Le 22 novembre, le 17e Congrès International des Organisations de Producteurs (ICOP) s'est déroulé à Almería, revenant une fois de plus en Espagne pour cette nouvelle édition, réunissant des intervenants et des participants de toute l'Europe à l'hôtel Barceló de Cabo de Gata.

La présentation s'est déroulée en présence de Wolfgang Braunstein, du cabinet de conseil autrichien gfa, organisateur de l'événement, du délégué du gouvernement régional d'Andalousie à Almería, Aranzazu Martin, de Juan Antonio Gonzalez, président de Coexphal, et de Gonçalo Andrade, président de Portugal Fresh, qui a été le coordinateur de la journée.

La première présentation de l'après-midi a été faite par Jan van der Blom, de Coexphal, qui a donné un aperçu de l'évolution de l'horticulture à Almería depuis ses débuts il y a 50 ans, à laquelle Jan a participé activement depuis qu'il est arrivé à Almería en provenance des Pays-Bas il y a trois décennies.

Depuis les années 1970, date à laquelle ce modèle agricole a commencé à être utilisé, la surface hivernée a connu une croissance ininterrompue. Aujourd'hui, Almería compte quelque 33 000 hectares de serres solaires « qui produisent toute l'année des fruits et légumes pour 500 millions d'Européens », a souligné M. Jan. L'union, matérialisée par les coopératives, la SAT, l'OPFH et d'autres organisations de producteurs, a été l'une des clés du succès d'une activité, a-t-il rappelé, composée d'environ 14 000 agriculteurs possédant des exploitations d'une superficie moyenne de 2,5 hectares en production. Un succès qui n'aurait toutefois pas été possible sans le grand engagement du secteur en faveur de la production durable et de l'adoption de la lutte intégrée, qui a pris son essor en 2007 après les problèmes causés par les résidus de pesticides dans les exportations de poivrons vers l'Allemagne.

Luc Vanoirbeek a ensuite expliqué les défis auxquels est confronté le secteur des fruits et légumes, en mettant l'accent sur le gaspillage alimentaire. Si le gaspillage alimentaire était un pays, il serait le troisième plus grand émetteur de gaz à effet de serre, juste après les États-Unis et la Chine.

En fait, la durabilité de la production cessera d'être un facteur volontaire pour devenir une obligation légale, a-t-il déclaré, dans un contexte de croissance démographique et d'incertitude, que l'UE soutiendra par le biais des OCM.

Lors de la deuxième session, Simona Caselli, de l'AREFLH, a parlé de la durabilité, de la sécurité alimentaire et du changement climatique, en insistant sur la nécessité de continuer à miser sur les emballages pour les fruits et légumes.

Pour sa part, Juan Carlos Pérez Mesa, de l'Université d'Almería, s'est concentré sur les marchés et leurs défis pour la production à Almería ; non seulement sur les facteurs directs, mais aussi sur les facteurs indirects qui ont conduit à une augmentation des coûts de 34,4 %, ce qui implique une augmentation des dépenses, mais aussi une augmentation des risques.

Dans son intervention, elle a souligné la nécessité de donner aux consommateurs européens une image correcte de l'agriculture d'Almería afin d'éviter qu'ils ne conservent un concept erroné d'un secteur leader en termes de durabilité.

Enfin, Raquel Aguado, de FEDEMCO, a présenté les avantages de l'emballage en bois, un matériau naturel recyclable et réutilisable, en expliquant la nouvelle certification Ecowoox, la seule certification internationale qui atteste de la recyclabilité et de la réutilisation des emballages en bois.