Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber

La pénurie de myrtilles péruviennes pourrait se poursuivre jusqu'en 2024

L'année prochaine, les myrtilles risquent de rester rares car les leaders mondiaux de la production au Pérou continueront à subir les effets du phénomène climatique El Niño. « Tous les spécialistes des questions météorologiques au Pérou affirment qu'El Niño durera deux ans », déclare Sebastian Ochoa, propriétaire de Consultora Agrícola Santa María, une entreprise de conseil technique pour la production de myrtilles, de diligence raisonnable et d'expertise commerciale dans le monde entier.


(Au centre) Sebastian Ochoa conseille ses clients dans un champ de myrtilles

Sebastian Ochoa possède une expérience et une vision uniques de l'industrie mondiale de la myrtille et nous fait part de ses observations. Il est conseiller et consultant auprès d'entreprises productrices et exportatrices de myrtilles dans 16 pays (5 continents), avec plus de 14 000 hectares en production conventionnelle, biologique et biodynamique, à la fois en hos-sol et en pleine terre. Il est conseiller global pour les projets de production de l'entreprise et des producteurs tiers du programme génétique australien Ozblu.


(À gauche) Ochoa conseille ses clients dans un tunnel de myrtilles

Il explique que lorsque El Niño a commencé, beaucoup de producteurs ne savaient pas comment lire la plante et obtenir une meilleure production. « Avec mes producteurs, nous avons une bonne production, alors que beaucoup de producteurs avaient des problèmes. L'été dernier, El Niño a commencé, lorsque la surface de la mer a commencé à être plus chaude, ce qui a produit une augmentation des températures de 6-7 degrés tant pour les minima que pour les maxima, provoquant une croissance trop rapide des plantes, ce qui a entraîné une baisse de la production. La région du Ventura est la plus touchée. Ce phénomène se poursuivra l'année prochaine. Les producteurs du Pérou ont commencé à dire qu'il s'agissait d'un retard, alors que ce n'était pas le cas car les fruits n'étaient pas là. Aujourd'hui, la production diminue et ils n'ont pas assez de fruits. Cela cause de gros problèmes aux producteurs. Le Pérou envoie beaucoup de fruits sur les marchés du monde entier, qui connaissent une augmentation de la consommation. Avec cette pénurie, les prix ont augmenté », explique Ochoa.

Tendances de la production mondiale
« La croissance de la consommation est très soutenue et les myrtilles sont les fruits qui dominent le classement en termes de croissance du marché, boostée par leurs atouts santé. Lorsque de nouveaux pays se lancent dans la production, ils commencent toujours par des variétés anciennes comme la Biloxi et la Legacy en Chine. Lorsque leur filière arrive à maturité, ils commencent à cultiver des variétés issues de la génétique moderne. Le rendement est élevé, la qualité est étonnante, tant au niveau de la taille des fruits que de leur saveur. La tendance est de continuer à planter alors que les pays producteurs établis adoptent eux aussi les nouvelles variétés, les plus importantes étant Ozblu et Sekoya. »

Selon lui, la clé de la réussite de la culture des myrtilles ne réside pas seulement dans l'exploitation de la nouvelle génétique. « Les producteurs doivent ensuite savoir comment tirer le meilleur parti de ces variétés. Dans mon travail, j'ai vu beaucoup de très bonnes et nouvelles variétés. Mais sans une gestion qui permette d'en extraire le potentiel, ça ne sert à rien. »


(À gauche) Ochoa conseille un autre client

Il conseille aux producteurs de toutes les zones de production du monde d' « Essayez d'être responsables, de produire et d'exporter un fruit de très bonne qualité sur le marché. Au Chili, par exemple, il y a quelques années, des producteurs produisaient des fruits de mauvaise qualité qu'ils commercialisaient malgré tout. Ils ont ainsi détruit la notoriété du pays et des variétés. Il est nécessaire de construire une bonne image de marque du pays. Les producteurs doivent veiller à envoyer des fruits de bonne qualité : ça commence par essayer de produire des variétés modernes, puis par expédier des fruits de top qualité sur le marché. En prenant soin de la marque de votre région et de votre pays. Il existe quelques entreprises qui ont une bonne qualité et une bonne génétique et qui se développent parce qu'elles envoient les meilleurs produits. Elles gagnent de l'argent. Beaucoup d'autres n'ont pas les connaissances commerciales et n'exploitent pas les bonnes variétés. Je demande souvent aux producteurs 'N'infligez pas cela à votre entreprise ou à votre pays. Si vous savez que le fruit a un problème, envoyez-le à l'industrie de la transformation pour en faire du jus' », prévient Ochoa.

Une note finale pour les producteurs de myrtilles
« Nous devons faire attention à la plante, ne pas la laisser devenir trop vigoureuse et produire des fruits de qualité inférieure. Les défis du Pérou représentent une opportunité pour d'autres pays. L'année prochaine sera bonne en termes de prix, en raison du manque de volumes », conclut Ochoa.

Pour plus d'informations :
Sebastian Ochoa
Consultora Agrícola Santa María
Tél. : +56 9 8209 9472
sebastian@consultorasm.cl

Date de publication: