Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Louis Fourie, d'Ideafruit :

« La nouvelle saison des fruits à pépins soulagera l'offre limitée de l'Afrique du Sud »

Au début du mois d'octobre, les volumes totaux de fruits à pépins restant étaient de 10,5 millions de colis en 2022 contre seulement 7,3 millions en 2023, du fait de la réduction de production à Ceres en raison de la grêle au début de la saison.

Des marchés d'exportation lucratifs tout au long de la saison et des recettes plus élevées grâce à la volatilité du rand par rapport aux principales devises ont marqué l'année, explique Louis Fourie, directeur commercial chez Ideafruit.

« L'effet de la réduction de l'offre a provoqué une inflation du prix des pommes et des poires sur le marché intérieur. La pomme la plus consommée sur le marché domestique, la Golden Delicious, est passée de 3,7 millions de colis à 2,1 millions, entraînant une inflation moyenne des prix de 14 % d'une année sur l'autre. Les Top Reds, quant à elles, sont passées de 1,7 million de colis à 1,3 million, entraînant une inflation moyenne des prix de 29 %. »

La nouvelle saison des fruits à pépins sud-africains commence la première semaine de janvier avec les premières poires d'été.

Ce secteur se caractérise par un petit nombre de grands producteurs-exportateurs (bien moins nombreux que ceux qui opèrent dans le secteur des agrumes) qui assurent la stabilité de l'offre et de la demande, remarque Fourie.

Les inondations au Cap pourraient affecter la prochaine récolte
Ideafruit est un producteur-exportateur intégré dont les actionnaires cultivent dans la région d'Elgin, Grabouw, Vyeboom, Villiersdorp (EGVV) et s'approvisionnent auprès de Ceres, Piketberg et Langkloof.

L'entreprise représente environ 8 % des volumes totaux de production de pépins et a la capacité de stocker 45 % de sa récolte en atmosphère contrôlée (AC) pendant toute la durée de la saison afin de servir efficacement ses clients, tant au niveau national qu'à l'étranger.

Fourie s'attend à une récolte normale pour la saison à venir, bien que les effets des inondations dans la région de l'EGVV en septembre puissent encore affecter la qualité et la quantité de la récolte.

« Il ne faut pas oublier que nous sommes en concurrence sur la scène mondiale et que nous sommes affectés par les niveaux de production de plusieurs pays et régions. Ideafruit développe activement sa présence en Chine et en Afrique de l'Est, tout en maintenant sa présence sur les autres marchés. »

La Chine apporte un pouvoir de négociation accru
La Chine est le dernier ajout au portefeuille d'exportation de poires de l'Afrique du Sud.

« L'intérêt de la Chine est qu'elle entraîne une inflation du prix minimum prévu pour l'ensemble de l'industrie », observe-t-il. « Cette année, les premières poires blush exportées vers la Chine ont atteint des prix extrêmement élevés. Les marchés traditionnels des poires blush sont le Viêt Nam et l'Indonésie et maintenant que la Chine a accès au marché, on s'attend à ce qu'elle paie le double. Avec la Chine comme option de vente, nous avons un plus grand pouvoir de négociation. »

Toutefois, le choix du moment est crucial lorsqu'il s'agit de fournir des poires à joues sur le marché chinois, note-t-il, car elles sont vendues sur les marchés de gros en concurrence avec d'autres pays de l'hémisphère sud, notamment le Chili et la Nouvelle-Zélande.

On s'attend à ce que les poires vertes (y compris Packham Triumph) aient du mal à gagner du terrain en Chine.

La demande de Royal Gala et de Fuji de plus petite taille restera élevée en Chine, car les pommes sud-africaines sont moins chères que les pommes néo-zélandaises, qui doivent faire face à des coûts de production plus élevés, ce qui se traduit par des prix de vente plus élevés. L'Afrique du Sud devrait avoir un avantage concurrentiel sur les pommes en Chine pour la prochaine saison.

Importance stratégique de l'Afrique de l'Est
« La région du COMESA (Marché commun de l'Afrique orientale et australe) compte actuellement 560 millions d'habitants. C'est aussi la plus grande communauté économique d'Afrique. Mais ce n'est pas tout : il y a un chevauchement entre les variétés qu'ils achètent, comme Cripps' Pink, Cripps' Red et Pink Lady, et celles pour lesquelles nos volumes de production augmentent. »

Il poursuit : « Je ne peux pas vous dire à ce stade quelles seront les opportunités, mais il est certain qu'il y en aura. Je ne m'attends pas à une inflation des prix en soi. Le monde a suffisamment de produits, mais c'est une question de timing qui détermine la valeur que vous pouvez créer. Cela dit, il faut jouer le jeu qui nous est donné. »

Pour plus d'informations :
Ideafruit Export (Pty) Ltd
Tél. : +27 21 851 0126
info@ifruit.co.za
https://www.ideafruit.co.za

Date de publication: