Et si le verre n'était plus une option par défaut ?

Une transmission lumineuse plus élevée et une demande de chaleur plus faible avec une serre 'double feuille'

Pour de nombreux producteurs, le verre a toujours été un choix traditionnel, par défaut. Pourtant, avec les prix actuels du gaz, les producteurs recherchent activement des alternatives pour réduire les pertes de chaleur dans leur serre. « Les économies d'énergie commencent à ce stade », déclare Jelle Boeters de Filclair Nederland BV. Les recherches effectuées pour le compte de la société montrent que l'utilisation de la feuille d'aluminium peut réduire la demande d'énergie jusqu'à 28 %. « Le film est considéré comme ayant une transmission lumineuse inférieure à celle du verre. Mais la structure d'une serre en film est beaucoup plus fine, de sorte que davantage de lumière atteint la tête des plantes. »

« Les serres sont d'incroyables capteurs de lumière solaire, mais dès qu'il n'y a plus de rayonnement, la chaleur accumulée s'épuise très rapidement. Nous avons vu que les serres en film ont une meilleure isolation, ce qui limite les pertes de chaleur, mais nous voulions savoir exactement dans quelle mesure et à partir de quel moment cela serait intéressant pour un producteur. »

Le logiciel Hortinergy a donc été utilisé pour comparer une serre en verre et une serre en film. Ce programme informatique simule le climat intérieur et la consommation d'énergie d'une serre. Les coefficients thermiques des matériaux conformes à la norme internationale, ont été utilisés. Quatre types de serres ont été comparés : verre simple sans écran, verre simple avec un écran, feuille double sans écran, et feuille double avec un écran. Avec toutes ces informations, les besoins en énergie thermique des serres ont été calculés sur un cycle complet de la tomate, du 1er décembre au 31 octobre.

Les résultats chiffrés parlent d'eux-mêmes. La simulation d'Hortinergy montre que la serre en verre unique sans écran utiliserait 381 kWh/m² par an pour chauffer à 20 degrés Celsius pendant la journée et 16 pendant la nuit. Avec un écran, ce chiffre descendrait à 290 kWh/m². Une serre à double feuille doublement n'aurait besoin que de 252 kWh/m² pour atteindre les mêmes niveaux de température tout au long de l'année. En y ajoutant un écran, le besoin en énergie serait de 207 kWh/m².



Besoins en énergie thermique pour plusieurs configurations à Nantes pour un chauffage à 20°C jour /16°C nuit (kWh/m²/mois)

Transmission de la lumière
« Le verre est le choix standard des producteurs, car la transmission lumineuse du verre est supérieure à celle du film. C'est vrai : si vous comparez deux serres ayant la même forme et la même structure, la double couverture en plastique laissera passer moins de lumière. Mais comme la feuille pèse moins que le verre, la structure complète est beaucoup plus mince avec les mêmes charges. » Si l'on compare une serre Venlo 2x4 avec la forme Filclair AERO+, dont le faîtage est beaucoup plus bas que celui de la concurrence dans le logiciel Hortinergy, on mesure 17 % de lumière en plus sur la culture dans l'infrastructure AERO+. « Une structure de serre plus fine signifie moins d'ombre par rapport aux structures plus grandes des serres en verre. »


Mol journalier atteignant la tête des plantes pour plusieurs configurations à Nantes (mol/m²/jour)

Remplacer le film
Le film des serres doit être remplacé tous les trois ans. « C'est aussi pour cela que certains producteurs préfèrent le verre : ils ne veulent pas s'embêter à changer le film. D'autres, en revanche, préfèrent cette solution, car ils gardent toujours un œil sur les dernières technologies en matière de film qui arrivent sur le marché. Grâce à l'utilisation d'un double film et d'une structure spéciale brevetée, notre serre est plus étanche à l'air et aux insectes que nos concurrents. Avec l'installation à double couche, les producteurs peuvent également choisir de nombreuses configurations en fonction de leurs besoins pour une couche diffuse et claire. Ils peuvent aussi opter pour une feuille de refroidissement qui disperse la lumière afin de faire baisser la température en été. Il est également possible d'appliquer des revêtements sur les serres en film.

Diffusion supplémentaire
Au cours des derniers mois, l'entreprise a vu des producteurs de régions traditionnellement équipées de serres en verre se tourner vers les options du film. « La Norvège, par exemple. Par le passé, on considérait que les serres en film ne convenaient qu'aux régions du sud, mais les structures en film actuelles sont plus proches des structures en verre. » De plus, l'investissement initial dans notre structure est plus avantageux. « Mais ce n'est pas là que vous trouverez les plus grands avantages », conclut Jelle. « Elle réside véritablement dans la réduction de 25 % de la demande en chauffage. »

Avec les prix du gaz d'autrefois, ces chiffres étaient moins pertinents, mais aujourd'hui, cela peut faire la différence entre perdre de l'argent, atteindre le seuil de rentabilité ou réaliser un bénéfice. Au bout du compte, c'est toujours le retour sur investissement qui compte. »

Pour plus d'informations :
Jelle Boeters
Filclair
Tél : +31 623 141 992
jelle.boeters@filclair.com 
info@filclair.com 
www.filclair.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)