Avec l'arrivée des pommes de terre de table chypriotes et italiennes, l'offre s'est légèrement modifiée. Toutefois, selon le BLE, la concurrence est restée faible, en raison d'un prix trop élevé et d'une qualité des pommes de terre de consommation toujours aussi satisfaisante. Les affaires ont été plutôt calmes et les prix sont restés le plus souvent au niveau précédent.

Selon l'AMI, la récolte de pommes de terre de table en Allemagne a diminué pour la troisième fois consécutive. Par rapport à l'année précédente, déjà peu abondante, le déficit est d'environ 4 %. Les baisses enregistrées dans le nord du pays sont nettement supérieures à la moyenne. En revanche, l'ouest et le sud ont cultivé un peu plus de pommes de terre, bien que la récolte en Bavière, par exemple, ait été à nouveau inférieure à la moyenne. Dans le nord, la baisse est probablement due en grande partie à la réaffectation des surfaces cultivées en pommes de terre de table à la culture de pommes de terre de transformation.

Les stocks ont encore diminué, car certaines marchandises avaient déjà été vendues au moment d’être stockées. Au total, la baisse des stocks pourrait s'élever à un peu plus de 10 %. Comme dans le nord, les stocks dans l'ouest devraient également être inférieurs à ceux de 2022. La situation est très différente pour les pommes de terre destinées à la production de frites. Leur volume de récolte a augmenté de 12 %.

Basse-Saxe :
Les affaires de Noël ont bien démarré. La demande accrue a pu être satisfaite. Les conditions hivernales ont rendu le chargement des pommes de terre plus difficile.

Rhénanie-Palatinat :
Les prix à la production sont stables. Les pommes de terre de plein champ ont disparu du marché en raison des conditions météorologiques. Seules les pommes de terre de conservation sont transformées. Le marché des pommes de terre de table est équilibré, l'offre étant pleinement utilisée. Les pommes de terre stockées sont pour la plupart de bonne qualité, les lots ayant été soigneusement triés avant le stockage. Avec des ventes saisonnières normales, on devrait assister à une reprise des ventes à la ferme au moment des fêtes de fin d'année. À noter que les péages et les transporteurs thermiques renchérissent la logistique.

NRW :
La demande sur le marché de la pomme de terre de consommation reste intéressante. Le déstockage progresse rapidement. Du côté des industriels, ce sont les pommes de terre qui restent à récolter qui posent problème. Une partie de la récolte semble d'ores et déjà perdue.

Schleswig-Holstein :
Les prix à la production sont restés inchangés cette semaine. La fourchette de prix est large et dépend de la qualité, mais aussi de l'entreposage. Au début du mois, des offres spéciales ont été introduites dans le secteur de la distribution alimentaire, ce qui a entraîné une légère augmentation des ventes en volume. Toutefois, il n'est actuellement pas possible de faire passer des prix plus élevés. Même les articles de presse parus la semaine précédente sur les champs de pommes de terre non récoltés en raison des conditions humides et de l'arrivée de l'hiver n'ont pas entraîné une augmentation durable de la demande. Les pommes de terre destinées à l'industrie sont davantage concernées. Néanmoins, les primes de prix soutiennent également les prix des pommes de terre de table.

Hesse :
Le marché hessois de la pomme de terre n'a connu aucun changement de prix par rapport à la semaine précédente.

Bavière :
Un faible rendement de pommes de terre a permis de répondre à une forte demande, a déclaré Johann Dittenhauser, jeune directeur d'Agropa, à l'hebdomadaire DLV. « La récolte de 1,4 million de tonnes de l'année dernière en Bavière était inférieure d'environ 20 % à la moyenne à long terme. La commercialisation s'est terminée relativement tôt en mars, ce qui a encore un impact sur le marché. À partir de ce moment-là, il a fallu combler les lacunes et commercialiser les marchandises à l'avance. »