Fruchtwelt Bodensee 2023

Table ronde : « Entre pertinence du système et explosion des coûts : la culture fruitière en période d'incertitude »

À l'occasion du salon Fruchtwelt Bodensee, une table ronde a été organisée sur le thème « Entre pertinence du système et explosion des coûts : la culture fruitière en période d'incertitude. » Il s'agissait d'une discussion entre Sabine Kurtz, secrétaire d'État du ministère de l'Alimentation, des Zones rurales et de la Protection des consommateurs du Bade-Wurtemberg, Thomas Heilig, président de l'Obstregion Bodensee, Nico Grundler, directeur général de Obstgroßmarkt Markdorf et directeur général par intérim de Obst vom Bodensee Vertriebsgesellschaft, et Anthony Lee, porte-parole de Landwirtschaft verbindet Deutschland e.V. (Agriculture Connects Germany). La modération était assurée par Manfred Ehrle.

Coopération plus étroite tout au long de la chaîne de valeur
Selon Heilig, les détaillants alimentaires sont responsables d'environ 85 % des ventes de pommes en Allemagne. Il est donc favorable à une coopération plus étroite entre les producteurs, les négociants et les détaillants, mais il souhaiterait également une meilleure coopération de la part des détaillants alimentaires. Comme exemple positif, il a cité un modèle de communication en Suisse dans lequel les détaillants, les coopératives et les producteurs se rencontrent toutes les huit semaines pour discuter de la situation du marché. Par ailleurs, il préconise une communication transparente dans son ensemble : « Le marché doit savoir ce qu'il reste au final pour l'agriculteur. »

Difficultés existentielles de l'industrie
Lee affirme que les détaillants ont gagné des tonnes d'argent pendant le coronavirus. Les fermes traditionnelles ont dû cesser de travailler pendant que les détaillants s'enrichissaient, affirme-t-il. « Les détaillants nous donnent juste assez pour nous empêcher de claquer. Il nous garde sur le fil, comme des dealers. » À cet égard, il critique également la politique, qui pourrait, selon lui, intervenir plus fermement sur les prix de l'énergie. Par ailleurs, il doute que la réduction de la TVA profite autant aux agriculteurs qu'aux détaillants. Néanmoins, il estime que les choses devraient reprendre dans les deux ou trois prochaines années.

Grundler n'est pas du même avis : « S'il ne s'agissait que de profit pur, on ne trouverait que des pommes polonaises sur les étals. Mais ce n'est pas le cas. Nos clients préfèrent nos produits, mais uniquement, bien sûr, si leurs prix sont conformes à ceux du marché. » Selon lui, le problème réside plutôt dans la nécessité de disposer d'un produit compétitif, qui puisse être fabriqué et placé en magasin à un prix raisonnable. En outre, il faudrait que toute la chaîne de valeur jusqu'au producteur soit rémunérée équitablement. « Les détaillants doivent aussi se battre pour chaque client. »

Distorsion de la concurrence par la politique ?
Kurtz a noté que surtout le marketing direct, le bio et les marchés hebdomadaires devaient faire face à des difficultés existentielles. Mais la politique ne peut et ne doit pas intervenir directement sur le marché. « La politique n'est responsable avec l'économie que des conditions de base. Nous n'intervenons pas dans les événements du marché eux-mêmes. L'offre et la demande déterminent toujours le prix. » Selon Heilig, la politique exerce une influence, sous la forme de la réglementation du salaire minimum ou même de la non-approbation des produits phytosanitaires. « Il s'agit là d'une distorsion de la concurrence. Mais il est tout de même important de garder des frontières ouvertes et un marché libre. »

« Non seulement les clients ne savent pas ce qui parvient réellement aux producteurs, mais ils n'ont plus le sens de la marchandise », a-t-il ajouté. « La seule façon de résoudre le problème est la communication. » Lee a également déclaré qu'il est important de convaincre les partenaires commerciaux et les clients des améliorations apportées. Mais aussi de communiquer aux consommateurs ce qui serait perdu si les agriculteurs devaient démissionner en masse. Une sorte de sensibilisation à la hiérarchie. « Chez LaWi, nous fournissons la principale force de travail. Globalement, notre agriculture n'a rien à envier aux autres. » Selon lui, les décideurs politiques doivent faire preuve d'une grande attention, notamment en ce qui concerne la protection des cultures. Dans ce contexte, Lee a évoqué la manière dont l'abandon des produits de protection des cultures a entraîné d'importantes pertes de récoltes, qui ont plongé le Sri Lanka dans la crise. « Si l'agriculteur meurt, c'est le village qui meurt. » Kurtz est donc favorable à une promotion plus forte des labels de qualité d'origine et du label bio, ainsi qu'à des campagnes telles que « Von Daheim », par exemple, ou à des programmes de distribution de fruits dans les écoles du lac de Constance.

Ehrle se demande si les médias n'auraient pas un devoir de mieux faire connaître ces problèmes au grand public. Lee estime que tout le monde a ce devoir. En même temps, l'ancien policier souligne que tout le monde a un rôle à jouer. « Le quatrième pouvoir, bien sûr, fait sa part. Ces dernières années, nous avons eu un encadrement de l'agriculture qui est sans pareil. Bien souvent, la contre-vérité est délibérément dite. De plus, si vous votez Vert, vous n'obtenez pas nécessairement toujours des politiques Vertes. »

Lee pense que les décideurs politiques devraient insister avec plus de véhémence sur les normes de qualité locales lorsqu'il s'agit d'importer des aliments de l'étranger. « Nous ne devrions pas importer des pommes biologiques de Nouvelle-Zélande, par exemple. Ça n'a aucun sens, surtout d'un point de vue environnemental. » L'industrie de la distribution alimentaire dans son ensemble devrait s'engager plus clairement en faveur des produits régionaux, a-t-il ajouté. Le ministre Kurtz a répondu que ces questions sont déjà couvertes par la loi sur la chaîne d'approvisionnement. « Mais il se peut que nous débattions de cette question à un niveau où l'expertise nous fait défaut », déclare-t-elle.

Des problèmes à plusieurs niveaux
Rainer Wielatt, directeur général de Salem-Frucht et collègue de Grundler a vu ici un problème à plusieurs niveaux, qui a commencé avec les sanctions depuis l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014. L'industrie fruitière allemande, a-t-il dit, avait vendu des volumes importants à la Russie, qui ont ensuite été massivement limités. Depuis, la Pologne a de même perdu le marché russe, et commercialise d'avantage en Europe. Nous sommes en fait aux prises avec plusieurs problèmes pour placer les marchandises : les possibilités sont plus limitées qu'il y a six ou huit ans.

De plus, la persistance de produits de mauvaise qualité dans les rayons limiterait la commercialisation. « Nous devons mettre en place une gestion de la qualité de base, ce qui réduira également les quantités. Rien ne sera plus jeté, mais envoyé au recyclage. Nous devons être conscients de l'opportunité offerte par la crise et en tirer parti. Mais il peut aussi être nécessaire d'adapter les variétés et de réduire les volumes sur le marché par des mesures impopulaires. »

Pour plus d'informations :
fruchtwelt-bodensee.de


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)