Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Ben Goodchild, de Nationwide Produce :

« L'Afrique du Sud comble actuellement le déficit de l'offre de myrtilles »

Le marché des myrtilles est actuellement dominé par le Pérou pendant cette période d'approvisionnement de l'industrie britannique des fruits rouges. Toutefois, en raison des mauvaises conditions météorologiques au Pérou pendant la période de croissance et de récolte, les exportations ont diminué de 40 à 60 %. Cette évolution a permis à l'Afrique du Sud d'établir fermement sa présence dans le secteur.

« L'Afrique du Sud comble actuellement les lacunes de l'offre de myrtilles », a déclaré Ben Goodchild de Nationwide Produce. « Le prix des fruits sud-africains est équivalent à celui des fruits péruviens, car l'offre est faible et la demande importante. »

Selon Goodchild, si l'Afrique du Sud parvient à régler sa situation portuaire, les myrtilles sud-africaines transportées par voie maritime constitueront une option viable pour les acheteurs britanniques.

« La grande question est de savoir si le Pérou reviendra en force la saison prochaine ou si des pays comme l'Afrique du Sud s'accrocheront à cet élan et conserveront la clientèle qui est venue à eux cette année en ayant désespérément besoin d'aide lorsque d'autres options n'étaient pas disponibles. »

Les deux pays diffèrent sur le plan des variétés : le Pérou possède des variétés et des plants bien établis, tandis que l'Afrique du Sud se lance dans le jeu avec des variétés plus récentes au goût exquis.

La hausse des prix ne semble pas affecter la demande, selon Goodchild. « La demande de fruits rouges a tendance à baisser au cours des dix premiers jours de décembre, car les acheteurs pensent aux dépenses de Noël. Mais globalement, la demande en gros reste bonne avec les fêtes de fin d'année, les réceptions et l'augmentation de la fréquentation des épiceries et primeurs indépendants, ainsi que des magasins de producteurs locaux. »

Pour plus d'informations :
Ben Goodchild
Nationwide Produce
Tel: +44 1386 424800
ben@nationwideproduce.com
www.nationwideproduce.com

Date de publication: