Bien que nous soyons actuellement au milieu de la saison des légumes à Almería, dans quelques semaines seulement, les plantations de pastèques commenceront dans certaines zones, ce qui déterminera la première offre de fruits qui commencera à arriver sur les marchés européens à la mi-avril.

« La pastèque est, après le poivron, l'un des principaux produits d'Ejidomar », explique José Antonio Baños, président de la coopérative. « C'est un produit avec lequel nous travaillons pendant six mois, faisant la saison non seulement à Almería, mais aussi à Murcia et à Castille-La Manche. »

« Le bilan de la saison dernière n'a pas été aussi positif que nous l'espérions. Au début de la saison, à Almería, nous avons eu de très bons prix et, par conséquent, les agriculteurs qui avaient une production à ce moment-là ont eu de très bons résultats. Dans la partie tardive d'Almería et dans la partie précoce de Murcia, la pluie a réduit la production, ce qui a rendu le produit très cher ; à ce moment-là, nous avons eu beaucoup de problèmes pour approvisionner nos clients en fruits parce qu'il n'y en avait pas assez », se souvient José Antonio, « et enfin, lorsque les volumes ont repris avec la saison de La Mancha, la demande ne s'est pas suffisamment redressée. »

« De la mi-juin à la fin juillet, la pastèque était si chère que les consommateurs ont cessé de l'acheter, et avec une consommation aussi faible , il a été impossible de faire repartir la demande, et la saison s'est terminée avec des prix très bas. »

Cette année encore, Almería a continué à miser sur la pastèque rayée sans pépins, la pastèque noire sans pépins et la pastèque miniature avec des micro-pépins comme pollinisateur, « parce qu'au niveau commercial, elle est mieux acceptée que la noire avec pépins », souligne le président d'Ejidomar. « Cette année, ce sont principalement ces variétés qui seront à nouveau plantées et, bien qu'il soit encore trop tôt pour l'affirmer, tout indique que la superficie plantée sera inférieure à celle de la saison dernière. »

« D'une part, en raison des résultats de la saison dernière et, d'autre part, parce que cette année le poivron a été planté un peu plus tard, que les plantes sont entrées en production plus tard et que moins de kilos ont été récoltés jusqu'à présent, de sorte que les agriculteurs arriveront à la fin du cycle. En fait, beaucoup d'entre eux ont semé du poivron cette année au lieu d'un autre légume afin de ne pas planter de pastèque plus tard. »

« À Nijar, en raison des températures plus froides dans la région, on plante généralement plus de courgettes et on les arrache en ce moment pour commencer à planter des pastèques dès le début du mois de décembre et pouvoir faire les premières coupes entre le 10 et le 15 avril. Mais le cycle plus long du poivron fait que dans l'ouest, la plantation commence en février ; et cette année, elle devrait commencer encore plus tard. »

« Par exemple, moi qui suis également agriculteur, j'ai commencé à récolter mes premiers poivrons aujourd'hui, le 22 novembre, en raison du retard pris dans la plantation. Si je veux récolter les kilos suffisants dont j'ai besoin cette saison, je devrai laisser ma plantation plus longtemps et, peut-être, cela signifiera-t-il que je ferai partie des agriculteurs qui décideront de ne pas planter de pastèques au printemps. »

« Même si, en fin de compte, tout dépendra des températures, qui font que les plantes restent immobiles ou non, et des ravageurs, en particulier le Thrips parvispinus. L'année dernière, j'ai dû arracher toute ma plantation de poivrons au début du mois de février », raconte José Antonio. « Cette année, heureusement, mes plantes ne sont pas touchées, mais je connais de nombreux producteurs qui ont déjà des problèmes et certaines exploitations doivent déjà être arrachées. »

« Nous investissons beaucoup dans la lutte intégrée contre ce ravageur ; l'Orius donne de bons résultats mais ce n'est pas suffisant et, bien que nous essayions des alternatives combinant des insectes auxiliaires et des produits phytosanitaires non nocifs pour eux, nous n'avons toujours pas de solution définitive à ce problème causé par le Parvispinus ; de même que pour le puceron de la pastèque, qui devient de plus en plus résistant. »

« Actuellement, en cas de forte attaque de Parvispinus, la seule solution est d'arracher toute la plantation et d'essayer de recommencer. Il faut espérer qu'une solution plus efficace sera bientôt trouvée. »

Pour plus d'informations :
José Antonio Baños
Ejidomar
Carretera de Almerimar Km. 1
04700 El Ejido, Almería (Espagne)
Tél. : +34 950 48 35 11
ejidomar@ejidomar.es
www.ejidomar.es/