Les Navelinas espagnoles ont dominé le marché des oranges blondes. Elles ont été complétées par des arrivages italiens et grecs. Les premières Salustiana d'Espagne sont arrivées, mais selon le BLE, elles n'ont en définitive eu qu'un caractère complémentaire. Les Midknight et Valencia Late sud-africaines étaient encore disponibles, la plupart ayant été vendues pour la production de jus. Leurs prix n'ont pas changé de manière significative, dans la mesure où les propriétés organoleptiques sont restées convaincantes. Les prix des produits espagnols sont également demeurés à peu près constants, l'offre et la demande étant suffisamment équilibrées.

Le début de la saison de l'Avent et le temps plus froid ont amélioré les possibilités de vente par endroits. Les premières importations turques et marocaines sont attendues pour la semaine 49. Outre les lots australiens très chers, quelques oranges sanguines italiennes Tarocco ont également été vendues, bien que leur coloration à Munich laisse encore à désirer. Les clients souhaitaient des Moro de la même origine.

Cliquez ici pour accéder au rapport complet sur le marché et les prix (en allemand).

Pommes
L'assortiment n'a pas beaucoup changé : comme d'habitude à cette époque de la saison, on trouvait principalement des fruits nationaux, accompagnés de lots italiens et français. Il y avait également de petites quantités issues des Pays-Bas, de Belgique et de Pologne.

Poires
Les offres italiennes et néerlandaises ont constitué la base de l'assortiment. Des produits nationaux et turcs sont venus le compléter, suivis de produits belges et espagnols. En raison d'une météo peu clémente, la demande a été assez limitée. Aucun changement de prix significatif n'a été enregistré.

Raisins
Les lots péruviens ont désormais détrôné les lots italiens en haut de gamme. La présence des produits européens a continué à diminuer ; les prix ayant augmenté dans certains endroits en raison de problèmes de volume et de la disponibilité accrue des marchandises dans les emballages d'hiver.

Petits agrumes
Les basses températures, le mauvais temps et le début de l'Avent ont dynamisé le commerce : les possibilités de vente se sont nettement améliorées. Ainsi, les clémentines espagnoles majoritairement disponibles ont pu être vendues rapidement. Dans ce secteur, les fruits italiens et marocains ont complété l'assortiment.

Citrons
Les Primofiori espagnols ont dominé, les citrons Meyer turcs et les Enterdonato ont complété le marché, avec des quantités parfois importantes. En raison du temps froid, les échanges ont été plus animés qu'au cours des dernières semaines.

Bananes
L'offre et la demande ont été suffisamment équilibrées. Les négociants n'ont donc eu que rarement l'occasion de modifier leurs anciens prix. Seules les villes de Cologne et de Munich ont signalé une augmentation des prix pour les marques de première qualité.

Chou-fleur
Les produits italiens, nationaux, belges et néerlandais ont été disponibles dans les calibres 6 et 8. Les produits espagnols, français, polonais et turcs n'ont été disponibles qu'en calibre 6. Globalement, les disponibilités ont été limitées alors que la campagne d'Europe centrale touche à sa fin.

Laitues
Les livraisons belges de laitues ont été particulièrement importantes. En termes d'importance, les lots italiens et français ont suivi. Les produits nationaux et néerlandais ne font plus que compléter le marché. Dans le cas de la laitue Iceberg, les laitues espagnoles, qui étaient le plus souvent les seules disponibles, n'ont été complétées que par des importations turques à Berlin.

Concombres
En ce qui concerne les concombres, les expéditions espagnoles ont été prédominantes. Les produits de toutes les autres provenances n'étaient disponibles que de manière sélective et irrégulière, les produits locaux s'étant retirés du commerce. Les importations marocaines et turques, relativement peu onéreuses, ont réussi à gagner quelques parts de marché.

Tomates
Les tomates cerises étaient principalement originaires d'Italie et des Pays-Bas, l'Espagne venant compléter le tableau. La présence des produits paniculés de Turquie et surtout des Pays-Bas a été limitée, tandis que l'importance des offres belges et espagnoles s'est quelque peu accrue.

Poivrons
Les produits espagnols constituent désormais la base de l'offre, suivis par les importations turques et marocaines. Les offres néerlandaises et belges, autrefois dominantes, n'ont joué qu'un rôle mineur, pour ne pas dire inexistant. Elles ont même déjà disparu du marché dans certains endroits.

Source : BLE