Héctor Mallol, directeur commercial de Naturnar :

« Les marchés doivent être conscients du prix auquel nous, les producteurs, devons vendre nos fruits »

À Alicante, les oranges pour la nouvelle saison 2022/23 sont déjà récoltées. « Notre activité d'entreposage se concentre à près de 90 % sur les oranges car nous travaillons généralement directement dans les champs avec les citrons et les mandarines. Surtout lorsqu'on travaille avec des fruits à feuilles », explique Héctor Mallol, directeur des ventes de Naturnar.

« Les agrumes avec feuilles ne subissent aucun traitement post-récolte : ils sont récoltés et emballés sur le terrain et nous les envoyons à nos clients sans passer par l'entrepôt. En plus de la production de citrons et de mandarines à feuilles, nous commercialisons également des oranges à feuilles, dont nous chargeons plusieurs volumes par semaine pour les marchés traditionnels des Pays-Bas, de l'Allemagne, du Royaume-Uni et de l'Italie. Bien que nos agrumes voyagent également en dehors de l'Europe. » 

« Dans des destinations telles que les Émirats Arabes Unis, Oman, l'Arabie Saoudite, le Qatar, la Malaisie, Singapour et le Canada, nos principales marques, NATURNAR et AURORA, ont déjà une présence importante. » 


Krystel Guerrero Roca, gérante et propriétaire de Naturnar, et Héctor Mallol.

L'année dernière, Naturnar a commercialisé un total de 12 millions de kilos d'oranges - en plus de 3 millions de kilos de mandarines et de 4 millions de kilos de citrons - et cette année, elle prévoit une augmentation du volume à 25 millions de kilos au total. « En février, nous avons modifié nos installations en acquérant de nouvelles machines et nous avons récemment reçu la certification IFS dans le cadre de l'engagement continu de l'entreprise à poursuivre son expansion internationale. » 

« Cette année, Fruit Attraction a également été un tournant pour nous. Les liens commerciaux existants ont été renforcés et nous allons développer d'autres nouveaux projets », déclare le directeur des ventes de Naturnar.

« La question est de savoir si les marchés vont accepter le prix auquel nous devons vendre les fruits cette année » 
La saison attendue des oranges espagnoles commence à un moment où il y a une forte demande en Europe pour des oranges de grande taille, explique Héctor, car ce qui restait sur les marchés après les importations d'Afrique du Sud et d'autres pays d'outre-mer était des fruits de plus petite taille. « Pour le moment, nous constatons qu'il n'y a toujours pas de demande pour les petits calibres, mais pour les oranges plus grandes, des prix adéquats sont payés car tous les fruits arrivent avec une excellente qualité. » 

« Pour les deux dernières semaines, nous pouvons dire que les prix payés sont corrects, et en raison de la tendance naturelle du marché, la semaine dernière, il y avait une plus grande pression pour baisser les prix. Mais nous devons comprendre que cette année doit être différente ; à aucun moment nous ne pouvons vendre des fruits aux prix de l'année dernière », remarque-t-il.

« L'électricité a doublé pour tout le monde, les cartons, le gaz... Tous les coûts de production ont augmenté. » 

« Dans la région, il y a plusieurs entreprises qui ont fait faillite de l'année dernière à cette année parce que le principal handicap que nous avons dans le secteur des agrumes, c'est qu'il y a des pertes depuis des années. C'est quelque chose qui ne devrait jamais arriver et encore moins lorsqu'il existe une loi interdisant les ventes en dessous des coûts de production. » 

« De mon point de vue, je pense que la demande d'oranges va continuer comme d'habitude. Les marchés doivent comprendre le prix auquel nous devons vendre les fruits », souligne Héctor Mallol. « En ce sens, il devrait y avoir une sorte d'organisme de régulation auquel adhéreraient toutes les entreprises de la région de Valence, qui établirait des coûts de production minimums et serait régi par ceux-ci afin que personne ne puisse vendre en dessous de cette valeur. Mais cela nécessiterait l'engagement et l'unité de l'ensemble du secteur. » 

« La réglementation des importations doit également être une question essentielle. Les fruits d'autres origines ne peuvent être introduits sans aucun contrôle. Les producteurs espagnols se voient imposer certaines exigences qui ne sont exigées de personne d'autre, et ce non seulement au niveau national, mais aussi au niveau européen. »

Pour plus d'informations : 
Naturnar
Ctra. Hurchillo Arneva, 1
03300 Orihuela, Alicante (Espagne)
hector@naturnar.com 
www.naturnar.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)