Stefan Lindner, Lindner Fruchtimport, à propos de l'offre espagnole en agrumes

« Bonne disponibilité pour les citrons et les clémentines, les grosses oranges se font plus rares »

La campagne espagnole des agrumes est quasiment à son apogée. « Les citrons espagnols de la variété commerciale Primofiori sont désormais disponibles dans tous les calibres et de bonne qualité. Pour les clémentines, le passage à la variété Clemenules a eu lieu il y a trois semaines. Depuis, nous observons une disponibilité suffisante dans tous les calibres », explique Stefan Lindner, grossiste en fruits sur le marché du frais de Francfort et fournisseur exclusif de la marque de qualité Diana.

Contrairement aux citrons et aux clémentines, on observe certaines lacunes dans l'offre d'oranges, poursuit Lindner. « Pour les oranges de la principale variété saisonnière Navelina, il y a notamment très peu de disponibilité pour les calibres 1 et 2, c'est-à-dire les fruits les plus gros. En revanche, à partir du calibre 3, les fruits sont disponibles en quantités suffisantes. »

Une origine réputée et une peau consommable
La star de la saison pour l'entreprise Lindner est la marque d'agrumes Diana. Elle trouve ses origines il y a maintenant 80 ans, lorsqu'un fournisseur espagnol est allé à la recherche de nouvelles opportunités d'exportation pour ses oranges et d'une marque correspondante pour le marché allemand. « Ce qui caractérisait déjà ces oranges à l'époque, c'est qu'elles n'étaient pas traitées chimiquement. » Le producteur a fini par donner à sa marque le nom de sa chienne de berger : Diana. C'est pourquoi de nombreuses personnes âgées continuent d'appeler ces fruits « Diana l'orange au chie » ou simplement « les oranges au chien », selon Lindner.

En collaboration avec le partenaire de distribution exclusif Soravia, Diana est devenue une marque d'oranges reconnue dans le sud de l'Allemagne. « Lorsque nous avons racheté la société Soravia, également basée à Francfort, il y a maintenant plus de dix ans, nous avons acquis les droits de distribution pour Diana dans la région Rhin-Main, et, peu de temps après, pour toute l'Europe », se rappelle Lindner.



Malgré sa forte réputation, la marque avait perdu des parts de marché dans les années précédant le rachat, se souvient Lindner. « Après avoir repris la licence de la marque, nous avons délibérément remis l'accent sur la qualité, et pas seulement sur le goût et l'aspect visuel. Les oranges Diana se passent d'agents fongicides et conservateurs sur la peau et nécessitent donc un soin particulier lors des manipulations en post-récolte. C'est ce qui caractérise finalement la marque de façon unique : à savoir que la peau des oranges Diana est consommable. »

Cela vaut également pour les citrons et les clémentines, qui ont été successivement intégrés au portefeuille dans les années qui ont suivi le relancement global de la marque. Lindner : « Plus tard, les pastèques à faible teneur en pépins de la variété Royal Honey ainsi que les tomates ont été ajoutées. Nous nous concentrons clairement sur les produits espagnols, les agrumes étant largement en tête en termes de volume et étant désormais distribués dans toute l'Allemagne. Les pastèques et les tomates sont principalement vendues sur le marché local. »

Ces dernières décennies, les oranges espagnoles ont eu tendance à arriver plus tôt sur le marché allemand. « Notre saison Diana s'étend toutefois de fin novembre à mai. Nous commençons volontairement la saison un peu plus tard, afin de pouvoir proposer une marchandise avec une teneur en sucre optimale. Les pics de vente classiques se font toujours pendant la période précédant Noël, en novembre et décembre. Les clémentines sont de saison entre octobre et mars/avril, les citrons Diana peuvent désormais être commercialisés toute l'année. » La campagne d'agrumes de l'année dernière a été dans l'ensemble assez satisfaisante, y compris une saison Diana très satisfaisante, résume Lindner. « En raison de la hausse des coûts omniprésente, les cotations ont parfois été très élevées. Mais ce niveau de prix élevé n'a pas eu d'effet négatif sur le volume de commercialisation. » 


Potentiel de croissance en agrumes
Par le biais des marchés de gros d'Allemagne, Diana trouve son chemin vers le commerce de détail spécialisé et exigeant, ainsi que les marchés alimentaires privés et locaux. Ce segment de marché s'est établi par le passé comme vitrine pour les nouvelles variétés de fruits et légumes, notamment dans la catégorie des agrumes. « Les clémentines Orri sont aujourd'hui cultivées en Israël, et de plus en plus en Espagne. L'orange Cara Cara s'est également rapidement imposée ces dernières années. C'est justement dans le commerce spécialisé - le marché de préférence de Diana - que je vois un potentiel pour ces variétés d'agrumes relativement neuves. » 

En tant que distributeur exclusif, la société Lindner ne souhaite pas proposer de camelote, mais des fruits sélectionnés et de grande qualité. « C'est une différence essentielle qui se reflète également dans la présentation, notamment dans l'emballage. Nos oranges par exemple, sont emballées individuellement, ce qui constitue une protection supplémentaire du produit. »


La direction de la société Lindner avec Stefan Lindner (à gauche).

En conséquence, la marque se trouve dans un segment de prix plus élevé, poursuit Lindner. « La demande reste cependant élevée et stable, d'autant plus que nous parlons d'une marque établie. Mais la hausse continue de l'inflation représente un défi supplémentaire que nous devrons gérer au cours de la nouvelle saison. Je me demande toutefois si les articles haut de gamme vont vraiment souffrir de cette crise autant que d'autres le prédisent. Je suis convaincu que ceux qui ont acheté des fruits premium comme Diana avant l'inflation continueront à le faire cette année. Mais nous, et donc nos acheteurs, ne pouvons pas exclure que des hausses de prix se produisent ici aussi. »

Néanmoins, Lindner estime qu'il y a des chances de continuer à développer la position de la marque Diana sur le marché allemand. « Avec Diana, nous avons trouvé une bonne niche, surtout dans le sud de l'Allemagne. Nous nous efforçons de gagner encore en présence, mais nous nous en sortons plutôt bien avec nos ventes, compte tenu du volume et des besoins. Il est également extrêmement important pour nous de proposer la meilleure qualité plutôt que de passer plus de quantité par le biais du prix. Cela reste notre objectif. »

Pour plus d'informations :
Stefan Lindner
Lindner GmbH
Fruchtimport und Handelsgesellschaft
Tél. : +49 69-401008-0
Fax. : +49 69-401008-25
mail@lindnerfood.de 
www.lindnerfood.de


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)