Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Luis Candil, d'Agroalmanzora (Espagne) :

« L'incertitude et le retard n'encouragent pas les producteurs à planter des pastèques »

Dans les serres d'Almería, les premiers repiquages de pastèques extra-précoces et précoces sont déjà effectués. « Nous avons déjà eu les premiers contacts et accords avec nos producteurs pour la saison des pastèques 2024, dont les transplantations commencent maintenant dans la deuxième quinzaine de décembre et se poursuivront jusqu'à la fin février », explique Luis Candil, d'Agroalmanzora. « Mais le secteur est très inquiet. Il n'y a pas beaucoup d'envie de planter de la pastèque car jusqu'à présent l'automne a été très chaud et les légumes en ont subi les conséquences avec un retard dans leur démarrage et une perte de production qui fera que les agriculteurs auront une plus petite récolte dans le cycle hivernal. »

« Il faut également rappeler que l'année dernière, la pastèque a connu un mois de mai avec des prix bas. A partir du 20 avril environ, le producteur a été pénalisé par le froid et les pluies du printemps, ce qui a entraîné une baisse de la consommation en Europe. »

« Ensuite, en août et septembre, dans la dernière partie de la saison, le consommateur a mangé de très bons fruits à une moyenne de 70-75 centimes par kilo, un prix qui aurait dû être plus élevé pour pouvoir faire face à la hausse des coûts qui s'est produite » , rappelle Luis. « Il est vrai que certains intrants diminuent un peu, mais nos coûts sont encore 30 % plus élevés qu'il y a trois ans. »

« C'est pourquoi, malgré tout le panorama économique et mondial et les problèmes de sécheresse, nous avons notre programme en tête et l'idée est de produire le même volume que l'année dernière, même s'il est vrai, je le répète, qu'il y a beaucoup d'incertitudes. »

Et pas seulement au début de la saison, précise Luis. « C'est aussi le cas pour les récoltes de mi-saison, en juin et juillet, car deux facteurs détermineront les résultats : l'eau et les températures. »

« La météo normalement prévue pour une date donnée et toutes les études des années précédentes ne valent plus grand-chose ; il suffit de se souvenir des 300 litres tombés en mai de l'année dernière. » Comme le dit le proverbe, « l'homme propose et Dieu dispose », la seule chose dont nous sommes sûrs, c'est que nous sommes à la merci de ce qui peut arriver. »

« Toutefois, grâce à la professionnalisation du secteur et aux nouvelles variétés, nous avons obtenu une part de marché très importante dans le secteur de la pastèque et du melon. Les producteurs et les négociants espagnols mettent sur le marché un produit de très bonne qualité, qui ne s'abîme pas et à un très bon prix. Dans notre cas, à Agroalmanzora, nous avons l'appui de la marque Fashion, mais nous avons surtout les piliers de notre projet, qui est de réaliser la meilleure programmation pour couvrir toute la campagne de production et donner à nos clients non seulement un produit de bonne qualité, mais aussi le meilleur service. »

Pour plus d'informations :
SAT 7467 Agroalmanzora
Paraje Los Sifones S/N, Palomares,
C.P.04617 Almería (Espagne)
Tél. : +34 950 467 315
info@satagroalmanzora.com
https://satagroalmanzora.com

Date de publication: