande de fleurs entre les ceintures. »

« Nous faisons cela pour fournir du nectar aux insectes utiles, comme les guêpes parasitoïdes, les syrphes, etc. Au cours de l'année, on constate une énorme activité sur les fleurs et dans les arbres de ces insectes bénéfiques », poursuit le producteur. « Chez les pommiers, par exemple, ils peuvent aider à lutter contre le puceron lanigère du pommier et chez les poiriers, ils parasitent la cochenille. Nous visons des fruits de bonne qualité. Pour cela, nous pensons que la biodiversité ainsi qu'un bon sol et une bonne vie du sol sont importants. »

C'est également pour cette raison que Verken Bio Deli-Vers a encore investi dans un souffleur de feuilles. « Cette machine fonctionne très bien sur la Natyra. Nous pouvons la ramasser en une seule fois et la couleur est très bonne. Comme la Natyra est sensible au printemps, Yvan a eu l'idée ce printemps d'utiliser le souffleur de feuilles pour souffler les fleurs en pleine floraison. Cela a été fait en coopération avec PCfruit et testé dans notre ferme, car cela n'avait jamais été fait auparavant. Nous sommes encore à la recherche des bons réglages, mais vous pouvez constater que cela fonctionne positivement. Le souffleur de feuilles peut ainsi offrir une double fonction ».

Pour plus d'informations :
Gerard Kenens
VerKen Bio Deli-Vers
Zilveren-Helmenstraat 74
3545 Loksbergen
Tél. : +32 495545730 (Yvan Verhemeldonck)
Tél. : +32 474199809 (Gerard Kenens) 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)