Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Luis Fernando Helguero, ministre du commerce extérieur et du tourisme du Pérou :

L'agriculture péruvienne perd 100 millions de dollars par jour en raison des émeutes

Selon Luis Fernando Helguero, ministre du commerce extérieur et du tourisme, le secteur agricole péruvien perd environ 100 millions de dollars par jour en raison des émeutes. Dans un contexte d'état d'urgence national au Pérou, qui durera 30 jours et s'étendra sur la période de Noël, les industries péruviennes du raisin de table et des myrtilles, entre autres, dont le chiffre d'affaires s'élève à plusieurs milliards de dollars, subissent de lourdes pertes. Les producteurs disent ne pas pouvoir atteindre les principales zones de production, en partie à cause des barrages routiers. En effet, l'armée et la police y assurent une forte présence pour rétablir l'ordre. Les exportations vers les ports du pays sont également entravées.

« Les dégâts sont vraiment très importants, ils sont estimés à environ 100 millions de dollars pour l'agro-industrie, pour les jours où nous sommes en arrêt. Nous sommes dans la période de récolte, qui culmine avec les myrtilles et les raisins. Quand les raisins sont mûrs, ils doivent être récoltés et ne peuvent pas attendre. Ils doivent partir dans des conteneurs vers le marché international », a déclaré le ministre Fernando Helguero. Il craint que le Pérou ne perde des parts de marché lorsque les acheteurs se tourneront vers le Chili et d'autres concurrents de l'hémisphère sud pour s'approvisionner.

Des représentants de Provid, l'association péruvienne du raisin de table, ainsi que de ProArándanos, l'organisme de l'industrie de la myrtille, ont déclaré qu'ils étaient en train d'évaluer l'impact et les dommages potentiels. Ils attendent que l'état d'urgence calme la situation dans le pays avant de publier des déclarations quant aux effets sur leurs industries respectives. « Malheureusement, la situation dans le pays continue d'être critique, le conseil d'administration a donc décidé d'attendre que les choses se calment un peu, avant de pouvoir se prononcer sur la campagne du raisin de table au Pérou. Nous avons bon espoir que les perspectives et les conditions actuelles s'améliorent dans les prochains jours. D'autre part, étant donné la récente instauration de l'état d'urgence au niveau national, nous espérons que cette mesure permette le rétablissement de la récolte régulière, ainsi que l'ouverture des routes et des expéditions, au cours des prochains jours. Au cours de la semaine prochaine, nous annoncerons une deuxième projection pour la campagne d'exportation de raisin de table, en espérant que les perspectives et les conditions actuelles s'améliorent dans les prochains jours », a déclaré Alejandro Cabrera Cigarán de Provid.

Luis Miguel Vegas, directeur de l'Association des producteurs de myrtilles du Pérou (ProArándanos) a déclaré : « Je suis en train de quantifier les dommages et les pertes pour que nous ayons une vision plus claire ».

Un producteur et exportateur de raisin de table, qui n'a pas souhaité être nommé, a décrit la situation sur le terrain dans les différentes régions du Pérou où il possède des exploitations. Il partage également avec nous les commentaires d'autres producteurs de raisin de table : « Dans le Nord, pour être plus précis à Trujillo, la zone est complètement fermée. Ils ont bloqué les routes, ce qui nous empêche d'atteindre nos bureaux et nos clients. Dans la zone Sud, dans la région d'Arequipa, la violence fait rage. On y déplore même un mort. Ils ont brûlé de grandes entreprises comme Danper et Gloria. Ce sont deux entreprises agro-industrielles. C'est une véritable honte car il s'agit de grands industriels qui donnent du travail à des milliers de familles. À Arequipa, l'armée a pris le contrôle de la ville pour tenter de rétablir l'ordre. Enfin, à notre siège d'Ica, ils ont bloqué les routes, mis le feu aux péages, et plus encore. Cela va affecter les récoltes qui étaient effectuées ces dernières semaines. Ica et Arequipa ont été placées en état d'urgence, c'est pourquoi les forces armées sont déployées pour rétablir l'ordre à l'intérieur du pays. »

« D'autre part, en discutant avec mes collègues de la manière dont ces violentes protestations affectent les producteurs de raisin, nous sommes arrivés aux conclusions suivantes : premièrement, cela engendre une perte de qualité des fruits, puisque nous sommes en pleine vendange dans la région et que ce produit est extrêmement périssable. Il doit être récolté au bon moment sinon sa qualité diminue. À cause de cela, les prix chutent. Nous perdons des opportunités et notre place sur le marché. Deuxièmement, cela affecte les coûts de production en raison du chaos qui règne dans la ville. Le secteur agricole fait face à l'augmentation du coût de la main-d'œuvre, le retard au niveau de la récolte et de la logistique. En plus des pénuries d'engrais, cela augmente de manière exponentielle le coût de la production de pain. Troisièmement, cela joue sur la concurrence. En tant que pays exportateur, nous subissons une forte concurrence de la part du Chili et de l'Afrique du Sud. Ces derniers peuvent nous évincer étant donné que cette situation de chaos leur profite, vu que le Pérou ne sera pas en mesure de fournir une réponse rapide à ses engagements de livraison sur le marché. C'est une honte de devoir vous annoncer de tristes nouvelles de mon pays. On espère que la présidente Dina Boluarte donnera un message plus conciliant et cherchera une solution pour éviter de voir d'autres Péruviens continuer à mourir et à détruire ce qui nous tient à cœur », a conclu le producteur et exportateur péruvien de raisin de table.

Pour plus d'informations :
PROVID
contacto@provid.org.pe
www.provid.org.pe

ProArándanos
Tél. : +51 980 503 363
contacto@proarandanos.pe
www.proarandanos.org

Date de publication: