En ce qui concerne le kiwi vert Hayward, le scénario de cette année est relativement simple : pénurie de produits ! « Si c'est indéniable pour nous en Italie, c'est également le cas pour notre principal concurrent, la Grèce », explique Giuseppe Ribotta, fondateur de la coopérative agricole du Groupe Ribotta, dont le siège se trouve à Revello, dans la province de Cuneo.


Giuseppe Ribotta

« La perte est considérable, mais nous constatons une constance dans la taille et dans la qualité. Nous vendons à des prix particulièrement élevés, en particulier vers des destinations auxquelles la Grèce n'a pas accès en raison de sa taille ou par manque de protocole. Le kiwi grec est plus gros cette année, et le pays a du mal à servir les marchés qui exigent des fruits plus petits. Nous sommes donc mieux positionnés sur ces marchés. Sur les autres, ils sont en train de gagner, il ne faut pas le nier. Au Brésil, qui était un marché colossal pour notre entreprise, la Grèce n'a pas pu exporter jusqu'à l'année dernière en raison du manque de protocole. Elle a obtenu le feu vert cette année après la signature du texte en question. Toutefois, en termes de qualité, les kiwis italiens sont invariablement les meilleurs. »

« Par rapport à l'Allemagne, où les prix sont meilleurs, nous éprouvons des difficultés sur le marché intérieur. À l'étranger, nous sommes amplement satisfaits des relations commerciales avec les pays asiatiques, comme Taïwan, où la connaissance et la demande de kiwis sont importantes. »

Ribotta a également souligné que la baisse du pouvoir d'achat est flagrante. « Les gens dépensent, mais pas beaucoup. Et plus les prix sont élevés, plus la consommation fluctue. En termes de quantité, nous ne vendons pas autant que nous le devrions, mais les ventes se déroulent bien, précisément en raison du manque de produits et de la demande modérée. »

La campagne a commencé dès que possible. « Cette année, le Chili a terminé plus tôt que prévu. La demande de fruits a explosé et le déficit était sévère. Dès que nous avons atteint les niveaux Brix optimaux, nous avons commencé à faire pression pour viser à combler le vide », explique Ribotta. « Après cela, le marché a commencé à se stabiliser. »

L'homme d'affaires piémontais attire l'attention sur une particularité des pays producteurs de kiwis. « Cette année, l'Iran est en hausse, avec des fruits de grande qualité. À la foire de Madrid, les acheteurs indiens avaient déjà déplacé leur attention de la Grèce vers l'Iran. Cela s'explique également par les prix plus élevés des kiwis grecs. »

Enfin, Ribotta a souligné combien l'Europe est vertueuse en matière d’emballage, mais combien il est complexe d'éliminer le plastique. « Nous avons fait un test avec une boîte en carton, mais le produit n'est pas arrivé à destination convenablement. Cela ne veut pas dire que nous allons arrêter de chercher, mais nous n'avons pas encore trouvé de solution. Le processus de remplacement du plastique par des matériaux alternatifs est complexe. Cela ne peut pas se faire du jour au lendemain, surtout pour les produits périssables comme les fruits et les légumes. »

Pour plus d'informations :
Giuseppe Ribotta
Ribotta Group Soc. Coop. Agricola
Via Traversa Canonica, 1
12036 Revello (CN)
Tél. : +39 0175 257550
info@ribottagroup.it