Kris Wouters, de Fruithandel Wouters :

« La saison belge des poires dépasse toutes les attentes »

Les poires belges n'ont pas fini de surprendre cette année. « La saison dernière, nous avions des attentes très élevées en raison d'une petite récolte, mais les choses ont mal tourné à cause de la situation en Ukraine. Cette saison, il y a eu beaucoup plus de poires au niveau européen, mais les prix vers l'été restent très bons. Même pour les petits calibres », explique Kris Wouters, du négociant de fruits éponyme.

La saison n'est pas encore terminée, mais Wouters ose dire qu'il s'agit d'une année positive. « Je pense qu'il y a deux raisons à cela. D'une part, les Italiens, et en partie les Espagnols, ont eu nettement moins de poires en raison de la chaleur et de la sécheresse que ce qui avait été annoncé dans les prévisions de récolte. Par conséquent, ils ont également eu des poires beaucoup plus petites que ce qui avait été prévu. D'autre part, le goût des Conférences belges était tout simplement exceptionnel cette année », poursuit l'exportateur. « Si elles sont aussi bonnes, les clients reviendront les chercher plus rapidement que s'ils avaient mangé une mauvaise poire. De plus, le temps est resté frais plus longtemps, ce qui a également eu un impact positif sur la consommation et la durée de conservation. »

Très (trop) peu de poires sur le marché du jour
Par conséquent, même avec les stocks actuels, il faut veiller à passer la nouvelle saison sans problème. « La plupart des poires actuellement 'disponibles' ont déjà été capturées par les négociants pour répondre aux programmes des supermarchés. Les poires en marché sont très rares en ce moment, mais si les négociants ont correctement évalué leurs clients, je pense que tout ira bien. Les prix sont donc proches d'un plafond, ce qui est inespéré. »

Du point de vue de la qualité, tout va bien. « Il y a toujours des lots qui sont moins bons, évidemment. C'est le cas chaque année à la même époque. Nous avons eu un été très chaud et sec, et on craignait que la situation soit bien pire qu'elle ne l'est. La qualité n'est pas trop mauvaise. Bien sûr, il y a toujours des exceptions, mais elles s'expliquent généralement par des raisons démontrables. Il n'y a pas de problèmes inattendus. »

L'Afrique du Sud s'installe en Chine
Wouters ne remarque pas non plus beaucoup de concurrence étrangère pour le moment. « Il s'agit bien sûr de variétés différentes (par exemple rouges) de la Conférence, mais en outre, des pays comme l'Afrique du Sud ont maintenant découvert d'autres marchés, où ils peuvent souvent obtenir de meilleurs prix. Ils ont accès au marché chinois depuis janvier et quand on voit qu'ils ont déjà exporté quelque 12.500 tonnes dans cette direction à la mi-saison, il semble que le marché asiatique soit préféré au marché européen. C'est une bonne chose pour nous, car il y aura plus de place pour les poires belges. »

En ce qui concerne la nouvelle saison, le négociant expérimenté n'ose pas encore se prononcer avec certitude sur la nouvelle récolte. « Il semble qu'il n'y aura plus de gelées. Le risque de gel est normalement écarté à la mi-mai, de sorte que les arbres sont beaucoup moins endommagés cette année que l'année dernière. Par conséquent, il semble que nous puissions nous attendre à une récolte en fait normale. Toutefois, nous sommes à peu près certains que la saison sera plus tardive. L'année dernière, nous avons pu commencer à récolter vers le 20 août, mais cette année, il faudra attendre au moins le mois de septembre. Cela signifie que l'ancienne récolte doit durer un peu plus longtemps, mais cela nous permet d'être sûrs que les poires nouvelles se retrouveront sur un marché vidé. »

Pour plus d'informations :
Kris Wouters
Fruithandel Wouters
Tél. : +32 475283696
kris@woutersfruit.be 
www.woutersfruit.be 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.