La pression de la mouche des fruits s'est intensifiée dans les zones de culture de Valence

« Les plaintes concernant la qualité des clémentines et des oranges montent en flèche »

L'incidence de la mouche méditerranéenne des fruits, Ceratitis capitata, s'est intensifiée ces dernières semaines dans les principales zones de culture d'agrumes de la région de Valence. La persistance de températures chaudes à des dates inhabituelles a favorisé la prolifération du ravageur et entraîné des pertes économiques. 

Les agrumes les plus touchés sont les mandarines et les clémentines précoces, comme les Oronules, bien qu'elle affecte également les Clemenules, la variété la plus représentative de Valence en termes de volumes de production. Les Navelinas sont également touchées, mais dans une moindre mesure.

« La saison a commencé avec optimisme pour le secteur avec les ventes des premières clémentines et mandarines, les prix étant plus élevés en raison d'une moindre disponibilité cette année. Mais au fil des semaines, les températures n'ont pas baissé et la présence de la mouche des fruits dans les champs a augmenté, provoquant de graves problèmes de qualité et des pertes plus importantes. Cette situation nous a obligés à effectuer une sélection supplémentaire dans les usines de conditionnement », explique un producteur et exportateur valencien.

« Les plaintes à destination ont augmenté et cela provoque beaucoup d'agitation sur les marchés car les clients attendent des fruits de bonne qualité étant donné les prix élevés de cette année. Nous pensions que maintenant, avec l'arrivée de Clemenules, qui est une meilleure variété que celles récoltées jusqu'à présent, la situation s'améliorerait. Finalement c'est toujours la même chose voire pire, ce qui est inhabituel pour cette variété. Conséquence également de la chaleur persistante, le déverdissage des fruits est moins efficace et la couleur de la peau des clémentines est moins homogène, avec des tons plus verts. » 

« Les coûts supportés par les producteurs sont faramineux, tout comme ceux des entreprises, asphyxiées par les prix de l'énergie et des matières premières. Et ceci est maintenant couplé à des niveaux très bas de consommation des fruits. La mouche provoque des pourcentages d'oranges et de mandarines pourries qui sont quatre, voire cinq fois plus élevés que d'habitude », affirme José Pascual Ramos, directeur de la coopérative San Alfonso de Betxí, dans la province de Castellón.

Ces dernières semaines, les traitements ont dû être intensifiés dans les champs afin d'éradiquer un problème qui semblait résolu.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)