La saison espagnole des agrumes se déroule avec de faibles volumes et des rendements inférieurs dans le cas des oranges et, d'une manière générale, avec des prix plus élevés sur les étagères qui affectent la demande. Cette année encore, le secteur des agrumes continue de se professionnaliser avec le changement de panorama provoqué par l'entrée de fonds de capital-risque au cours des cinq dernières saisons, selon Quico Peiró, directeur des opérations du groupe Cañamás, qui affirme que l'un des défis consistera à récupérer la consommation d'oranges, qui est en baisse.

Au cours d'une saison normale et en comptant les différentes variétés d'agrumes que Cañamás vend tout au long de la saison nationale et qui comprennent les oranges, les clémentines, les mandarines et les pomelos, l'entreprise commercialise environ 110 000 à 125 000 tonnes par an, dont environ 65 % sont produits localement et cultivés dans ses propriétés des régions de Levante et d'Andalousie.

« Au début de la saison des oranges, nous observons une qualité assez moyenne en termes de formation des fruits, ces derniers étant plus longs que prévu en raison des températures et des changements climatiques pendant la floraison et la formation. Cependant, leur qualité gustative est meilleure que celle de l'année dernière, assez bonne en général », affirme Quico Peiró.

« Il est vrai que ces oranges en début de saison ont un prix plus élevé au champ, ce qui, ajouté aux rendements plus faibles dus aux difficultés rencontrées lors de la formation, a un effet direct sur les prix de vente, qui sont plus élevés sur les étals et affectent la demande d'agrumes », explique-t-il.

C'est pourquoi, en ce qui concerne d'éventuelles importations d'autres origines cette saison pour compléter l'offre, Quico Peiró estime : « Avec les niveaux de consommation que nous avons actuellement, je ne vois pas trop le besoin d'oranges d'autres pays que les oranges espagnoles pour couvrir la demande européenne. De plus, je pense que les importations que les pays effectuent déjà, à partir de ces autres origines, pour les lignes de basse qualité, sont plus que suffisantes pour faire face à la demande normale »

» En ce qui concerne les clémentines, M. Peiró affirme que « cette année, elles présentent une qualité gustative exceptionnelle, ainsi qu'une très bonne consommation, malgré les augmentations de prix qui, comme pour les oranges, ont été enregistrées sur le terrain et se sont répercutées sur le prix final. En vérité, nous espérons que cette tendance se maintiendra pour le reste de la saison. »

Ces dernières années, le secteur des agrumes a connu une forte union de grandes entreprises formant des groupes puissants soutenus par des fonds de capital-risque. « En fin de compte, l'entrée des fonds signifie une professionnalisation du secteur et ce, très rapidement car le changement s'est produit en seulement cinq ans au cours desquels il y a eu une transformation totale de la carte du secteur. Ces changements ont apporté de la rigueur au secteur des agrumes ainsi que de l'équilibre et de la fermeté. Grâce à cette même professionnalisation, l'unité des critères est de plus en plus grande en ce qui concerne des questions telles que la qualité, les calibres, l'utilisation et les prix », affirme M. Peiró.

« L'entrée des fonds a également entraîné un changement vertical dans toute la chaîne de valeur, depuis la dynamique des achats sur le terrain jusqu'à la dynamique des ventes, en passant par le conditionnement dans l'industrie. C'est une bonne chose pour le secteur, car cela nous encourage à nous améliorer jour après jour et à créer une plus grande union entre les différents agents », ajoute-t-il.

Pour Quico Peiró, les défis pour cette saison sont, « d'une part, de récupérer la consommation que nous perdons dans la section orange et, d'autre part, de maintenir et de privilégier les produits espagnols sur le marché européen en tant que produits européens, locaux et avec une sécurité alimentaire totale. »

« Pour être plus précis, je crois que la promotion des agrumes espagnols par les agents impliqués dans l'interprofession est actuellement la principale demande que le secteur des agrumes doit formuler pour récupérer la consommation et le dynamisme de nos produits sur le marché », conclut-il.

Pour plus d'informations :
Maria Canet
Département des ventes
Cañamás Hermanos, S.A.
Camí Aigua Blanca, S/N
46780 Oliva. Valencia. España
Tél. : +34 962 852 000
maria.canet@satcv.com
www.canamas.com