Provid, au Pérou :

100 000 emplois menacés dans la filière du raisin de table en raison des émeutes

L'Association des producteurs de raisin de table du Pérou (Provid), syndicat représentatif des entreprises productrices et exportatrices de raisin de table, a déclaré que 100 000 emplois seraient menacés en raison des émeutes et de l'instabilité actuelles que le pays connaît. Bien que les dernières statistiques datant de la première de janvier montrent une augmentation de 2 % des volumes par rapport à l'année dernière (soit 44 882 916 kg cette saison), les troubles politiques en cours pourraient avoir un effet négatif majeur sur le reste de la saison d'exportation.

Selon le communiqué publié par Provid et les commentaires du président de la filière , Manuel Yzaga Dibós, « l'industrie péruvienne du raisin de table emploie plus de cent mille personnes directement ou indirectement. En raison des événements qui affectent la paix de notre pays depuis le 7 décembre 2022, ces emplois risquent d'être perdus. »

Il fait référence au 7 décembre de l'année dernière, date à laquelle le Pérou a été plongé dans une nouvelle tourmente après l'arrestation du président Pedro Castillo, dont les partisans, principalement issus des zones rurales du sud du pays, ont déclenché des émeutes généralisées et exigé sa libération. Son adjointe Dina Boluarte, qui a prêté serment en tant que présidente, a rapidement instauré plusieurs états d'urgence et couvre-feux. Alors que les choses se soient calmées pendant la période de Noël et du Nouvel An, les émeutes ont repris de plus belle et n'ont cessé de croître depuis. Plus de 50 personnes, principalement des manifestants, ont été tuées par balle, dont des policiers.

La filière péruvienne du raisin de table a vu sa saison interrompue en raison du blocage des routes principales par les manifestants, ce qui empêche les travailleurs de se rendre dans de nombreuses exploitations et sites de conditionnement. Les camions transportant les raisins et pourvoyant les fournitures indispensables comme les matériaux d'emballage ne peuvent pas non plus atteindre les fermes et les ports d'exportation aussi efficacement que nécessaire pour ce produit sensible à la chaîne du froid.

Provid appelle en outre les citoyens péruviens à soutenir la démocratie et, « les institutions du pays, pour la présidence de la République, qui représente l'autorité légalement élue après un processus de succession présidentielle légitime, et ce dans le cadre indiqué par notre constitution. »

« Nous soutenons le travail, l'effort et l'engagement de la Police Nationale du Pérou et des Forces Armées dans le cadre de l'état d'urgence en vigueur dans notre pays, en sauvegardant l'état de droit et la paix sociale. Nous lançons un appel ferme pour maintenir la paix et le respect, que nous méritons tous, et nous exigeons que la Présidente Dina Boluarte rétablisse l'état de droit, et puisse ainsi surmonter les moments difficiles que le pays traverse. »

Dibós a déclaré que le Pérou ne peut pas perdre la démocratie qu'il a durement combattue, et dont le retour a coûté tant d'efforts, il y a plus de 20 ans. « J'ai l'impression que les personnes qui manifestent de manière agressive et bloquent les routes ne sont pas conscientes du mal qu'elles font, au final, elles vont elles-mêmes en pâtir. Je ne voudrais pas que l'on en arrive là, mais à chaque jour qui passe, le fruit se gâte et cela signifie qu'il n'y aura pas d'argent pour pouvoir offrir des emplois aux gens et avant cela même, la chaîne de paiement sera rompue. » La consommation de biens, comme la papeterie, le carburant, et même l'hôtellerie sont paralysées. La chaîne économique est alors brisée. Cela signifie que l'agriculture va cesser de fonctionner, et à ce rythme, le problème ne va que s'amplifier. »

Selon lui, le Pérou est confronté à une très forte crise sociale qui atteindra également la capitale plus aisée de Lima. « Il s'avère que nous avons perdu notre liberté. Je ne peux pas aller travailler, mes collaborateurs non plus, mes voisins non plus, alors sommes-nous libres ou non ? Nous ne sommes pas libres, nous avons perdu notre liberté », termine Dibós.

Provid prévoit toujours que les exportations péruviennes de raisin de table augmentent de 13 % pour atteindre 73 millions de colis, devenant ainsi le premier exportateur mondial de raisin de table.

Pour plus d'informations :
Manuel Yzaga Dibós
PROVID
contacto@provid.org.pe 
www.provid.org.pe 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)