La concurrence fait rage sur le marché européen de la mangue

C'est une année difficile pour les exportations de mangues brésiliennes. Le marché local du pays absorbe bien ses mangues, mais les exportations vers l'Europe sont pour le moment en difficulté. 

Ces dernières années ont été instables pour les mangues. En 2020, pendant la pandémie, le commerce de la mangue s'est pratiquement arrêté. « En 2021, le marché a bien récupéré. Cette année, tout est à nouveau différent », rapporte Eryvan Pires de Fruitmarket Agribusiness depuis le Brésil. Plusieurs facteurs actuels entravent fortement le commerce brésilien. « Tout d'abord, le pays est aux prises avec des coûts de fret maritime faramineux. Cette année, les prix des conteneurs ont doublé pour atteindre jusqu'à 8 000 dollars. »

« Les coûts de production ont également augmenté de rien de moins que 20 %. L'Ukraine est le principal fournisseur d'engrais du Brésil. Depuis que la guerre a éclaté, les importations sont aussi difficiles que coûteuses. Et enfin, le taux de change est défavorable. La valeur du Real a fortement chuté cette année. Il a perdu environ 62 % de sa valeur. Tout cela s'additionne, augmentant les prix d'au moins 44 %. Est-ce faisable ? Qu'en pensez-vous ? », demande Eryvan.

Fruitmarket négocie des fruits tropicaux, en se spécialisant dans les mangues. L'entreprise dispose d'un bureau d'exportation au Brésil et achète des mangues directement auprès de deux grandes entreprises de production qu'elle contrôle. Fruitmarket importe également des mangues d'Afrique occidentale, du Mexique et du Pérou. Le Brésil, qui produit des mangues toute l'année, est, selon Eryvan, l'acteur le plus puissant dans ce domaine en Amérique centrale et du Sud.

« Le Brésil a tout en place en ce qui concerne la culture, les produits phytosanitaires, l'irrigation, le conditionnement, la logistique et le commerce. En Europe, l'Espagne est devenue un concurrent particulièrement puissant. Ce pays a des mangues d'août à décembre. Pas toute l'année donc, mais presque. Cela signifie qu'ils peuvent laisser leurs mangues sur les arbres plus longtemps. »

Des exportations européennes moins nombreuses
Fin septembre, le marché européen est sensiblement plus concurrentiel. De nombreuses mangues sont disponibles dans d'autres pays producteurs, comme l'Espagne et Israël. Ajoutez à cela les coûts de transport élevés et l'inflation persistante. « Beaucoup moins de mangues brésiliennes se dirigent vers le marché européen. Heureusement, le marché local est bon, et les ventes aux États-Unis restent importantes », explique Eryvan.

« Toutefois, l'importante demande locale de mangues est appelée à diminuer. Il fait de plus en plus chaud ici, donc les mangues mûrissent plus tôt. Cela se traduit par une augmentation du nombre de mangues et peut même conduire à une surproduction. Cela entraînera une nouvelle augmentation des expéditions. Nous nous attendons à ce que la demande de l'Europe reprenne en ce moment. Toutefois, le marché européen recevra moins de mangues que d'habitude. Les gens ont peur de prendre des risques ; il y a beaucoup d'incertitude. »

Selon lui, deux grands producteurs brésiliens ont décidé de ne pas expédier de mangues en Europe. « Ils laissent les fruits suspendus sur les arbres. Cela coûte moins cher que de récolter, emballer et expédier les mangues. Les exportations directes, sans courtage, se portent bien. C'est ce que nous essayons de faire autant que possible. Sinon, tout ce que nous pouvons faire, c'est attendre et voir. Nous avons déjà vécu une telle situation. Les temps meilleurs reviennent assurément », conclut Eryvan.

Pour plus d’informations :
Eryvan Leal Pires
Fruitmarket Agribusiness BV
Lichtenauerlaan 102-120
3062 ME Rotterdam, NL
Tél. : +31 10 340-0125
www.fruitmarket.nl
eryvan@fruitmarket.nl


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)