Miquel Roig, directeur général de Fructícola Empordà :

Quel magasin espagnol fera le premier pas en augmentant le prix des pommes dans les rayons ?

La récolte des pommes se termine en novembre à Gérone, exception faite de certaines variétés comme la Pink Lady, qui continueront à être récoltées jusqu'à la fin de l'année. Globalement, la production de pommes a baissé cette année. Les prix, bien qu'ils soient légèrement supérieurs à ceux de la saison dernière, doivent encore augmenter pour assurer la rentabilité de tous les maillons de la chaîne de valeur.

« Cette année, nous avons environ 25 % de production de pommes en moins par rapport à la récolte de l'année dernière », explique Miquel Roig, directeur général de Fructícola Empordà, située à Sant Pere Pescador, à Gérone. « Nos opérateurs continuent de passer des commandes avec des volumes similaires à ceux de l'année dernière, mais nous ne pouvons pas offrir autant en raison de la récolte actuelle. Nous devons économiser un peu pour être en mesure de fournir jusqu'en juillet. La récolte est également plus faible dans le reste de l’Europe. Elle est inférieure aux prévisions initiales et de moindre qualité en raison des températures élevées du mois d'août. »

Cette année, la baisse de l'offre a contribué à une légère hausse des prix. « L'année dernière, il a été impossible pour la grande distribution d'accepter d'augmenter son prix d'achat des pommes malgré la flambée des coûts de production. Bien que nous ayons pu compenser cela par une augmentation des volumes de vente, de nombreux opérateurs de ventes par palettes ont considérablement souffert. Cette année, la baisse de la disponibilité des pommes a entraîné une légère hausse des prix, ce qui nous permet de répercuter les coûts actuels. »

Le représentant de Fructícola Empordà rappelle qu'« au mois d'août, les coûts énergétiques étaient 4,5 fois plus élevés que l'année dernière. Or, ils étaient déjà élevés par rapport à l'année précédente. En septembre, ils sont passés du simple au double. Maintenant, ils sont un peu régulés et se situent à des niveaux similaires à ceux de l'année dernière, même s'il faut rappeler qu'ils sont encore trois fois plus élevés qu'il y a deux ou trois ans. »

Selon Miquel Roig, « Malgré des prix de vente en augmentation, nous ne pouvons pas nous réjouir. Les supermarchés n'aiment pas augmenter le prix des pommes car ils craignent que les consommateurs ne les considèrent comme un endroit coûteux. Il s'agit d'une guerre des prix qui met en danger la survie de ce produit au niveau national. Si le prix des pommes n'est pas assez bon et qu'il existe un maillon faible dans le secteur, tôt ou tard, cette chaîne de valeur se brisera. Quelle sera la première chaîne de supermarchés à faire payer ses pommes plus cher ? Tout pourrait changer dès que l'une des principales chaînes franchira le pas ».

Fructícola Empordà fait partie des entreprises possédant le sceau de l'Indication Géographique Protégée Poma de Girona. Elle vend environ 80 % de sa production de pommes sur le marché national. « La majorité des supermarchés avec lesquels nous travaillons s'engagent principalement pour les fruits d'origine nationale. Il est vrai que, même si des pays comme la France ont encore des années d'avance sur nous à cet égard (ils n'achètent pas un seul kilo de pommes étrangères tant qu'il reste des produits français), en Espagne, la tendance a beaucoup changé ces dernières années. Les consommateurs ont été éduqués à privilégier les produits nationaux pour des raisons sociales et environnementales. »

Pour plus d'informations :
Miquel Roig i Heras
Fructícola Empordà
C/ Dr. Narcís de Ciurana, 12
17470 Sant Pere Pescador (Girona)
Tél. : +34 972 52 00 00
mroig@empordasl.com
www.fructicolaemporda.cat


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)