Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Denis Piper du Frischezentrum Melzig (Allemagne) :

« Nous attendons dans quelques jours les premiers litchis expédiés par bateau »

Bien que les ventes traditionnelles de Noël aient perdu de leur importance au fil des années, le mois de décembre reste tout de même un moment de vente palpitant et à haut rendement dans le commerce des fruits et légumes. « Parmi les produits qui font fureur, on trouve entre autres tous les choux-légumes ainsi que la mâche », explique Denis Piper, directeur des ventes du Frischezentrum Melzig à Aschaffenburg. « Le chou-fleur français est actuellement relativement rare. Son prix est environ 30 à 40 % plus élevé que celui de l'année précédente. C'est pourquoi nous nous sommes tournés vers la marchandise italienne. Les légumes d'importation italiens (comme le chou-rave, l'endive et le radicchio) sont proposés à des prix assez normaux. »

Les fruits exotiques inhabituels sont également favorablement accueillis à l'approche de Noël, décrit Piper. « Pour les fruits exotiques courants comme les mangues et les avocats, que je ne qualifierais déjà plus d'exotiques, la demande n'est pas beaucoup plus élevée que d'habitude. En revanche, on se tourne plutôt vers des articles de niche comme la pitahaya, la grenadille, la carambole et le litchi. Pour ce dernier article, outre les marchandises transportées par avion, nous attendons dans quelques jours les premières marchandises transportées par bateau. »


Denis Piper est directeur des ventes du Frischezentrum Melzig et propose en ce moment des litchis malgaches, entre autres

Vers une hausse des fruits à noyau d'outre-mer
Selon Piper, les cerises et fruits à noyau doux d'outre-mer ont également la cote auprès des consommateurs. « Nous négocions actuellement toute la gamme des fruits à noyau d'origine sud-africaine, qu'il s'agisse de pêches, d'abricots, de prunes ou de nectarines, ce dernier article étant le plus demandé. Depuis la semaine 49, nous proposons également des cerises chiliennes. Bien que celles-ci ne soient pas un article essentiel pour notre clientèle, c'est-à-dire pour la restauration et la grande distribution, nous en proposons tout l'hiver en provenance de plusieurs pays, comme les États-Unis, le Canada et l'Afrique du Sud. »

En somme, la direction du Frischezentrum Melzig se réjouit d'une année de vente 2023 mouvementée, mais couronnée de succès. « Les dernières années ont été assez tumultueuses en raison de crises multiples. Cette année n'a pas été différente à cet égard. Il y a eu des augmentations de prix considérables sur de nombreux produits, ce qui a plombé l'ambiance en conséquence. Certains articles, comme les carottes et les pommes de terre, sont restés chers même plus tard dans l'année. Le pouvoir d'achat a été particulièrement limité, en particulier au début de l'année, ce qui a entraîné une guerre des prix acharnée dans le commerce de détail et une multiplication des opérations promotionnelles dans le secteur des produits à bas prix. Heureusement, la situation s'est ensuite quelque peu normalisée au cours de l'année », indique Piper.


Figues (à gauche) et nectarines de l'hémisphère sud

Pénurie de main-d'œuvre qualifiée et hausse des prix du fret
L'entreprise de commerce de gros est une PME qui se consacre principalement à l'approvisionnement des marchés régionaux de la grande distribution, de la gastronomie et de l'hôtellerie. Le manque de personnel qualifié se fait de plus en plus sentir, tant dans la grande distribution que dans la restauration. « Parallèlement, les plats cuisinés ont le vent en poupe, ce qui permet de se passer du personnel de cuisine. Chez le consommateur final aussi, les plats tout prêts, par exemple sous forme de bols et de coupes de fruits, ne cessent de gagner du terrain », explique Piper, qui achète la marchandise fraîchement coupée auprès de producteurs régionaux.

Par ailleurs, la progression des prix du fret conditionne actuellement les activités du commerce allemand des fruits et légumes. « Les prix du fret augmentent déjà chaque année en décembre. En plus de ces augmentations régulières, nous sommes confrontés cette année à l'augmentation des péages au 1er janvier. Finalement, cela ne nous touche pas uniquement à la livraison, mais à tous les niveaux de la chaîne de valeur », conclut Piper.

Photos : Frischezentrum Melzig

Pour plus d'informations :
Denis Piper
Frischezentrum Melzig
46, Magnolienweg,
63741 Aschaffenburg
Tél. : 0 60 21 / 150 87 - 0
Fax : 0 60 21 / 150 87 - 10
info@melzig-gmbh.de
www.melzig-gmbh.de

Date de publication: