Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Les petits calibres pénalisent un peu les ventes

Clémentines des Pouilles : effervescence sur les marchés

Les clémentines italiennes se vendent comme des petits pain. La saison actuelle n'est pas comparable aux précédentes, tant au niveau de l'intérêt commercial que des résultats économiques obtenus. Les producteurs et les commerçants semblent satisfaits et les prochaines fêtes de fin d'année ne feront que stimuler les ventes.

Floriano Convertino, directeur de Convif à Massafra (Tarente), une entreprise de 45 hectares dédiée aux agrumes, commente : « Nous vendons sur plusieurs marchés italiens et européens de fruits et légumes. La situation commerciale est la même partout : à Milan, Bologne, Brescia, Vérone, mais aussi en Allemagne, en Belgique et en France. La qualité et la présentation / taille du produit sautent aux yeux. Pour chaque marché, nous expédions entre 6 et 8 tonnes de produits. Actuellement, dans le centre et le sud de l'Italie, les prix des produits conditionnées se situent autour de 0,80-0,90 €/kg, tandis que dans le nord, ils sont supérieurs à l'euro. Pour le produit brut, ils ont baissé à 0,55-0,60 €/kg par rapport aux maigres 0,40 € d'il y a un an. Comme d'habitude, il y aura une augmentation de la demande à partir de la semaine précédant Noël. Cette année, le dynamisme des marchés se fait sentir. Les prix vont avoir tendance à augmenter légèrement. Il s'agira d'obtenir les meilleurs deals. »

L'excitation monte. « La production n'est pas encore très importante, en raison du retard de maturation dû à la douceur de l'automne », reprend l'entrepreneur. « Mais s'il est vrai que la demande ne manque pas, il est plus difficile d'écouler des clémentines de calibre IV-V et VI, pourtant à maturité et très savoureuses. Ces petits calibres résultant des pics de températures estivales très élevées et de la sécheresse prolongée ont amené de nombreux producteurs à retarder la récolte pour tenter de faire grossir les fruits le plus possible. »

Pour plus d'informations :
Azienda agricola Convif
Tél. : +39 330 880 689 / 99 4000644
convif.agricoltura@libero.it

Date de publication: