Les plans stratégiques de la PAC 2023-2027, qui a un fort caractère environnemental, et les politiques agricoles de l'UE ont été au centre des discussions de la matinée du deuxième jour du Congrès International des Organisations de Producteurs ICOP 2023, qui s'est tenu à Almérie. Kristine Bori, de la DG Agri, les Espagnols Adrián Torrellas et Manuel Alías Cantón, et Kerstin Edelman, du cabinet autrichien gfa-consulting, organisateur du congrès, ont présenté l'état actuel de la mise en œuvre des récents changements législatifs de la PAC dans le secteur des fruits et légumes, et ont parlé des fonds opérationnels et des programmes opérationnels.

La réforme de la PAC vise à soutenir la transition de l'agriculture européenne vers une plus grande durabilité, conformément aux objectifs du Pacte Vert Européen, faisant de cette nouvelle période une PAC beaucoup plus verte avec des objectifs environnementaux plus ambitieux ; bien que, parallèlement, les réformes de la PAC contribueront à une politique agricole commune plus équitable qui stimulera la compétitivité du secteur agroalimentaire.

La durabilité - qui prend en compte tous les niveaux, environnemental, social et économique - est l'objectif principal de la Commission Européenne, comme l'indiquent clairement non seulement la PAC 2023-2027, mais aussi le Pacte Vert lui-même, et cela a été souligné par les orateurs des présentations de l'après-midi, qui ont parlé des innovations et des tendances du secteur dans ce domaine.

Kris de Smet, de Koppert, a analysé l'évolution et la croissance du contrôle biologique dans l'agriculture, qui est déjà mis en œuvre dans 37 % des cultures protégées dans le monde - à un niveau plus élevé à Almérie, en particulier, et en Europe, en général, a expliqué Kris - et dans 15 % des cultures en plein champ. Comme il l'a souligné au début de sa présentation, « le monde a besoin d'une agriculture 100 % durable », et la pression réglementaire croissante sur les pesticides chimiques va dans ce sens.

Une réglementation plus conforme à l'importance de l'agriculture dans un contexte de perte progressive de productivité due à l'avancée du changement climatique serait également nécessaire pour le développement de nouvelles techniques de sélection (NGT), qui offrent des opportunités prometteuses pour améliorer la durabilité de la production alimentaire dans le monde.

Comme l'a expliqué Antonio Villaroel d'ANOVE, selon une étude réalisée par l'Institut Cerdá, l'amélioration génétique a jusqu'à présent permis d'augmenter les rendements des cultures de 11 à 61 %, mais avec les outils utilisés jusqu'à présent, « il est de plus en plus difficile d'y parvenir. » La population mondiale aura besoin de « 50 à 70 % de nourriture en plus dans les 30 prochaines années », a déclaré Antonio et, citant Luc Vanoirbeek dans son discours d'hier, « nous devrons produire plus avec moins », a-t-il dit, « et plus rapidement. »

Actuellement, il faut 10 à 12 ans pour sélectionner une variété, et les NGT pourraient réduire cette période de moitié, mais avec la réglementation actuelle, ces techniques, qui sont elles-mêmes relativement abordables et peu coûteuses par rapport à la sélection traditionnelle - qui peut coûter entre 1 et 3 millions d'euros - les coûts réglementaires pourraient s'envoler « jusqu'à 100 millions d'euros. » « On peut imaginer des virus comme le ToBRFV, il serait essentiel de pouvoir accélérer la sélection pour trouver plus rapidement des variétés résistantes, a-t-il souligné : « Il faut un cadre réglementaire, on ne peut pas rater ce train que représentent les NGT. »

Rosa Altisent, de l'IRTA, a confirmé l'importance de la sélection en expliquant comment, grâce au Hot Climate Partnership, ils ont développé les premières variétés de pommes et de poires au monde spécifiquement sélectionnées pour les climats chauds ; en fait, Tutti, présentée lors de la dernière édition de Fruit Logistica, est déjà en phase de commercialisation.

Dans le domaine de l'énergie, Alice Lefort et Carlota Contreras de BayWa ont expliqué une véritable innovation transversale dans l'arboriculture fruitière : le frutivoltaïque. BayWa a développé des structures photovoltaïques à mettre en place dans les plantations fruitières pour maximiser le rendement de la terre avec la production agricole et énergétique.

Toujours d'un point de vue technologique, José Luis Molina, PDG de Hispatec, a expliqué l'importance de la gestion des données dans les environnements agricoles d'aujourd'hui, rappelant la révolution numérique qu'a connue l'information. « Les pertes alimentaires dans le monde sont de l'ordre de 40 à 50 % », a-t-il révélé, « et les pertes post-récolte immédiates peuvent atteindre, selon la manière dont elles sont gérées, 25 à 30 %. » Par conséquent, les décisions des agriculteurs « doivent être les bonnes » et les solutions logicielles complètes de la farm-to-market telles que celles installées par Hispatec dans le monde entier, les aident à prendre ces décisions.

Enfin, Juan Jesús Lara, PDG de CASI, a retracé l'histoire de la coopérative dont les origines remontent à 1944, lorsque plusieurs agriculteurs se sont associés pour commercialiser des pommes de terre. L'union et l'organisation des producteurs, concept défendu par l'ICOP, est ce qui a conduit CASI à devenir la plus grande coopérative de tomates et le plus grand négociant d'Almeria Ses membres représentent 3 000 des 8 000 hectares de culture de tomates dans la province, a fait remarquer Juan Jesús, avec une production d'environ 240 millions de kilos par an.

La concurrence sur le marché de la tomate s'est accrue ces dernières années, principalement en provenance du Maroc et des Pays-Bas, a expliqué le PDG de la coopérative, mais « la concurrence n'est pas une mauvaise chose car elle nous permet de nous améliorer », a-t-il indiqué. « En tout cas, ce que nous fabriquons est un produit qui ne peut pas être copié, car notre tomate a 80 ans d'histoire », a-t-il conclu.