« Les premières clémentines Tobsine de la région d'Alicante sont arrivées chez nous autour du 12/13 novembre. Les qualités sont excellentes, mais les prix sont plus élevés que l'année dernière. Selon nos fournisseurs, cela est dû au fait que les quantités disponibles cette année sont moins importantes », explique le directeur Detlev Köster (sur la photo de droite). Par le passé, l'entreprise Johann Köster GmbH & Co. KG de Lilienthal recevait les premières clémentines de la marque Tobsine d'Espagne dès la mi-octobre. Cette année, des retards dus aux conditions météorologiques ont perturbé le processus.

Petits calibres, prix stables pour la Tobsine
« Pour l'heure, les calibres sont encore de petite taille, les plus gros calibres étant actuellement absents. Les prix sont plus stables que l'année dernière. Cependant, cela ne fait qu'une semaine que la vente a commencé. Parallèlement, j'ai le sentiment que les prix resteront plus élevés que l'année dernière. Mais cela dépend également de la réaction des chaînes de supermarchés. Les clémentines viennent principalement d'Alicante et de Valence pour certaines », explique Köster. Sous le nom de Tobsine, Köster commercialise également des oranges de 2 kg, des oranges de calibre 36, des petites oranges à presser ainsi que des citrons disposés et en vrac. L'entreprise propose la marque haut de gamme Tobsine depuis le milieu des années 1990.

« La saison commence généralement avec la variété Arrufatina, suivie des Clemenules, que nous avons déjà commencé à commercialiser. Jusqu'à présent, pratiquement chaque année, on nous avance que moins de marchandise sera disponible. Cette année, j'imagine que ce sera également le cas. Bien sûr, il faudra attendre la fin de la saison pour en savoir davantage. En 2022, la saison aurait dû se terminer fin décembre. Elle s'est quand même prolongée jusqu'à la mi-janvier. »

En ce qui concerne les majorations des tarifs au péage en décembre, Köster prévoit des conséquences pour l'ensemble du secteur. « Nous achetons toutes nos marchandises avec Franko Lilienthal. Cela signifie que nos fournisseurs en Espagne supportent la totalité des coûts. Nous travaillons ainsi depuis environ 30 ans », explique Köster. « À terme, ces coûts nous incomberont certainement aussi, comme à presque tous les acteurs du marché. Mais on ne sait pas encore dans quelle mesure. Nous ne pouvons pas non plus simplement ignorer l'augmentation des prix du diesel et des péages. Nous devons également supporter ces coûts, auxquels s'ajoute le fait que nous avons à livrer nos propres produits. »

La qualité des marchandises de SanLucar est extrêmement bonne
Köster propose également des clémentines et des mandarines de SanLucar. « Il y a eu une pause de deux à trois mois pendant l'été. Entre-temps, SanLucar est passé de la marchandise d'outre-mer aux produits d'Espagne. Les produits espagnols sont toutefois un peu moins chers que ceux d'outre-mer. Les qualités de la marchandise SanLucar sont extrêmement bonnes. Après tout, SanLucar fait aussi très attention à la qualité de ses produits. » Le niveau de prix est généralement plus élevé que celui de Tobsine, ce qui s'explique entre autres par le fait que la société agit et travaille de manière plus durable et plus respectueuse de l'environnement, par exemple en offrant des conditions de travail et des salaires équitables à ses collaborateurs ou en pratiquant l'irrigation goutte à goutte (pas de gaspillage d'eau).

« Pour les clémentines et les mandarines de la marque SanLucar, on utilise surtout des filets de 750 g et des sacs en jute de 1,5 kg. Les mandarines SanLucar triées à la main en caisses de 10,5 kg à 11 kg se vendent également très bien. Les clémentines Tobsine sont à leur tour commercialisées en caisses de stockage de 6 kg, mais aussi en vrac par unités de 10 kg. »

Pour plus d'informations :
Detlev Köster
Johann Köster GmbH & Co. KG
Querreihe 1
28865 Lilienthal
Tél. : 04792 93400
order@johann-koester.de
www.johann-koester.de