Sous-ensemble de caractères spéciaux plus

Annonces

Álvaro Palacio, président de l'Asociación Española de Tropicales :

« Comment est-il possible que les administrations soient si passives face à l'agonie que nous vivons dans l'Axarquia ? »

La diminution de la production de mangues dans la saison qui commence va provoquer une baisse significative du chiffre d'affaires de tous les agents qui composent la chaîne de valeur du secteur », déplore l'Asociación Española de Tropicales. Les mêmes sources soulignent que derrière cette baisse de chiffres se trouve la composante humaine : « Il s'agit de familles d'agriculteurs qui perdent non seulement leurs revenus, mais aussi le patrimoine qui, dans de nombreux cas, était le fruit de générations de travail acharné pour faire fonctionner les exploitations, qui se perdent maintenant et qui, dans de nombreux cas, seront irrécupérables. » L'AET regrette le manque de prévoyance des administrations et des responsables institutionnels : « Le pire, c'est que tout cela aurait pu être évité s'ils avaient agi à temps », remarque Álvaro Palacio, président de l'organisation sectorielle.

« Nous savions déjà à quel point la situation allait être difficile, car nous revenions d'une saison d'avocats où la production avait diminué de 60 %, mais la nouvelle baisse de 70 à 80 % de la récolte par rapport à l'année dernière va affecter toute l'économie de la région et ruiner de nombreux agriculteurs. Les conséquences sont les mêmes : arbres abattus et fermes abandonnées en raison du manque d'irrigation. Là encore, des situations qui auraient pu être évitées grâce à la prévoyance et à la mise en service des ouvrages hydrauliques prévus, dans certains cas, depuis des années. Mais le plus dur est de voir des hommes de 58, 65 ans, venir demander du travail parce qu'ils ont toujours vécu de l'agriculture et qu'ils n'ont plus de quoi vivre. »

« Nous devons garder à l'esprit que c'est grâce aux efforts de ces agriculteurs dévoués de la région que nous pouvons aujourd'hui nous nourrir et remplir les supermarchés de fruits et légumes. Il est dommage que l'administration soit si passive face à l'aide urgente dont nous avons besoin. »

« Nous avons besoin d'infrastructures et nous en avons besoin maintenant »
« Nous avons besoin d'infrastructures et nous en avons besoin maintenant. Nous parlons d'une usine de dessalement ou de la concrétisation de l'arrivée de l'eau régénérée de Rincón de la Victoria et de Peñón del Cuervo. Nous ne pouvons pas oublier qu'ils ont dit que nous commencerions à les recevoir en juin, mais le 29 août, elle n'est toujours pas arrivée. Et chaque jour compte ».

« Cette année, on prévoit une récolte de plusieurs milliers de kilos, selon nos calculs préliminaires, mais que se passera-t-il l'année prochaine ou l'année suivante si la sécheresse persiste et que nous continuons à ne pas trouver de solutions ? »

« Aujourd'hui, cette zone est menacée de disparition, surtout l'avocat, car la mangue est plus résistante au manque d'eau ; en fait, on peut dire qu'entre 20 et 30 % des avocatiers de l'Axarquía ont déjà été perdus », déplore M. Palacios. « C'est pourquoi l'Association espagnole des fruits tropicaux demande aux autorités de ne pas laisser mourir ce secteur, ce qui est exactement ce qui va se passer si elles n'agissent pas sans tarder. Nous n'avons pas le temps. La marge sur laquelle nous comptions est terminée », dénonce Palacios.

« Les mesures que nous demandons ont déjà été mises sur la table, vous les connaissez. Nous n'avons même pas besoin de propositions : les eaux régénérées de Peñón del Cuervo et de Rincón ou la connexion des tuyaux du réservoir de Béznar-Rules à Almuñécar pourraient déjà être en place. De plus, nous avons à nos pieds le plus grand réservoir du monde : la mer. Nous avons besoin de l'usine de dessalement et nous exigeons que ce projet soit enfin débloqué. Les procédures sont déjà en cours et les rapports sont déjà sur la table des administrations. Il y a même plusieurs projets présentés ; et même le conseil municipal de Malaga a cédé le terrain pour sa construction. Cela fait un an que nous attendons une approbation qui n'est pas venue, alors que nous contemplons avec désespoir et douleur l'état de la campagne et des fermes qui empire de jour en jour. »

« Personne ne peut comprendre cette passivité, surtout quand la consommation humaine est déjà affectée par la sécheresse. Dans la région de Vélez-Málaga, nous avons des coupures d'eau de 12 heures par jour et il est question que, s'il ne pleut pas, il pourrait y avoir des coupures de 18 heures. Il est incompréhensible d'en arriver à une telle situation avec autant de ressources en Espagne, et encore plus si l'on se souvient que pour La Palma, des usines flottantes de dessalement ont été mises en place pour la population et les cultures de bananes, et qu'ici, nous ne recevons pas d'aide proportionnelle. »


Le réservoir de La Viñuela, actuellement à 8 % de sa capacité.

« Nous sommes contraints d'envisager une mobilisation de l'ensemble du secteur »
« Nous disposons d'une zone de production unique en Europe où nous cultivons les fruits les plus exquis du monde, dont la qualité est très appréciée dans le monde entier. Outre les avocats, les mangues et l'anone, nous cultivons des pitayas, des papayes et des fruits de la passion. Des kiwanos ont été plantés à Cordoue, des litchis ont été introduits... mais toutes les cultures sont en péril à cause de la sécheresse. C'est grave si l'on considère toute l'eau qui se déverse dans la mer dans notre pays. Il faut gérer l'eau une fois pour toutes au lieu de regarder le ciel à chaque fois que survient une de ces graves sécheresses. »

« La passivité des gouvernements est incompréhensible et c'est pourquoi nous sommes contraints de proposer une mobilisation de l'ensemble du secteur avec un objectif clair : que tout ce qui est sur la table à court terme soit activé. Il n'y a plus de possibilité de retard supplémentaire. »

« Je représente une association, mais je ne parle pas en tant que président, je m'exprime en tant qu'agriculteur », conclut M. Palacios.

Pour plus d'informations :
Asociación Española de Tropicales
Tél. : +34 952 96 58 24
info@asociaciondetropicales.com
https://asociaciondetropicales.net


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.