Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Emeline Vanespen, AOPn Fraises de France :

Retour sur 2023, échanges sur les problématiques de la filière et préparation de campagne 2024

L’AOPn Fraises de France a tenu son Assemblée Générale les 23 et 24 novembre derniers dans le Lot-et-Garonne. Changement de nom, retour sur les activités 2023, approvisionnement en matériel végétal, produits phyto, recherche variétale mais également projets et préparation de campagne 2024 : petit tour d’horizon des différentes thématiques abordées durant ces deux jours d’échanges.


©AOPn Fraises de France

L’AOPn Fraise de France change de nom… et de logo
Le 11 janvier de cette année l’AOPn Fraises de France avait annoncé son rapprochement avec l’Association pour la valorisation de la filière framboise (AVFF) en vue de « pérenniser et développer les filières fraises et framboises françaises ». C’est donc tout naturellement que lors de l’AG du mois dernier ont été votés les changements de nom et de logo. L’AOPn Fraises de France devient ainsi l’AOPn Fraises Framboises de France.

Plants : des problèmes d’approvisionnement ?
Les difficultés d’approvisionnement en plants de fraisier ont également été discutées avec les pépiniéristes et obtenteurs présents au lendemain de l’AG. « On observe une certaine tension depuis quelques temps car la surface de production en fraise augmente mais dans le même temps le nombre de pépiniériste diminue », explique Emeline Vanespen, directrice de l’AOPn. Activité de moins en moins rémunératrice, difficultés logistiques (fournisseurs étrangers), coûts qui augmentent et problèmes de qualité, sur le plan sanitaire et agronomique, sont autant de raisons qui participent « aujourd’hui à ces difficultés d’accès au matériel végétal ».

Disparition progressive des solutions phyto : place à la R&D
Avec la fin du Movento prévue d’ici 2 ans, un insecticide « pivot dans la gestion du puceron du fraisier » l’AOPn, via sa filière Frais’Nat créée en 2021, en collaboration avec la coopérative Savéol a lancé en 2022 un projet de recherche Baptisé Aphidius 2.0. L’objectif ? Elever des parasitoïdes de pucerons pour la culture de la fraise. Ce projet, qui s’inscrit dans le cadre de la lutte biologique, sera en 2024 en phase d'essai chez des producteurs. D’autres projets d’expérimentation, notamment sur les acariens et l’oïdium, seront lancés dans quelques mois.

Deux séminaires en 2024
Un séminaire sur la framboise aura lieu à la fin de l’hiver 2024 « pour que les professionnels puissent donner les lignes directrices et décider de ce qu’ils souhaitent faire au sein de l’association avec le budget alloué : communication, technique… ». Un autre séminaire, axé sur le commerce, se déroulera courant février 2024 à destination des professionnels de la fraise notamment pour « discuter des différentes segmentations et préparer la prochaine campagne (plan de communication…) ».

Pour plus d’informations :
Emeline Vanespen
AOPn Fraises de France
Emeline.vanespen@fraisesdefrance.fr