« Les prix élevés payés sur le terrain pour les mandarines de la deuxième saison seront-ils durables ? »

La campagne sur les clémentines et les mandarines biologiques est actuellement au milieu de la transition entre la première et la deuxième partie de la campagne. La Clemenules a déjà été commercialisé dans sa quasi-totalité car la production a diminué de plus de 30 %, tout comme son successeur la Clemenvilla, dont l'offre a été réduite à cause de l'Alternaria. A partir de maintenant, des variétés telles que Nadorcott, Tango, Orri ou Murcott, entre autres, seront récoltées et leurs prix sont plus élevés que la saison dernière.

« Actuellement, nous passons à des variétés dont les prix sont entre 30 et 40 % plus élevés, une étape importante et nous ne savons pas encore comment les marchés vont la recevoir », explique Alberto Torres, de l'entreprise valencienne Citruslandia, spécialisée dans la culture et la commercialisation d'agrumes écologiques.

« Certains lots de Nadorcott et de Tango bio ont déjà commencé à être vendus, à des prix plus élevés que ceux de la saison dernière. L'année dernière, la campagne Nadorcott bio a débuté avec des prix au champ d'environ 0,95 € par kilo, mais la production record au niveau mondial a fait chuter les prix à moins de 0,55 € par kilo. Cette année, une moyenne de 1,10-1,15 € par kilo est payée en début d'année », explique le cultivateur et commercialisateur.

Selon Alberto Torres, la deuxième partie de la saison pourrait être très différente de la première. « Au cours des dix ou quinze dernières années, on n'a pratiquement pas planté de variétés de première saison comme les Clemenules, mais on a plutôt arraché des parcelles en raison de la pression de l'offre et des prix bas. Ce qui, dans une saison aux rendements aussi faibles que celle-ci, en raison des effets du climat et des ravageurs, a entraîné une forte demande et de bons prix pour les fruits de qualité. » 

« En revanche, en quelques années, la superficie plantée en Nadorcott et Tango bio n'a cessé de croître, non seulement en Espagne mais aussi en Italie, en Turquie, en Grèce et en Égypte. C'est pourquoi, bien que cette année il y ait moins de production par rapport à l'année dernière dans tout l'arc méditerranéen, l'offre en bio est compensée par l'entrée en production de nouvelles plantations certifiées ». 

« Avec des prix aussi élevés dans les champs cette année et avec le pessimisme économique en Europe dû à la crise énergétique et à l'inflation, qui a déjà entraîné une baisse des ventes de produits biologiques d'environ 20 %, la question est la suivante : les prix élevés payés dans les champs pour les mandarines de la deuxième saison seront-ils durables ? Pourrons-nous les vendre aussi facilement et aux mêmes prix que les fruits de qualité de la première partie de la saison ? Personnellement, c'est quelque chose qui m'inquiète », déclare Alberto Torres.

Pour plus d'informations :
Alberto Torres
Citruslandia S.L.
C/ Vicente Sancho Tello, 23-B
46021 Valencia
Tél. : +34 609588939
alberto2@goldfinger.com 
fsanchis@goldfinger.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)