Marthia Spangenberg, d'Orex Export :

Crise existentielle pour la filière du raisin biologique en Afrique du Sud

Les vendanges tumultueuses de l'Orange River Valley sont terminées. Les derniers fruits seront chargés cette semaine et arriveront en Europe et au Royaume-Uni au cours de la semaine 5 ou 6, indique Marthia Spangenberg, PDG d'Orex Export, près de Kakamas, dans la province du Cap Nord. Orex cultive des raisins de table conventionnels et biologiques, ainsi que des agrumes biologiques.

Dans les vignobles, c'est actuellement la période de la taille estivale post-récolte, alors que les producteurs reviennent sur une saison qui a commencé de façon peu glorieuse lorsque la chaleur excessive pendant la floraison a fait avorter les jeunes fruits de certaines parcelles, notamment dans les variétés tardives. Sur les variétés de mi-saison, la division cellulaire a été entravée, ce qui a donné des fruits plus petits et des tonnages plus légers. En fait, seules les variétés précoces s'en sont sorties plus ou moins indemnes.

Puis la pluie et la grêle de décembre ont encore réduit les volumes, à tel point que sur l'une de leurs deux exploitations de raisin de table biologique, ils ont perdu la moitié de la récolte.

Les faibles volumes ont favorisé les échanges dans une année de crise
La période précédant le Nouvel An chinois est généralement une période importante de l'année pour les producteurs de raisin d'Orange River, et Orex approvisionne l'Extrême-Orient en raisins essentiellement conventionnels, à côté de quelques quantités limitées de raisins biologiques à destination de la Malaisie et de Singapour.

« Là où nous pouvions facilement envoyer 50 % de notre production sur les marchés spéciaux, sensibles au calibre des fruits, nous n'avons atteint qu'environ 10 % cette année », dit-elle.

Le marché européen du raisin était vide et cela a aidé dans une certaine mesure. Les prix sont restés plus stables. « La réduction des volumes de raisin a permis aux fruits de continuer à circuler pendant une année de crise », remarque-t-elle.

Les raisins non exportables ont été envoyés pour le séchage des raisins secs, ce qui, compte tenu du coût de l'emballage et du conditionnement, est plus logique que de les envoyer sur le marché intérieur.

Le secteur bio se rétracte en raison du conflit russe
Orex cultive environ 30 % de raisins biologiques depuis 1997, le reste étant cultivé de manière conventionnelle. Mais aujourd'hui, l'avenir de son activité biologique semble être menacée.

À droite : raisins bio Prime, cultivés par Orex Export pour la vente au détail au Royaume-Uni

Une réflexion a été menée sur la possibilité extrêmement difficile de repasser depuis l'agriculture biologique vers l'agriculture conventionnelle : une décision qui prendrait des années à inverser et qui, naturellement, ne réjouit pas leurs acheteurs de produits biologiques.

Il y a cinq ou six ans, le secteur biologique était très prometteur, mais depuis que la Russie a envahi l'Ukraine, que les prix du gaz ont grimpé en flèche et que l'inflation des prix s'est installée en Europe, le marché biologique s'est considérablement rétréci.

Au début de la saison, certains supermarchés européens leur ont dit qu'ils s'attendaient à une contraction de 15 à 30 % de la demande de raisins biologiques. Les consommateurs opportunistes de raisins biologiques ont presque complètement disparu, ne laissant qu'un noyau de consommateurs dévoués pour qui les fruits biologiques représentent un mode de vie.

« Il est clair que depuis l'année dernière, lorsque la guerre en Russie a commencé à faire grimper les prix de l'essence, le marché biologique s'est effondré. Pour l'instant, nous nous battons pour garder la tête hors de l'eau avec des fruits biologiques, en raison des pertes subies lors de notre récolte, du rétrécissement du marché biologique et de la pression sur les prix. Nous allons laisser du temps au temps pour voir si la situation change, mais tel n'est pas le cas, nous nous reconvertirons en fonction des évènements à venir au cours des deux prochaines années. »


La production de raisins biologiques exige une quantité énorme de travail

« C'est inquiétant pour nos acheteurs de produits biologiques, mais ils comprennent bien que nous devons nous adapter pour survivre pendant les périodes critiques. Nous avons passé tellement d'années avec nos clients qu'ils voient bien quand certains changements drastiques doivent être effectués. »

Des oranges bio endommagées par le froid détruites dans l'UE
Et puis il y a eu le nouveau règlement controversé sur les oranges pour l'UE, qui exige des températures d'expédition plus froides que jamais.

« Nous avons exporté tous nos agrumes biologiques, mais les dommages causés par le froid sur les oranges biologiques étaient incroyables. Ça nous a vraiment fait du mal car les fruits ont dû être jetés, arrivés en Europe. Notre perte a été totale sur la campagne d'agrumes biologiques. C'était notre deuxième année vraiment difficile. »

Les coupures d'électricité et les générateurs diesel exercent en outre une pression incroyable sur leur trésorerie, pour couronner une récolte maigre.

« C'est une période dramatique pour toute l'industrie fruitière, et aussi  un moment décisif. Notre cœur bat pour l'agriculture mais nous devons réfléchir et agir, afin d'assurer notre rentabilité. »

Pour plus d'informations :
Marthia Spangenberg
Orex Export
Tél. : +27 54 495 0087
marthia@orexexport.co.za 
https://orexexport.com/ 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)