Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Alessandri : « Des prix très élevés, on vend même les fruits abîmés par la grêle »

Poires Angelica : baisse de 75 % de la production

Cette année est à oublier, car 75 % de la production a été perdue. Mais la famille Alessandri, qui cultive plus de 20 hectares de poires Angelica de Romagne à Cesena (FC), a au moins compris l'importance de son produit sur les marchés de gros.

Malheureusement, à cause du gel, explique Luciano Alessandri, nous avons perdu 75 % de notre production. Et il y a eu aussi une tempête de grêle. Mais la demande était telle que même les fruits abîmés par la grêle ont été vendus sans problème. Les prix étaient élevés : entre trois et six €/kg, selon la qualité et le calibre.

La caractéristique de cette poire est son degré Brix élevé, qui la rend très sucrée, ainsi que sa chair très fine, typique d'une poire d'été. Mais ce qui est surprenant, c'est sa fermeté : bien qu'elle prenne une couleur jaune foncé, la chair intérieure reste ferme et saine. Nous l'avons testée et avons constaté qu'elle peut se conserver jusqu'au mois de mars, mais cette année, elle est pratiquement déjà terminée.

Avec seulement 25 % de fruits disponibles par rapport à une année normale, Alessandri a dû expédier moins de produits et n'a pu satisfaire que quelques clients. « J'étais vraiment désolée de ne pas pouvoir satisfaire tout le monde, mais c'est malheureusement ainsi que les choses se sont passées », ajoute Alessandri.

L'histoire de cette variété est tout à fait unique : elle vient des Marches, de la région de Pesaro-Urbino, et chaque année, à Serrungarina, une fête lui est consacrée. « Toutefois, au fil du temps, le nombre de producteurs a considérablement diminué et et il ne reste que très peu d'entre nous pour produire cette variété de façon professionnelle. »

Sur un potentiel de 600 tonnes, Alessandri a récolté moins de 150 tonnes cette année : « Nous n'avons pas de système de protection contre le gel et cette année, ça a tapé fort dans notre région », conclut-il.

Pour plus d'informations :
Angelica di Romagna
Tél. : +39 547 301465
info@angelicadiromagna.it
www.angelicadiromagna.it

Date de publication: