L'exportateur polonais de pommes n'est toujours pas en mesure d'exporter ses produits

« La pénurie de main-d'œuvre entraîne un démarrage passif de la saison »

Pour certains exportateurs polonais de pommes, la saison a commencé très lentement. Mohamed Marawan, à la tête de Sarafruit, affirme que le manque de main-d'œuvre est la principale raison de ce démarrage lent : « Notre saison de pommes a commencé vraiment très tranquillement en matière d'exportation. Le principal problème était la répartition du personnel avec un nombre insuffisant de travailleurs pour récolter tous les fruits, tout en ayant besoin de personnel dans notre entrepôt de conditionnement. Le processus a été retardé dans l'ensemble, et maintenant nous commençons à rattraper le temps perdu et à exporter autant que possible. »

L'Égypte étant le principal marché de Sarafruit depuis des années, couplé avec le fait que les banques égyptiennes n'autorisent aucune importation pour le moment pose un gros problème, explique Marawan. « La situation de l'exportation de pommes vers l'Égypte n'a pas changé jusqu'à présent. Les banques et la banque centrale égyptienne n'ont toujours pas réussi à trouver une solution à l'insuffisance d'euros et de dollars. À l'heure actuelle, le dollar est de plus en plus fort comparé à la livre égyptienne. Il y a un mois, pour un dollar, vous obteniez 18 livres, aujourd'hui, un dollar vous rapporte 26 livres. La situation n'est donc pas du tout stable sur le marché égyptien en ce moment. »

Sarafruit essaie d'importer des produits de ses clients en espérant accélérer le processus permettant d'envoyer à nouveau des pommes en Égypte. « Pour résoudre la situation, les exportateurs égyptiens doivent réaliser plus d'exportations pour que le pays puisse importer. La demande de pommes polonaises en Égypte n'a pas changé, mais cela n'a aucun impact sur la situation actuelle. Pour aider, nous discutons avec nos partenaires en Égypte et essayons d'importer d'autres fruits, afin qu'ils puissent être présents sur le marché européen. »

Lorsqu'on lui demande si les prix des pommes sont différents cette saison, Marawan affirme que les prix n'ont pas augmenté depuis longtemps, alors que les coûts ont grimpé en flèche : « Le prix des pommes polonaises est le même depuis trois ans, alors que tout le reste, carburant, transport, énergie, travailleurs et engrais, tout est devenu plus cher. La situation est donc vraiment dramatique pour les producteurs, les exportateurs et les entreprises de conditionnement. Certains producteurs se diversifient avec différentes cultures pour tenter d'obtenir des profits supérieurs. En ce qui concerne les poires, je pense que cela ne fonctionnera pas à long terme, car de nombreux producteurs planteront des poires et nous nous retrouverons dans une situation similaire à celle que nous connaissons actuellement avec les pommes. Au sein de Sarafruit, nous n'avons pas l'intention de changer quoi que ce soit dans notre verger, car nous avons en place des variétés dédiées à l'export vers nos principaux clients.  et ils attendent chaque année ces volumes de pommes. »

L'énergie étant devenue plus chère, le stockage des pommes va devenir un processus coûteux cette année. Marawan estime qu'ils ne ressentiront pas cet impact autant que les autres producteurs, car ils auront bientôt épuisé le stock de leur propre verger. « Nous ne stockons pas nos pommes en général. Les volumes restants dans les chambres froides sont destinés à être exportés dans les deux mois suivants. Cela signifie que nous aurons terminé notre propre récolte de pommes et que nous commencerons à acheter des volumes supplémentaires à des producteurs que nous connaissons bien. Ces producteurs savent comment traiter leurs pommes dans le verger, afin d'obtenir un produit sain indemne de toute maladie. Après avoir été triées et emballées, ces pommes vont devoir être transportées pendant 40 à 45 jours, et doivent donc être d'excellente qualité. Chaque année, nous terminons la saison des fruits Sarafruit en mars, nous avons donc encore quatre mois de travail devant nous. Nous espérons que la situation en Égypte évoluera d'ici la fin de l'année 2022. »

Pour plus d'informations :
Mohamed Marawan
Sarafruit
Tél. : +48 537 935 155
office@sarafruit.eu 
www.sarafruit.eu 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)