Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber

Violentes protestations au Pérou : « Le pays et le secteur agricole dans une situation critique »

Les violentes manifestations en cours au Pérou, qui ont vu la prise d'assaut d'un aéroport, l'annulation de vols à destination du pays, d'importants barrages routiers, la mort d'au moins sept personnes et l'hospitalisation de près de 50 personnes, commencent à avoir un impact sur la récolte, le conditionnement et le transport des principales cultures d'exportation de myrtilles et de raisins de table.

Dans une déclaration urgente, l'Association of Agrarian Producers Guilds of Peru (AGAP) a déclaré : « Les citoyens, les biens publics et privés subissent de graves dommages du fait des manifestations des groupes de vandales. Nous exigeons que le gouvernement de la présidente Dina Boluarte prenne des mesures immédiates pour éviter que des groupes violents infiltrés dans les marches déstabilisent le pays, attaquent les institutions publiques, les entreprises privées, les médias, bloquent la libre circulation sur les autoroutes, prennent des otages, affrontent les forces de l'ordre, incitent la population avec des mensonges à caractère politique et causent des pertes humaines douloureuses. »


Photo : AGAP

L'action de protestation, qui dure depuis des mois, a connu une escalade spectaculaire depuis mercredi dernier, après que l'ancien président Pedro Castillo a été destitué et arrêté le 7 décembre. Il a annoncé son intention d'installer un gouvernement d'urgence et de dissoudre le Congrès avant un vote de destitution. Il bénéficie d'un large soutien parmi les populations rurales. Lundi, Dina Boluarte, son ancienne vice-présidente, devenue depuis présidente, a cédé aux demandes des manifestants et a déclaré dans une allocution télévisée qu'elle avancerait les élections générales à avril 2024. Elle a également déclaré l'état d'urgence dans de nombreuses zones rurales.

Au cours des six dernières années, le Pérou a connu six présidents, tandis qu'en 2020, il a vu trois présidents en une semaine. La pandémie de Covid-19 et la façon dont elle a été gérée, l'augmentation du prix des engrais et du carburant ainsi que la récente grève des camionneurs sont autant de défis à relever dans ce pays qui exporte des fruits dans le monde entier.

Un producteur de myrtilles à Viru a décrit la situation sur le terrain et comment elle affecte négativement la production : « Il y a des barrages routiers à Viru. Il est difficile pour les ouvriers d'atteindre les fermes. Les récoltants ne peuvent pas venir sur le terrain pour récolter les myrtilles. Cette semaine, nous réduisons les volumes avec seulement environ 25 % à emballer, en raison du manque de main-d'œuvre. Toute l'industrie est touchée, il n'y a pas de camions qui entrent ou sortent pour aller chercher la récolte. L'emballage est également presque à l'arrêt car tous les travailleurs sont touchés. Cela a commencé lundi, alors que presque personne n'a pu atteindre les fermes. Hier (mardi), seuls 50 % des travailleurs ont pu rejoindre les fermes en empruntant d'autres routes. Ils ont dû payer des péages aux manifestants pour passer les barrages routiers. »

« D'autres émeutes ont lieu dans le sud du Pérou, à Ica et dans d'autres régions. Si ça continue comme ça, ça va vraiment affecter les exportations cette semaine. Je ne pense pas que cela va continuer beaucoup plus longtemps. Le gouvernement va prendre les choses en main, parce qu'il y a une grande partie du Pérou qui veut travailler. Ils savent qu'il y a des gens qui ont des investissements. Ainsi que des gens des villages qui cherchent vraiment à progresser et à travailler dur. Ils ne sont pas favorables à cette situation, elle fait qu'ils ont moins de revenus à apporter chez eux », a commenté le producteur.

Un autre producteur qui préfère également rester anonyme explique : « Il y a quelques petites protestations dans le Nord, mais sans beaucoup de soutien de la part des gens. Nous n'avons pas encore eu d'effet sur nos activités agricoles, mais je crois savoir que la situation est pire dans le Sud. Je ne sais pas si la situation dans le Nord va se poursuivre de cette manière, mais habituellement, les pires problèmes se trouvent dans le Sud. »

Dans leur déclaration, l'AGAP note : « Nous soutenons le processus démocratique qui a permis la succession présidentielle prévue par la Constitution et exprime son accord total pour que les réformes politiques nécessaires soient menées à bien afin de faire avancer un nouveau processus d'élections générales qui lui donnera une durabilité au Pérou.

Cinq jours de chaos, de mort et de barrages routiers dans le Centre, le Nord et le Sud du pays ne permettent pas la libre circulation des biens et des personnes, ce qui porte gravement atteinte au secteur agricole et empêche les travailleurs de se rendre sur leur lieu de travail. Les produits agricoles sont périssables et l'alimentation de la population ainsi que les moyens de subsistance de millions d'agriculteurs et de travailleurs en dépendent. Les pertes économiques sont importantes tout au long de la chaîne de production agricole, qui est constituée principalement de petites entreprises et d'agriculteurs familiaux. Des emplois sont perdus et des dommages irréparables sont causés à l'ensemble du secteur agricole.

Nous exigeons que le gouvernement assume ses responsabilités envers le pays en défendant l'état de droit et l'ordre public. Nous vous demandons de déclarer l'état d'urgence, en plus d'Apurímac, à Arequipa, Ica, La Libertad, entre autres régions, afin de protéger les citoyens, les biens publics et privés, et de rétablir immédiatement la libre circulation sur les routes.

Nous exigeons également que le Ministère Public et le Pouvoir Judiciaire agissent en donnant le soutien nécessaire à la Police Nationale Péruvienne et aux Forces Armées pour capturer et punir les groupes de vandales qui causent l'anxiété dans le pays. En outre, le Congrès doit adopter une loi pour donner aux forces de l'ordre une protection juridique.

Le pays et le secteur agricole sont dans une situation critique. La démocratie est menacée. Les institutions doivent la défendre dans le cadre de la constitution et de la loi, en rétablissant de toute urgence l'ordre, la libre circulation et l'État de droit au Pérou », conclut le communiqué de l'AGAP.

Pour plus d'informations : 
Association of Agrarian Producers Guilds of Peru
hcorpus@agapperu.org  
www.agapperu.org  

Date de publication: