Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Xavier Laduron, de Fairebel :

« Tant que les difficultés de l'Italie persisteront, les volumes polonais ne menaceront pas les poires belges »

« Pour les producteurs de fruits à pépins, la situation est beaucoup plus encourageante cette saison que l'année dernière. Les calibres sont bons, la qualité est au rendez-vous et les prix sont assez intéressants pour cette période de l'année », déclare Xavier Laduron, lui-même producteur et responsable du comité sectoriel des fruits chez Fairebel. « Maintenant, il est important que cela reste le cas, afin que nous puissions couvrir les coûts et peut-être même réaliser un petit bénéfice. Cela nous permettrait de regarder tous vers l'avenir. »

« Nous travaillons actuellement avec des prix que nous oserions normalement espérer obtenir en mars, mais que nous voyons déjà en novembre », poursuit Laduron. Il voit la principale raison dans le fait que la récolte ait été moins abondante en Pologne. « Certes, beaucoup de vergers ont été arrachés par ici, mais je pense que les superficies aux Pays-Bas et en Belgique ont finalement peu d'impact sur le volume total en Europe. Le plus grand producteur de pommes est normalement la Pologne, et il y a moins de volumes cette année, ce qui limite la pression sur le marché. C'est avantageux pour nous en ce moment. »

En ce qui concerne les poires, le producteur, qui cultive principalement la Conference et la Jonagold, mais qui possède également plusieurs hectares d'autres variétés, reste également optimiste pour cette saison. « Sur ce marché également, nous pouvons parler d'une belle formation de prix. » Craint-il une augmentation de la production de poires en Pologne ? « Pas pour le moment. Honnêtement, je n'en ai pas vraiment peur. Cela s'explique surtout par la situation dramatique dans laquelle l'Italie se trouve actuellement. C'est très dommage pour eux, mais statistiquement, il devient de plus en plus probable que les Italiens connaissent des problèmes de récolte. Tant que c'est le cas, je ne considère pas les volumes en provenance de Pologne comme une menace. La Belgique a été cette année le plus grand producteur de poires en Europe. Normalement, l'Italie fait deux fois plus que nous, mais avec ces problèmes, nous pouvons bien combler le vide. »

Pause pendant les fêtes
Pour le reste de la saison, Laduron ne prévoit donc pas de grands changements. « Pendant les fêtes, l'offre diminuera progressivement. Les triages seront alors temporairement interrompus, car les travailleurs migrants rentrent chez eux pour les fêtes. Cela entraînera une légère diminution du volume sur le marché, mais d'un autre côté, les consommateurs mangent traditionnellement moins de fruits à pépins pendant les fêtes. Cela maintient l'équilibre sur le marché. Je m'attends à ce que cela reste au moins jusqu'à Fruit Logistica, où tout le monde vérifiera les stocks des autres. »

« D'ailleurs, je m'attends à ce que la formation des prix reste globalement la même pour cette saison. Je ne vois aucune raison de changer », poursuit Laduron. « Les Polonais et les Italiens ne vont pas soudainement recommencer à récolter, donc à l'heure actuelle, il n'y a aucune raison pour que le marché ne change. Cependant, dans ce secteur, il faut rester sur nos gardes, car on ne sait jamais. Il est très important de veiller à ce que les prix restent stables. Idéalement, pour les vingt prochaines années, afin que nous puissions également gagner un peu d'argent et envisager l'avenir avec des investissements. Nous allons dans la bonne direction cette saison et maintenant nous devons nous assurer que cela continue. »

Pour plus d'informations :
Xavier Laduron
Fairebel
Tél. : +32 80 44 77 26
laduron.xavier@faircoop.be
www.fairebel.be

Date de publication: