Chayenne Wiskerke : « Nous voulons que les oignons soient un exemple de durabilité pour le secteur agricole »

Wiskerke Onions construit une ferme solaire autonome de 20 hectares

Proposer l'oignon le plus durable aux consommateurs, c'est l'objectif de Chayenne Wiskerke, de Wiskerke Onions. « En tant qu'entreprise familiale de quatrième génération, nous sommes devenus un leader du secteur en nous tournant continuellement vers l'avenir. Nous voulons améliorer la durabilité et l'efficacité de notre industrie et de ses parties prenantes. En envisageant l'énergie et l'eau sous un angle nouveau, en étant plus économe de nos matières premières et, dans la mesure du possible, en innovant en permanence afin de pouvoir continuer à obtenir un produit sain ».

Il y a plusieurs années, ce transformateur d'oignons néerlandais s'est associé à une entreprise voisine, Lamb Weston Meijer. Cette station d'emballage d'oignons fonctionne à 100 % avec la chaleur du programme d'échange de chaleur résiduelle. La chaleur résiduelle du transformateur de pommes de terre est utilisée pour sécher les oignons de Wiskerke Onions et pour chauffer ses bureaux. Cela permet d'économiser plus de 1 000 tonnes de CO2 par an.

« Outre l'utilisation de la chaleur résiduelle, nous nous sommes efforcés cette année de rendre la culture plus durable. Nos fournisseurs cultivent sur une superficie considérable, sous le label PlanetProof, en accordant une attention particulière à la gestion intelligente des sols, de l'eau, de l'énergie, de la production et du climat. »

Parc solaire de vingt hectares
Restait la consommation d'énergie. Là aussi, l'entreprise de transformation d'oignons a trouvé une solution : un parc solaire. « Notre conseiller, Adriaan Rijk, nous a donné l'idée de cette exploitation 100 % neutre en énergie », raconte Chayenne.

Dans le cadre d'un processus de développement conjoint, Wiskerke Onions construit un parc solaire autonome sur un terrain de 20 ha situé à un kilomètre de l'entreprise. « Souvent, un promoteur commercialise ces projets, mais nous avons choisi de le développer nous-mêmes avec l'aide de partenaires et de consultants car il s'agit de notre terrain et de notre propre utilisation. »

Cette semaine, les premiers panneaux seront placés et le parc devrait être achevée le 1er février 2023. La ferme comptera plus de 45 000 panneaux solaires, soit une puissance de 24 MW. « Nous avons besoin de 15 % pour notre activité et notre client, les supermarchés Jumbo, utilisera les 85 % restants. De nombreux parcs solaires sont réalisés pour fournir de l'électricité à des pays étrangers ; celui-ci est véritablement destiné à un usage local », explique Chayenne.

« C'est une valeur ajoutée que nous pouvons exploiter de manière réellement durable pour nous et notre client. La capacité générée et économisée nous permet de devenir entièrement neutres en CO2. Nous disposons d'un échange de chaleur résiduelle, d'un toit solaire, d’un parc solaire et bientôt de panneaux solaires sur nos camions. Cela garantira même une empreinte CO2 négative. Il faut travailler ensemble et utiliser toutes les options pour réaliser la transition climatique. »

Une valeur ajoutée régionale
La préparation de ce projet a pris plusieurs années. Il est d'une énorme complexité. Pensez à tous les permis nécessaires, à la supervision du projet, aux exigences environnementales, aux assurances et au transport. Nous avons dû faire face à la volatilité des prix des matériaux et des financements. Ce projet n'aurait jamais été possible sans l'incroyable coopération de nos partenaires. Nous avons obtenu les permis à la condition que nous apportions une valeur ajoutée à la région. Nous le faisons notamment en aménageant des espaces verts autour du parc - en coopération avec l'éleveur Hazera - et en tamponnant l'eau en période de sécheresse », explique M. Wiskerke.

« Le soutien des partenaires est inestimable, également pour réaliser un tel projet. Il a nécessité des efforts considérables et ne peut aboutir que grâce à la coopération avec les meilleurs partenaires régionaux. Malgré la montée en flèche des prix des conteneurs, Maersk a apporté son soutien et a planifié la logistique des panneaux pendant le pic de réservation des conteneurs. Je dois également mentionner notre entrepreneur principal, Izen Renewable Energy et le sous-traitant Batenburg. Rabobank a aidé au financement, et NNZ a fourni l'emballage durable pour que la chaîne complète soit vraiment neutre. »

« Nous voulons rendre les oignons complètement durables, de la culture à la transformation jusqu’à la logistique. Ils doivent devenir un exemple à suivre pour le secteur agricole. L'empreinte des oignons néerlandais est souvent considérée négativement parce que nous exportons dans le monde entier. C'est pourquoi je me réjouis de pouvoir bientôt montrer, par le biais d'une étude sur l'empreinte CO2, que les Pays-Bas présentent une image de durabilité idéale pour l'ensemble du processus. Les autres pays devront faire de leur mieux pour rivaliser avec cela ». 

Pour plus d'informations :
Chayenne Wiskerke
Wiskerke Onions
Tél. : +31 (0)113 382210
Chayenne@wiskerke-onions.nl   
www.wiskerke-onions.nl  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)