Les premiers litchis malgaches de la saison ont été chargés au cours de la semaine 49. « Nous observons un début de saison normal, semblable à celui des autres années. Les quantités disponibles sont aussi dans la norme. En raison de l'inflation et des taux de fret toujours élevés, les prix sont toutefois supérieurs à ceux de l'année précédente, bien que les frais de transport aient déjà atteint leur niveau maximal », résume Oliver Wanner, acheteur et vendeur de Giovanelli Fruchtimport AG.

Cette année encore, la campagne des litchis a débuté avec des produits sud-africains transportés par avion entre les semaines 46 et 49. « L'offre était plutôt bonne, mais la demande quelque peu limitée. En effet, les produits dont le prix est plus élevé sont actuellement un peu moins prisés par les consommateurs. On l'a d'ailleurs remarqué avec certains lots qui n'ont pas pu être commercialisés. »


La marchandise de Madagascar est environ 40 à 50 % moins chère que la marchandise transportée par avion en provenance d'Afrique du Sud

La marchandise maritime malgache est généralement commercialisée jusqu'au début du mois de janvier, après quoi la commercialisation se poursuit avec la deuxième moitié de la saison sud-africaine. La campagne des litchis se termine habituellement avec la marchandise en provenance du Mexique. « La saison malgache est relativement courte, car la marchandise est récoltée en l'espace de dix jours. Les litchis sont par ailleurs un article saisonnier par excellence puisqu'ils ne sont commercialisés qu'entre novembre et février. Il y a encore quelques années, nous pouvions également vendre des litchis après les fêtes de fin d'année, mais cette époque est aujourd'hui révolue. Globalement, la part de marché des litchis est plutôt en recul, pas seulement en Suisse, mais dans toute l'Europe », indique Wanner.


Oliver Wanner (à gauche) et Christoph Kilp lors du Berry Congress qui s'est tenu cette année

Perte de qualité pour les avocats tropicaux
Parallèlement, la commercialisation d'avocats tropicaux de la variété Semil continue de battre son plein, poursuit Wanner. Ces fruits proviennent de la République dominicaine et sont généralement commercialisés d'octobre à février. « Malheureusement, cette année, nous sommes confrontés à une baisse de qualité vu que le fruit intérieur noircit rapidement pendant l'expédition. La demande dans la grande distribution est également un peu moins forte cette année. Néanmoins, la part de marché des avocats tropicaux en Suisse est assez importante et stable, contrairement aux autres pays européens où ce fruit a toujours un caractère complémentaire. » Outre le Semil, la variété Carla est également commercialisée plus tard dans la saison. 


Avocats tropicaux de la variété Semil

Outre la République dominicaine, les avocats tropicaux sont cultivés dans d'autres pays producteurs, comme le Brésil, la Colombie, la Floride et l'Espagne. « Mais jusqu'à présent, seule la marchandise de la République dominicaine convient pour l'exportation vers l'Europe », conclut Wanner.

Pour plus d'informations :
Oliver Wanner
Giovanelli Fruchtimport AG
Schaffhauserstrasse 200
CH-8500 Frauenfeld
Tél. : +41 52 728 09 09
info@giovanelli.ch
www.giovanelli.ch