Xavier Rosario, Louis Rosario Sarl

« On constate que le consommateur se tourne davantage vers le congelé et les conserves »

L’importateur exportateur perpignanais Louis Rosario entre dans une « période charnière » avec le démarrage de la seconde partie de la campagne agrumes. « Pour les petits agrumes nous arrivons à la fin de la Nules et dans une dizaine de jours de la Villa. Les variétés Tango et Nadorcott démarreront la semaine prochaine. Pour les oranges c’est également la fin des Naveline et Salutsiana qui laisseront bientôt place à la Lane Late ».

« Le climat et le contexte politico-économique ne favorisent pas la consommation de fruit et légumes et plus particulièrement d’agrumes » 
« Nous sommes sur une période climatologique qui ne favorise pas l'achat d’agrumes chez les consommateurs. La climatologie influe aussi sur la  production tant au niveau quantitatif que qualitatif : en Espagne, les températures qui oscillent entre 8 degrés le matin et 23 degrés l’après-midi génèrent des soucis auxquels nous n’étions pas habitués jusqu’à présent en hiver », précise Xavier Rosario, faisant référence à la présence de la mouche méditerranéenne. « La maladie qu’elle inocule est indétectable à la cueillette et durant la phase de conditionnement, donc nous avons beaucoup de souci de qualité ». Un problème qui touche aussi bien les produits espagnols que marocains.

Mais c’est également le contexte politico-économique qui génère chez le consommateur des comportements d’achats différents. « Avec ce climat très anxiogène et la hausse généralisée des coûts,  le consommateur a du mal à percevoir les fruits et légumes comme des produits peu chers et préfère, comme on le constate depuis quelques temps, se tourner vers les fruits et légumes congelés, les boites de conserve et les bocaux ».

Des facteurs qui « ne jouent pas en notre faveur », avec une conséquence sur la deuxième partie de campagne. « Les agrumes vont être plus chers que l’an dernier, autour de 20 % ». Une production moindre et des coûts de production en augmentation qui obligeront les agriculteurs à vendre leurs produits à des prix plus élevés. 



« Nous n’évoluons pas dans un contexte serein mais nous espérons pour cette nouvelle année qui démarre que ces hausses n’impacteront pas trop la décision d’achat finale du consommateur », conclut Xavier.

Pour plus d’informations :
Xavier Rosario
Louis Rosario Sarl
Tél. : +33 (0) 4 68 68 33 11
xavier@louisrosario.com    
www.louisrosario.com    


Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)