Tiaan Rossouw, pour Rainbow Superfood :

« Je ne sais pas comment les producteurs de myrtilles vont survivre »

Les exploitations de myrtilles de Rainbow Superfood à Rawsonville et Lambertsbaai, dans la province du Cap occidental, commencent la récolte à un moment où les prix s'améliorent légèrement, après une saison épouvantable au cours de laquelle les producteurs ont dû vendre leurs myrtilles à un prix bien inférieur au prix de revient, avec pour seule raison celle de maintenir les programmes.

En Europe et en Asie du Sud-Est (Malaisie, Singapour, Hong Kong), l'Afrique du Sud a été étouffée par le Pérou cette saison, déclare Tiaan Rossouw, directeur général de Rainbow Superfoods.

Il observe qu'en Asie du Sud-Est, les acheteurs semblent être principalement motivés par le prix et qu'ils préfèrent les myrtilles péruviennes, moins chères, aux myrtilles sud-africaines.

La bonne nouvelle, c'est que le Pérou termine sa production et que, selon les rapports, le Chili pourrait ne pas envoyer autant de myrtilles en Europe qu'à l'accoutumée.

La saison a été particulièrement mauvaise en matière de prix, dit-il. « J'ai été choqué par les prix de vente de certains expéditeurs de myrtilles. Il y a seulement quelques années, ils obtenaient quatre ou cinq fois ce prix. La plupart des producteurs de myrtilles sud-africains ont approvisionné durant la principale période de commercialisation, qui se termine maintenant. Nous prolongeons nos ventes jusqu'en janvier. »

Des problèmes de qualité dans la région du Cap occidental
Les problèmes de qualité des myrtilles du Cap occidental, notamment les arrivages de lots de myrtilles molles alors qu'elles paraissaient saines à l'envoi, laissent les acteurs de la filière perplexe.

« D'après ce que j'entends, les conditionnements ne se sont pas bien déroulés, même ici au Cap occidental, ce qui est difficile à comprendre puisque nous avons eu des super conditions de croissance, nous n'avons pas eu de vague de chaleur comme les gars du nord en septembre. »

Les envois de produits vers la transformation 3ème gamme ont été stoppées la semaine dernière lorsque Euroberry a annoncé avoir reçu 3 000 tonnes de myrtilles et ne plus pouvoir en accepter.

« Nous avons eu de la chance, avec une très bonne qualité jusqu'à présent, mais le prix n'est tout simplement pas là », dit-il. « Le prix colis est d'environ 1,50 euro inférieur à celui de l'année dernière, qui connaissait déjà des prix bas. »

C'est le prix du fret aérien vers l'Est et vers le Moyen-Orient qui les a tués cette saison.

« On subit une hausse d'environ 20 % par rapport à l'année dernière. Et on a l'impression que les tarifs des conteneurs sont à nouveau en train de remonter. Les taux tournent autour de 10 000 dollars américains en ce moment. »

Une campagne prolongée au Zimbabwe
La saison a déraillé dès le début, observe-t-il, lorsque les producteurs de myrtilles du Zimbabwe ont décidé de prolonger leur campagne après des rendements précoces décevants.

Rainbow Superfood fournit des myrtilles provenant du Zimbabwe vers la semaine 15, mais cette année, c'est entre les semaines 38 et 40 que les acheteurs lui ont fait part de leur préférence pour les baies sud-africaines.

« Le Zimbabwe dispose normalement d'un créneau, mais les producteurs se sont rendu compte qu'il n'y aurait pas de fenêtre favorable. Habituellement, les exploitations zimbabwéennes récoltent 60 à 70 % de leurs fruits en début de saison et cela fonctionne bien, car ces premières récoltes sont généralement de très bonne qualité. Ensuite, ils s'arrêtent et commencent à tailler, comme leurs rendements sont suffisants. Leurs coûts généraux sont beaucoup moins élevés qu'ici et la plupart d'entre eux s'orientent alors vers le conditionnement à la ferme pour le marché local. »

Cette année, les premiers retours ont été décevants et ils ont choisi de prolonger la campagne de myrtilles, au détriment de la saison précoce sud-africaine.

« Le prix ne pourra jamais descendre plus »
Avec le recul, l'expansion intense dans les myrtilles en Afrique du Sud, qui se poursuivait encore à un rythme soutenu l'année dernière, n'était probablement pas la décision la plus sage, observe-t-il.

« Dans deux ans, il y aura encore plus de myrtilles sur le marché et je dois dire que je ne sais pas comment les producteurs de myrtilles vont survivre. Quand je fais les comptes, ce n'est tout simplement pas viable. Le prix est aujourd'hui au plus bas. »

Les producteurs vendent juste pour couvrir le coût des ventes, et ils arrivent tout juste à couvrir leurs coûts de production. Sur un colis, les prix de vente sont inférieurs de 50 rands (2,8 euros) au seuil de rentabilité.


La ferme de Rainbow Superfood à Rawsonville, Western Cape (photos fournies)

Le prix finira par remonter, pense-t-il, mais l'année prochaine sera une répétition de celle-ci.

Il maintient que des changements fondamentaux devront être apportés par les opérateurs logistiques ainsi que les consommateurs, et ce pour toutes les cultures, pas seulement pour les myrtilles, « Sinon les temps seront très durs. »

Les acheteurs et les consommateurs purement motivés par les prix accélèrent la disparition des producteurs. En l'état actuel des choses, les exploitations agricoles vont probablement commencer à licencier des travailleurs.

Il estime qu'un prix équitable pour un agriculteur qui ne rembourse pas son prêt est de 70 R (3,9 euros) par kilogramme, avant frais de transport, pour les barquettes - et un peu moins pour le vrac. Les remboursements de prêts ajouteraient 10 rands supplémentaires à sa proposition de prix équitable.

Pour plus d'informations :
Tiaan Rossouw
Rainbow Superfood
Tél. : +27 61 586 5047
tiaan@rainbowsuperfood.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)