Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Rainer Simon, du marché de gros de Munich :

« Les châtaignes italiennes ne peuvent pas être proposées sur le marché »

Les châtaignes sont habituellement très populaires sur les marchés de Noël. Mais cette année, la campagne italienne a été particulièrement lente. « Depuis le début de la saison, les produits sont extrêmement rares et chers », explique Rainer Simon, spécialiste de l'Italie et directeur général de Christian Sulser GmbH, basé au marché de gros de Munich.

Au début, les marrons dits « marteaux », qui sont considérés comme les marrons de meilleure qualité sur le marché, se vendaient encore à environ 8 € le sac. « Entre-temps, les prix ont grimpé à 10 euros par sac, ce qui ne correspond pas au prix ordinaire du marché, qui est de 5,50 à 6,00 €. Nous nous sommes donc retirés de ce segment pour le moment. »


Marrons d'Italie

Bien que la saison 22/23 ait été particulièrement satisfaisante, il devient de plus en plus ardu de s'approvisionner en châtaignes italiennes de qualité dans des volumes conformes au marché, poursuit Simon. « Dans une grande partie de l'Italie, le climat a tout simplement été trop chaud et trop humide ces dernières années. Il faut donc abattre beaucoup de bois, ce qui augmente le nombre de déchets et de rebuts. » La consommation, en revanche, est restée pratiquement constante ces dernières années. « C'est un produit purement saisonnier. En décembre, nous vendons environ trois palettes par semaine, après quoi certains étals subsistent jusqu'en février ou mars. »

Faible début de la saison des oranges sanguines
Les oranges sanguines Moro sont aussi l'un des produits d'hiver les plus populaires en provenance d'Italie. Cependant, Simon confirme que le début de la saison a été relativement faible ici aussi cette année. « Les températures élevées persistantes ont eu un effet notable sur les oranges sanguines. Les fruits sont encore trop petits, mal colorés et très chers. »

Néanmoins, les oranges sanguines Moro constituent actuellement la seule ombre au tableau d'un marché réjouissant. « Les oranges Navel et Tarocco ainsi que les clémentines italiennes sont actuellement disponibles en quantités amplement suffisantes, alors que l'Espagne a exporté moins de clémentines justement. Le goût des produits espagnols n'était pas non plus convaincant. Il en va de même pour les Satsumas turcs actuellement commercialisés », indique Simon.


Rainer Simon, directeur général de Christian Sulser GmbH

Climat morose chez les détaillants spécialisés
Par ailleurs, l'ambiance dans le commerce spécialisé est plutôt morose suite aux multiples crises et à la baisse du pouvoir d'achat. « Indépendamment de cela, je constate également une tendance à la baisse pour de nombreux produits. L'asperge en est à mon avis le meilleur exemple. Il y a quelques années encore, nous vendions chaque année de vastes quantités d'asperges produites dans la région de Schrobenhausen, notamment à d'autres marchés de gros. Malheureusement, ce n'est plus rentable », conclut Simon.

Pour plus d'informations :
Rainer Simon
Christian Sulser GmbH
Großmarkthalle München
Tél. : +49 089 7670690
christian-sulser@t-online.de

Date de publication: