« Depuis quelques années, l’environnement indirect affecte les coopératives et les entreprises à Almería beaucoup plus que notre environnement proche », a noté Juan Carlos Pérez Mesa, professeur à l’Université d’Almería, dans son exposé dans le programme du Congrès International des Organisations de Producteurs, tenue récemment à Almería. Des facteurs tels que « le tsunami réglementaire de l’UE, la guerre en Ukraine et au Moyen-Orient, les ruptures de la chaîne d’approvisionnement ou les flux migratoires internationaux » entraînent une augmentation des coûts depuis 2021. « Si nous faisons une moyenne globale, nous voyons qu’il y a eu une augmentation de 34,4 % », a-t-il indiqué. « Et s’il est vrai qu’à partir de mars cette hausse a commencé à se modérer, l’inflation s’accumule et nous allons devoir continuer à lutter avec elle dans notre structure des coûts. »

« Internaliser les externalités sera désormais nécessaire, mais aussi la durabilité associée à l’innovation », a-t-il souligné. « En effet, la durabilité n’est plus un aspect transversal de la chaîne d’approvisionnement, mais le cœur même de la chaîne. »

Le capital humain, la principale ressource d’une entreprise selon la théorie des ressources et des capacités, l’attraction et la rétention du talent, ou les nouvelles technologies comme la robotisation, que les Pays-Bas ont l’intention de commencer à mettre en œuvre d’ici 2024, sont des éléments essentiels qui seront nécessaires à l’avenir dans un environnement de concurrence croissante.

« La tomate au Maroc a avec nous une différence de coûts de main-d’œuvre par rapport à Almería de 1 à 7. À la fin de la chaîne de valeur cette différence est réduite à 40 %, et nous devons lutter parce que cette marge est réduite autant que possible. Il ne faut pas oublier que la qualité est importante, mais dans les enquêtes auprès des consommateurs, le prix est un facteur de poids lors de l’achat », a-t-il déclaré.

« Le Maroc est notre grand concurrent et en quelques années, il a considérablement augmenté sa production pour dépasser aujourd’hui la production espagnole et néerlandaise. En tomate, le pays dépasse déjà les 10 000 hectares et, à ce stade, nous devrons décider si nous voulons un modèle d’offshoring au Maroc ou si nous voulons continuer à avoir l’autosuffisance productive dans l’UE. »

Juan Antonio González Real, président de Coexphal, avec Luis Miguel Fernández, également de Coexphal; Juan Carlos Pérez Mesa, de l’Université d’Almería ; José Manuel Fernández, de Vicasol, et Juan Pérez Zamarrón, de Coexphal.

Un autre des défis auxquels sont confrontés Almería et sa production, est sa réputation en Europe. « Nous avons fait une étude académique dans laquelle nous avons analysé les nouvelles qui apparaissent dans les médias des pays européens pour voir ce qu'ils pensent du système productif à Almería, et tous ces mots résument ce qui apparaît dans toutes ces nouvelles », dit-il, en montrant une diapositive mettant en évidence la réputation du secteur, parmi lesquels figuraient des mots tels que « plaintes », « plastiques », « conditions de travail » ou « illégal. » « Bien sûr, les médias ne peuvent plus critiquer le secteur du point de vue de l’utilisation des pesticides, mais le concept de dumping social apparaît », a-t-il souligné.

« Nous ne nions pas qu’une minorité puisse enfreindre la loi, mais ces situations sont aujourd’hui totalement contrôlées. En fait, permettez-moi de rappeler que Almería est aujourd’hui la province espagnole avec le plus grand nombre d’immigrants inscrits; un 21 %, avant de grandes villes comme Madrid ou Barcelone. 27 % de toute la main-d’œuvre d’Almería est de l’extérieur de l’Espagne et ce chiffre monte à 67 % dans le secteur agricole. »

« Enfin, je voudrais que tout le monde se souvienne que les légumes sont les produits agricoles les plus importants de toute la production agricole de l’Union Européenne, avant les fruits ou le secteur laitier, et qu’ils ne reçoivent que moins de 1 % d’aide. »

« Le secteur veut rester sur le marché et nous espérons que la réglementation ne favorisera pas la concurrence extracommunautaire ».