Charl du Bois, de la société Capespan

La rentabilité des exploitations demande des ajustements à tous les niveaux de la chaîne pour assurer la perennité

Selon Charl du Bois, directeur commercial de Capespan, les raisins précoces de Namibie ont l'air bons, tandis que ceux de l'Orange River qui viennent de commencer ne sont pas encore au point.

Dans le Limpopo, on a commencé à emballer depuis quelques semaines, et dans la région de l'Olifants River, on commencera dans les deux prochaines semaines.

Les premiers raisins namibiens arriveront au Royaume-Uni le 6 décembre, et à Rotterdam deux jours plus tard, principalement des Flame Seedless, Early Sweet et Prime. « Actuellement, la Namibie conditionne les tout premiers Sweet Globe et Arra 29. La saison progresse bien. »

La Namibie prévoit une récolte légèrement plus importante cette année, avec une estimation de 8,6 millions de colis de 4,5 kg.

Pour ce qui est de l'offre, il est remarquable de voir l'Afrique du Sud, la Namibie et le Pérou inonder le marché en début de saison. En fait, remarque-t-il, il est important de noter que le rythme d'approvisionnement de l'Afrique du Sud a radicalement changé au cours des cinq dernières années.

« L'énorme volume - on pourrait dire 'surproduction' - de variétés Prime et Early Sweet que l'Orange River emballait traditionnellement pendant les semaines 48/49 n'existe plus. Il a été remplacé par des variétés blanches sans pépins plus tardives, constituées principalement de Sweet Globe, Autumn Crisp et Ivory. De même, le gros volume de Flame, Starlight et Ralli a également été remplacé par des variétés rouges sans pépins plus tardives et plus récentes, telles que Sweet Celebration. »

Peu probable : une récolte de l'Orange River au même niveau que celle de la saison précédente
En plus de cela, les régions de production du nord s'attendent à une plus petite récolte cette année, et l'Orange River a déjà perdu du rendement en raison de la chaleur intempestive pendant la nouaison, en plus de certaines fermes qui ont récemment été touchées par des averses orageuses, explique-t-il, de sorte qu'il semble très peu probable que la récolte de cette région soit comparable à celle de l'année dernière.

« La fenêtre d'approvisionnement précoce de l'Afrique australe est donc beaucoup moins encombrée cette année. »


Photos fournies par Capespan

Dès le début de sa campagne, le Pérou s'est concentré sur ses marchés traditionnels : États-Unis et Canada, une décision largement motivée par la force du dollar américain, la demande dynamique du marché nord-américain et les coûts d'expédition depuis le Pérou moins élevés vers l'Amérique du Nord que vers l'Europe. En conséquence, on s'attend à ce que le pourcentage de raisins péruviens destinés à l'Europe, au Royaume-Uni et à l'Asie soit plus faible que cette année, malgré une récolte plus importante.

« Par conséquent, l'offre vers l'Europe et le Royaume-Uni restera limitée et en équilibre avec ce que la demande normale peut absorber à des prix corrects pour la première partie de la saison », dit-il.

Il note également que la demande sera déterminée par l'appétit des consommateurs pour des raisins de table relativement chers et de contre-saison pendant l'hiver de l'hémisphère nord. Là où le prix trouvera réellement un équilibre, il sera purement déterminé par la demande et l'offre.

Un sous-approvisionnement important en raisins de l'hémisphère sud
Selon lui, le marché précoce sur les principaux débouchés sud-africains est incroyablement fort, en raison de la fin abrupte de l'offre de l'hémisphère nord et d'une grave pénurie de raisins de l'hémisphère sud au cours des dernières semaines.

« La logistique est mieux organisée cette année, car le port du Cap a retrouvé sa pleine efficacité opérationnelle avec trois postes à quai fonctionnant simultanément. Transnet s'est engagé à maintenir ce rythme cette année. On dirait que les choses sont revenues à la normale. »

« Le traditionnel vent de sud-est entraînera des retards habituels en matière d'expédition. »

L'amélioration de la logistique est un énorme soulagement après les perturbations désastreuses de l'année dernière. « Nous espérons un bon parcours avec des fruits précoces qui arrivent sur un marché relativement vide, et une demande très saine. »

Tout cela devra toutefois couvrir une augmentation substantielle des prix de revient, induite par des coûts de production plus élevés.

Les prix de revient, qui permettent aux agriculteurs de couvrir leurs coûts de production et d'obtenir un retour sur investissement à long terme sont, selon lui, beaucoup plus élevés que les années précédentes. »

Au cours de l'année écoulée, les producteurs de raisin de table d'Afrique australe ont connu des augmentations significatives du coût des intrants : à titre d'exemple, des augmentations d'environ 80 % sur les engrais, de 21,5 % sur le matériel d'emballage et de 22 % sur les frais de camionnage locaux ont été imposées aux producteurs et aux exportateurs.

Le diesel, qui joue un rôle si important pour atténuer l'impact des coupures de courant, a augmenté de 25 %. Les coûts des salaires et de l'électricité ont également connu une hausse à deux chiffres.

« Pour que les producteurs puissent survivre, ils devront récupérer cette augmentation massive des coûts en augmentant les revenus à la ferme. Il est essentiel que tous les producteurs, exportateurs, importateurs et détaillants prennent note du fait que les producteurs auront besoin de ces augmentations des prix de vente, juste pour couvrir le coût supplémentaire de leurs intrants. »

Des perspectives de croissance en Asie
Les faibles niveaux de croissance économique dans de nombreux marchés traditionnels du raisin de table d'Afrique du Sud constituent un scénario potentiellement inquiétant pour les fruits de l'hémisphère sud en général, et pour le raisin de table en particulier.

« Les perspectives de croissance en Asie semblent meilleures et, à l'exception de la Chine où les confinements se poursuivent, l'Afrique du Sud y accordera une grande attention cette année », mais, souligne du Bois, il s'agit d'un débouché pour l'instant mince qui ne représente que +/-15 % des ventes totales de raisin de l'Afrique du Sud par le passé. « Cela ne résoudra pas les problèmes macroéconomiques que nous connaissons. »


Sweet Globe dans un vignoble du Capespan en Namibie

« Les ventes actuelles se font malgré tout, entre la hausse des coûts qui entraîne une augmentation des prix de détail, et des perspectives économiques stagnantes sur nos principaux marchés. Nous devrons surveiller de très près les prix, la demande et l'offre cette année pour nous assurer qu'il n'y a pas d'accumulation de stocks qui nécessiterait plus tard de gros rabais. »

Pour plus d'informations :
Charl du Bois
Capespan
Tél. : +27 21 917 2600
info@capespan.co.za 
http://www.capespan.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)