La prochaine saison des agrumes sera beaucoup plus facile d’un point de vue commercial pour les exportateurs égyptiens, aidés par l’amélioration des calibres et la faible concurrence, selon Eslam Gelila, PDG de Gelila.

« La saison dernière a été très difficile à naviguer. Mais tout s’est amélioré cette année - taille, qualité et demande - pour tous les agrumes. Cela promet d’être une campagne plus facile que la saison précédente. À deux semaines de la récolte, le brix est actuellement à 12 % et plus, et devrait atteindre 13 au fur et à mesure de la récolte. La coloration a atteint 80 à 90 % dans de nombreuses fermes. »

L’un des plus grands défis de la saison dernière a été l’abondance de petits fruits, ce qui a eu un impact majeur sur les prix et les destinations. Cependant, cette année, la distribution des tailles est bien équilibrée, dit Eslam, avec 20 % de petites tailles, 50% de tailles moyennes et 30 % de grandes tailles pour les oranges Navel qui ouvrent la saison. « Cela nous permettra de récupérer notre part sur les marchés qui préfèrent les grandes tailles, comme la Chine, où les commandes ont été en baisse la saison dernière », ajoute l’exportateur.

La saison égyptienne commence alors que la saison sud-africaine se termine, et le Maroc et l’Espagne ont échoué dans leur campagne en raison de la sécheresse, qui est susceptible d’avoir un impact sur toute leur saison. « Nous restons sur le marché avec la Turquie, qui a plus de volumes d’agrumes que la saison dernière, mais a des problèmes de qualité, à en juger par les plaintes que nous voyons actuellement sur le marché, et la Grèce, avec de faibles volumes. »

« Nous nous attendons donc à une demande accrue de la France, de la Grèce, de l’Allemagne et de l’Italie en raison de la baisse de la production espagnole. Nous constatons déjà une forte demande avant même le début de la campagne des Pays-Bas, le centre de réexportation pour toute l’Europe, et cela ajoutera à nos marchés traditionnels tels que la Russie et l’Arabie Saoudite », ajoute l’exportateur.

La baisse de la production au Maroc et en Espagne laissera le terrain aux exportateurs égyptiens sur des marchés où ils n’exportent normalement pas en gros volumes, explique Gelila « C’est le cas pour l’Amérique du Sud, les Philippines et le Canada. »

Interrogé sur les allégations des syndicats de producteurs espagnols selon lesquelles la moisissure noire a été trouvée dans les agrumes égyptiens, Gelila répond : « Nous sommes habitués à ce genre d’allégations, qui visent non seulement l’Égypte, mais tout pays en concurrence avec les producteurs espagnols. Nous n’avons observé la présence d’aucune maladie dans les agrumes et nous n’avons reçu aucune allégation à cet effet. Les autorités sanitaires égyptiennes sont très strictes et nos fruits sont exportés dans le monde entier. S’il y avait de la moisissure noire, tout le monde le saurait. »

« Chez Gelila Company, nous avons acquis de nouvelles certifications telles que « FSSC » et « ICS », en plus des certifications existantes, y compris ISO, GLOBAL GAP, SEDEX, GRASP et BRCGS, qui soulignent notre fort dévouement à la sécurité alimentaire et à la qualité de nos produits. »

L’exportateur conclut : « Nous sommes fiers d’exporter quotidiennement de nombreux fruits et légumes, comme les oranges, les citrons, les oignons, les mangues, les grenades, les raisins, les pomelos, les mandarines, l’ail, les pommes de terre, les patates douces, la laitue iceberg, les poivrons et autres. Nous continuons à améliorer la qualité de ces produits avec des installations de production avancées et des techniques de surveillance méticuleuses. Nous prenons la sécurité alimentaire au sérieux et fournissons des produits sans risque, offrant à nos clients une expérience de consommation distinctive et sûre. »

Pour plus d'informations :
Eslam Gelila
Gelila
Tél. : +20 100 000 4540
ceo@gelila-eg.com
www.gelila-eg.com