« Sur ce marché encombré de myrtilles, la qualité prime de plus en plus »

Très jolie myrtille cherche acheteur motivé...

Pour les myrtilles venues d'Amérique du Sud, l'accent semble être mis sur la recherche de nouvelles variétés productives. « Nous devons nous adapter à un ordre nouveau et innover en matière de variétés afin de maintenir notre position sur un marché mondial en pleine mutation », a déclaré Andrés Armstrong, du Comité chilien de la myrtille, lors du dernier Congrès mondial de la myrtille. Roger Horak d'OzBlu a également évoqué la situation de ses myrtilles péruviennes.

« Le marché de la myrtille est encombré », poursuit Andrés. « Cela nous a donné envie de nous concentrer sur la qualité plutôt que sur la quantité, car il faut être capable de se différencier pour assurer une certaine rentabilité. » Car même si nous laissons lentement la pandémie derrière nous, de nombreux défis en matière de coûts et de transport demeurent. Cela se traduit, selon Andrés, par la recherche de variétés qui garantiraient des rendements fiables. « Nous sommes l'un des plus grands exportateurs de myrtilles au monde et nous souhaitons évidemment conserver cette position. Cependant, il s'agit de tomber pour se relever, car il faut essayer d'abord pour voir ensuite ce qui fonctionne et si c'est optimal pour le sol et le climat chiliens. »

Cela l'amène à regarder positivement la saison actuelle. Il indique pourtant que les volumes qui atteindront le marché international venant du Chili seront réduits. « Nous allons tester les nouvelles variétés sur le marché local, avant d'envisager des exportations. En outre, la recherche de nouveaux marchés offre de grandes possibilités. L'Asie est de plus en plus intéressante, mais là-bas aussi, la qualité prévaut, et nous devrons donc nous y adapter. Nous nous y consacrons désormais pleinement. »

Tinder pour les myrtilles - ouh!
Roger Horak est d'accord avec cette conclusion. « Si vous commercialisez un bon produit, les gens paieront pour l'obtenir », affirme-t-il. « Nous vivons une bonne saison, avec une belle qualité et une demande très correcte. Par ailleurs, la situation se rapproche de la normale après des années difficiles. Bien sûr, il y a encore des défis à relever, mais la saison est plus confortable que l'année dernière. »

« Cependant, il faut se démarquer. Il y a de belles opportunités sur le marché mondial pour les myrtilles péruviennes. Nous avons de bonnes variétés donnant de beaux fruits, mais nous ne trouvons pas toujours les partenaires appropriés pour les commercialiser. » Cela fait naître chez Roger une idée à laquelle on ne s'attend pas sur le marché du commerce. « En fait, on devrait avoir une sorte de Tinder pour les myrtilles. Nous avons les fruits et nous cherchons des partenaires fiables. Il y a forcément des entreprises qui cherchent de beaux fruits sans les trouver. Ce serait une solution pour beaucoup et peut-être même un trou à combler sur le marché. »


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)